Le Puy : ''Le Retour de la Momie''

lun 12/10/2015 - 19:11 , Mise à jour le 12/10/2015 à 19:11

" Oh une momie ! ", la réaction de la petite fille qui passe devant les panneaux retraçant l'histoire des momies du Musées Crozatier est partagée par la majorité des visiteurs de l'Hôpital Emile Roux. Sept mois après la révélation des résultats des scanners des deux momies, ils sont expliqués au grand public à travers plusieurs tableaux dans le hall de l'établissement.

Succès populaire
Depuis ce lundi 12 octobre, Henout et Djedimenet, les deux momies ont leur photo placardée au sein du Centre hospitalier. " Ça fait une heure que les panneaux sont installés et beaucoup de monde s'arrête en sortant de l'hôpital ", explique le personnel. Florence Saragoza, directrice du musée, directrice du Musée Crozatier observe les curieux avec le sourire. A ses côtés, le personnel du service de radiologie et la direction discutent de la dentition des momies.

Les découvertes
Les scanners avaient été passés le samedi 28 février, " un jour de fréquentation creux ". Cette technologie avait permis de mettre en lumière plusieurs découvertes. La première : dans le cercueil de dame Henout, se trouvait en réalité le corps d'un homme. Dans un second temps, l'âge des cercueils ne correspondent pas aux techniques de momification de l'époque.
Le scanner pourrait être utilisé avec " d'autres objets comme la taxidermie " dans le futur.

Le musée se déplace
L'exposition devrait rester sur les murs du hall de l'hôpital jusqu'à la fin du mois de novembre. Ensuite, elle pourrait déménager dans le self de l'établissement, à l'hôpital de Craponne-sur-Arzon, à la maison de retraite de Saint-Julien-Chapteuil ou encore dans les écoles. " C'est une expo qui entre dans le cadre des Musées sans les murs ", explique Huguette Portal, adjointe de l'animation culturelle.

Pour percer un peu plus les mystères des momies, une datation au carbone 14 doit être réalisée sur les bandelettes et les cheveux. C'est un laboratoire de la région parisienne qui est en charge de cette mission.

E.J. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire