Le Puy : un cimetière branché pour la Toussaint

sam 01/11/2014 - 16:59 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Jacques, le gardien du cimetière du Nord, est un habitué. "Mes parents étaient fleuristes. Depuis l'âge de 10 ans j'arpente les allées du cimetière". Ce dernier est donc bien placé pour nous parler de la grandeur de ce cimetière. "8 hectares pour 3175 emplacements", sur une pente raide qui, d'après Jacques, "doit bien faire 800 mètres". Pas simple pour se déplacer, encore moins pour se repérer...

Deux chauffeurs à disposition
C'est une idée que la municipalité est allée chercher à Clermont-Ferrand, il y a une dizaine d'années. En effet, depuis mercredi, deux voitures arpentent le cimetière dans le but d'emmener les visiteurs aux caveaux souhaités. Aux volants, deux chauffeurs : Haquim et Jean-Luc. Haquim conduit un Kangoo du CCAS, pratique pour les personnes à mobilité réduite grâce à son coffre important capable d'accueillir un chariot. Jean-Luc conduit la Peugeot ION. Une voiture électrique avec un petit gabarit capable de se faufiler partout. "C'est intérressant pour les personnes âgées" confit ce dernier. Et le succès est au rendez-vous. "Vendredi, grâce au marché c'était de la folie", assure Jean-Luc.

GESCIM quesaco ?
GESCIM, c'est le nom du fameux logiciel qui permet de situer rapidement les caveaux du cimetière du Nord. "Deux employés, pendant deux ans, ont noté, allée par allée, caveau par caveau, le nom et l'emplacement des défunts", explique Jacques. Le tout a été référencé dans ce logiciel mis à disposition des visiteurs uniquement pour la Toussaint. Nettement plus simple pour Jacques. "Avant j'avais huit cahiers. Et les cahiers ça s'abîme. Ca devenait compliqué", assure-t-il. "C'est plus pratique pour la généalogie" se réjouissent certains visiteurs.

V.B.

  • Un don pour un macaron avec le Souvenir Français

Comme tous les ans, la Toussaint est aussi l'occasion pour l'association du Souvenir Français d'effectuer sa quête annuelle. Le Souvenir Français récolte de l'argent sous forme de dons pour entretenir la tombe des soldats morts pour la France qui ne sont pas enterrés dans des cimetières dit "militaires" dont l'entretien est aux frais de l'Etat à perpetuité. Georges Michel, le délégué général du Souvenir Français en Haute-Loire, résume l'objectif de l'association à entretenir les tombes : "perpétuer et transmettre la mémoire aux plus jeunes".

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire