Le Puy : les travaux d'urgence réalisés, en attendant un chantier d'un million d'euros

mar 29/12/2015 - 16:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

"Il faut nécessairement hausser le ton, en envoyant des lettres en recommandé au maire du Puy ou en sollicitant la presse pour que les choses bougent", déplorait en novembre dernier le représentant des parents d'élèves au conseil d'école Olivier Belhomme.
Les événements lui avaient de nouveau donné raison puisque dans la foulée de l'article publié sur Zoomdici, les choses avaient bougé, la mairie du Puy ayant décidé semble-t-il de prendre le taureau par les cornes, en annonçant des travaux avant la fin de l'année civile.

D'abord des travaux d'urgence...
Ce vendredi 13 novembre au matin, les services techniques de la mairie sont venus sécuriser une partie de la cour et ont déposé des barrières pour empêcher les enfants d'accéder à la partie de la cour sinistrée. L’entreprise Gayte-Étanchéité a été mandatée pour réaliser les travaux, qui consistaient essentiellement dans le traitement des bosses.
Dès la première semaine des vacances scolaires, les travaux ont été terminés. "Ce sont uniquement des travaux d'urgence et provisoires qui ont été faits", explique Catherine Chalaye, adjointe à la mairie du Puy aux écoles, à la petite enfance et à la famille. Le problème réside en fait dans un problème de condensation du plafond de la salle Jeanne d'Arc, qui fait cloquer le goudron ensuite. "Pour débosseler, ils ont chauffé les bosses et à l'aide de masses, ils les ont applaties. Il ne reste maintenant que des tâches noires". Ces tâches vont demeurer mais le sol est à nouveau plat.

... en attendant le gros chantier à un million d'euros
L'idée était donc de sécuriser dans l'urgence mais "la cour sera retraitée en même temps que la salle Jeanne d'Arc. Ce sera des travaux plus globaux et estimés à un million d'euros". Le budget de ces travaux d'urgence et provisoires n'a pas été dévoilé, mais il est bien moindre au million d'euros prévu pour cette deuxième tranche de travaux. Quant au calendrier, difficile de savoir : "dans l'administration, on conjuge la patience", lâche-t-elle en plaisantant, "disons dans les mois à venir".
Ces travaux étaient indispensables car le problème ne date pas d'hier (au moins une décennie et l'ancienne adjointe Brigitte Benat avait déjà été contrainte d'engager des travaux du même accabit pour résorber ces bosses) et que le goudron pourrait à nouveau cloquer si le problème de condensation de la salle Jeanne d'Arc n'est pas traitée en parallèle. 

"Promesse tenue"
Le calendrier annoncé faisait état de travaux d'une durée de deux à trois jours, réalisés en semaine 51, 52 ou 53, soit entre le lundi 14 et le jeudi 31 décembre. Les parents d'élèves étaient inquiets que les travaux ne soient pas réalisés à cause du gel et qu’ils soient repoussés sous ce prétexte à une date à définir ultérieurement.
"Il y avait des travaux qui devaient être engagés pendant les vacances de Noël", conclut Catherine Chalaye, "c'était notre engagement. Promesse tenue".

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire