Le Puy : à l'Hôtel-Dieu, l'art a la part belle

lun 19/05/2014 - 20:16 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

Depuis son ouverture en 2011, l’équipement culturel et touristique de la Communauté d’agglomération du Puy-en-Velay accueille, durant la saison touristique, une exposition de renom. L’objectif : mettre en partenariat de grandes institutions muséales désireuses de mettre en avant leurs collections exceptionnelles dans un cadre patrimonial classé Unesco, à savoir l’Hôtel-Dieu. Cette année, l’art contemporain est à l’honneur avec la double sollicitation de Jean-Michel Othoniel, artiste sculpteur d’envergure internationale qui exposera à l’intérieur de l’Hôtel-Dieu tout en installant, dans sa cour, en son coeur, une oeuvre commandée par la Communauté d’agglomération du Puy. Coût total de l’opération : près de 400 000 euros.

Un artiste international originaire de Saint-Etienne
Jean-Michel Othoniel se fait d’abord remarquer par ses sculptures en soufre exposées à la Documenta de Cassel, en Allemagne, en 1992. C’est à partir de 1993 qu’il introduit le verre dans son travail et en expérimente les propriétés ; transformations, mutations de la matière et rites de passages d’un état à un autre font écho à un autre rite fondamental dans l’œuvre de l’artiste : celui du voyage et du souvenir. Depuis, l’artiste expose partout : de New York à Cologne en passant par Macao et Tokyo. À l’automne 2014, il inaugurera trois sculptures fontaines pour le bosquet du Théâtre d’Eau, dans les jardin du château de Versailles, mais avant cela il sera donc de passage au Puy-en-Velay. Une ville qu’il connait bien, lui qui est né un peu plus haut, à Saint-Etienne.

Une oeuvre de 240 000 euros dans les jardins de l’Hôtel-Dieu
C’est en février 2011 que la Communauté d’agglomération du Puy-en-Velay et le Ministère de la culture et de la communication lancent un concours. Son but : la création d’une oeuvre contemporaine dans les jardins de l’Hôtel-Dieu, faisant écho à la dentelle. Une oeuvre qui s’inscrirait dans le cadre de la politique de la commande publique - comprendre qu’elle est financée à 40% par l’État. C’est donc Jean-Michel Othoniel qui remporte ce concours. Son oeuvre, intitulée « Le Coeur de l’Hôtel-Dieu », sera haute de plus de 7,5 mètres et sera composée de quatre pieds en fonte d’aluminium, de 461 perles d’inox poli bleues et grises et, surtout, d’un coeur rouage en verre de Murano. La coût de l’oeuvre est chiffré à 254 000 euros, dont plus de 150 000 à la charge de la Communauté d’agglomération (aidée par diverses subventions et mécènes). Son installation est prévue à la fin du mois de juin.

Une exposition qui s’inscrit dans « une démarche économique »
En écho à la commande publique, l’Hôtel-Dieu consacre une exposition à Jean-Michel Othoniel. Intitulée « My Way », cette dernière retrace le parcours de l’artiste, de 1987 à aujourd’hui. Une traversée rétrospective qui présente un ensemble de plus de soixante-dix oeuvres. Pour Michel Joubert, président de la Communauté d’agglomération, « ces expositions s’inscrivent dans une démarche économique » et ont pour but de « faire connaitre le territoire et de le valoriser ». Cette exposition sera présentée pendant trois mois et demi au niveau 4 de l’établissement : l’artiste démarrera sa série d’interventions le 29 mai, avec l’ouverture de l’exposition. Le coût d’accueil de celle-ci ne comprend « que » les frais d’installation : 130 000 euros. Michel Joubert nous a confié ne pas savoir encore la part de cette somme qui sera à la charge de la Communauté d’agglomération.

A.L.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire