Le Puy : prison ferme pour avoir proféré des menaces de mort sur Facebook

mer 03/09/2014 - 18:58 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

Le prévenu est déjà en détention pour d'autres faits et ne doit être relâché qu'en février prochain. Héroïnoman invétéré, il compte déjà 13 mentions au casier judiciaire, essentiellement pour des vols, des filouteries, des conduites sans permis ou encore des falsifications de chèque... Mais c'est la première fois qu'il est poursuivi pour des faits ne portant pas atteinte aux biens matériels, mais aux personnes.
Alors que le couple projette de se marier, le prévenu entretient des liens privilégiés avec la mère de son rival amoureux. Cette dernière est également opposée aux noces, selon le prévenu, et l'aurait incité à passer la vitesse supérieure pour dissuader les deux tourtereaux.

"Si dans une semaine tu es encore là, je te loge une balle dans la tête"
Sur le réseau social, le prévenu égrenne quelques insultes, pour l'un comme pour l'autre membre du couple, avant de passer aux menaces envers le futur marié : "tu as une semaine pour dégager du Puy, si dans une semaine tu es encore là, je te loge une balle dans la tête", aurait-il écrit selon la lecture des faits réalisée par la présidente Andréa Tourette ce mardi matin.
Problème : en plus de son passé sulfureux (plusieurs séjours en prison), le prévenu possède effectivement une arme à son domicile, en l'occurence la copie d'un Browning calibre 9. "Mais je n'avais pas de balle", précise-t-il à la barre.

A six ans, il tente de s'immoler par le feu...
Le prévenu suit actuellement une cure pour ses problèmes de toxicomanie et souffre, selon l'expertise réalisée, de troubles bipolaires avec des périodes de dépression aggravée. Battu et agressé sexuellement par son père d'adoption, cet enfant de la Ddas s'est immolé par le feu à l'âge de six ans... Souffrant de carences affectives, il a sombré dans la toxicomanie à l'âge de 16 ans.
Bénéficiant de l'AAH (allocation adulte handicapé), le prévenu est sous curatel depuis 2005. Il est également père d'un enfant qu'il n'a pas reconnu. Quant aux faits reprochés dans cette affaire, "c'est sa mère qui m'a demandé d'intervenir", se justifie-t-il à la barre, "mais j'ai fait le con et j'assume".

"Habitué de la prison, il a une arme à la maison : sa menace est on ne peut plus crédible"
Le Procureur de la République Jacques Louvier a souligné que le prévenu n'avait jamais fuit ses responsabilités et qu'il n'avait jusqu'alors jamais représenté de menace pour autrui, avant de tempérer : "c'est un habitué de la prison et il a une arme à la maison. Sa menace est on ne peut plus crédible pour la victime". Une peine d'un mois de prison a été requise.
L'avocate de la défense a emboîté le pas au Procureur en mettant en exergue "la sincérité et la lucidité" de son client et en insistant sur le fait qu'il était "avant tout dangereux pour lui-même", après avoir salué "les réquisitions modérées du Procureur".

Après délibérations, le tribunal correctionnel du Puy a décidé de prononcer une peine de deux mois d'emprisonnement, qui s'ajoute donc à la peine qu'il purge d'ores et déjà.
S'il n'est pas condamné pour sa prochaine convocation en décembre, il pourra sortir de prison en avril prochain.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire