Le Puy : les lycéens 'morts' d'inquiétude pour le climat

ven 10/05/2019 - 18:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

L'écroulement du vivant, le dérèglement climatique, la pollution de l'air et des océans... les symptômes de la sixième extinction du vivant sont nombreux.
"Il est encore temps d'endiguer ce phénomène qui sera irréversible si nous ne faisons rien", assure le réseau lycéen Haute-Loire sur sa page facebook en amont de la manifestation de ce vendredi 10 mai 2019.

"En nous étendant au sol comme morts, on montre que c'est toute une biodiversité qui est menacée d'extinction"
Il faut dire que les mobilisations se multiplient et qu'il est parfois difficile de mobiliser les lycéens, surtout que les périodes d'examen approchent. En tout, une bonne cinquantaine d'adolescents s'est réunie au Pôle Intermodal d'abord, avant de prendre la direction du musée Crozatier.
Car s'ils éprouvent quelques difficultés à mobiliser, les idées ne manquent pas. Ce vendredi 10 mai, c'est une opération de "dying" qui a été initiée par les lycéens de Jean Monnet, C&A Dupuy et Simone Weil. "C'est une façon originale de tirer la sonnette d'alarme", explique Robin Chalendard, Président du réseau lycéen Haute-Loire, "en nous étendant au sol comme morts, on montre que c'est toute une biodiversité qui est menacée d'extinction".
La déambulation, pacifiste, a ensuite conduit les adolescents jusque devant les grilles de la préfecture. Le prochain rassemblement est prévu le 24 mai, deux petits jours avant les élections européennes... Une façon de maintenir la question de l’enjeu climatique au coeur du scrutin.

Pour aller plus loin
Selon un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié en octobre 2018, le seuil de 1,5 °C de réchauffement sera franchi entre 2030 (horizon pessimiste) et 2052 (horizon optimiste). Plutôt à l'horizon 2030, étant donné l'augmentation des émissions de CO2 de 2% en 2018, par rapport à 2017. En clair, si nous ne changeons pas radicalement notre mode de vie dans la décennie qui arrive, les conséquences environnementales seront catastrophiques, préviennent les experts unanimes.
Entre 500 000 et 1 million d'espèces pourraient être menacées d'extinction et une grande partie "dans les prochaines décennies", selon un rapport de l'ONU. Ces projections correspondent aux mises en garde de nombreux scientifiques qui estiment que la Terre est au début de la sixième "extinction de masse".

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire