Le secteur de l'énergie en colère

ven 09/04/2021 - 15:30 , Mise à jour le 09/04/2021 à 15:30

Jeudi 8 avril, 4 organisations syndicales ont appelé à la grève pour s'opposer au projet Hercule à EDF et Clamadieu à ENGIE. Suite à leur occupation sur le site de Brives-Charensac, la Directrice territoriale d'ENEDIS (filiale d'EDF) et le Directeur d'Edf Hydraulique se sont rendus sur place.

Aurélien Mingot, secrétaire général de la CGT Energie Haute-Loire, a pu interpeller les directeurs en question pour leur demander d'apporter des solutions et des réponses. Ceux-ci ont répété que les contenus des négociations étaient confidentielles. Ils promettent de faire remonter les revendications. 

Chacun des salariés s'est exprimé sur son ressenti. Tous déplorent un manque de considération de la part de leurs employeurs, leur parole non prise en compte. "On est capable de proposer de nouvelles initiatives et à aucun moment on est entendu, vous niez notre existence". Tous défendent "un vrai service public de l'électricité et du gaz" et insistent sur le fait qu'il y aura des conséquences pour les usagers. Parmi elles, des augmentations de tarifs qui accentueront plus encore les inégalités d'accès à l'électricité et du gaz. 

"L'an dernier, les tarifs avaient de nouveau augmenté, une première fois en janvier et de nouveau en juillet"

"La facture des consommateurs devrait grimper de 15 euros par an, selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Ce n'est pas la première fois que ces prix augmentent. Le 1er juin 2019, une hausse massive de près de 6 % avait fait scandale. L'an dernier, les tarifs avaient de nouveau augmenté, une première fois en janvier et de nouveau en juillet". Ils précisent que suite à la privatisation du secteur de l'Energie, ce sont 22 milliards de dividendes qui seraient versés à l'Etat. 

Pierre Marsein, secrétaire départemental de la CGT, s'est rendu sur place en soutien. selon lui, plusieurs municipalités de Haute-Loire auraient adopté des motions allant dans le sens des salariés et des usagers pour refuser le projet Hercule. D'après les syndicats, cette désintégration réduirait EDF à devenir un simple fournisseur d’énergie électrique, ce qui serait la fin d’une part majeure de ses missions de service public car la totalité de la production serait mise à la disposition du privé.

Ce jeudi 8 avril marque également la date anniversaire de la nationalisation des entreprises électriques et de gaz qui ont été un véritable facteur d'aménagement du territoire pour l'industrie et donc pour l'emploi.

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire