Le Puy une "ville-marché" par privilège royal

ven 26/06/2020 - 20:18 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:05

----Lieu et date de l'expo
L’exposition Place au marché est visible dans la chapelle de l’hôtel-Dieu, entrée par les marches de la cathédrale.
Horaires : Tous les jours jusqu'au 31 octobre(sauf le lundi) de 10 à 12h30 et de 14 à 18 heures
Gratuit et accessible aux PMR-----Partir à la découverte des plans originaux de la halle aux grains et du marché couvert. Saisir les rouages économiques et politiques des foires pendant lesquelles se négociaient les grains et les bestiaux mais aussi l’embauche des ouvriers agricoles. Parcourir les places spécialisées dans la vente des produits fermiers, de la laine mais aussi de "la sauvagerie" (les fourrures), de la fripe ou des cheveux. À l’heure où les marchés traditionnels se réinventent pour retrouver les faveurs des consommateurs, cette exposition met à l’honneur ce patrimoine haut en couleurs.

Le saviez-vous ?
Le Puy est une "ville-marché" par privilège royal depuis la fin du 15e siècle. La première mention d’une foire remonte à 1589 quand un bourgeois note dans son journal qu’elle est réputée jusqu’en Espagne et en Allemagne. À la veille de la Révolution, douze foires sont répertoriées. En 1823, en additionnant foires et marchés hebdomadaires, 160 jours de l’année sont marqués par une manifestation commerciale, soit presque un jour sur deux !

La municipalité s’occupe activement de cette activité, source de revenus directs avec le droit de place et de pesage, et indirects en impulsant une dynamisme commerciale sur tout le bassin du Puy. Elle fait construire un marché couvert en 1881 en s’inspirant des halles de Baltard à Paris. En 1897, c’est une halle aux grains et aux veaux qui est inaugurée, avec au premier étage... une bibliothèque ! Le futur communard, Jules Vallès, évoque admirablement ses souvenirs d’enfance au Puy, notamment la place du Plot, où les fermières des alentours vendent leur production.

Après la Seconde Guerre mondiale, le développement de l’automobile et des supermarchés, semble sonner le glas des foires et marchés de centre-ville. Mais la résistance s’organise avec les petits producteurs, les circuits courts, le bio, le fromages aux artisous, la lentilles AOP, les myrtilles et les champignons des sous-bois. Tous ces trésors sont toujours en bonne place au Puy le samedi matin.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire