Tous

Chadrac

Le Puy : des enfants gourmands de maquillage au marché d'art de Noël

lun 15/12/2014 - 01:46 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

Durant cette journée du dimanche 14 décembre 2014, les artistes du Velay ont tenu leur marché d’art de Noël à la salle Jeanne d’Arc du Puy-en-Velay.

Du maquillage…
Les visiteurs parcouraient les stands disparates des peintres, sculpteurs, céramistes et autres artistes en marqueterie. Au détour d’un stand tenu par Nicolas Harny de Saint-Romain-Lachalm, le public pouvait observer une exposition particulière. Il s'agissait "de plaques de cuisson récupérées" sur lesquelles "j'ai dessiné des motifs par le biais tout simplement de soudures à l’arc", décrit le sculpteur.
De leur côté, les enfants s’adonnaient aux joies du maquillage et du dessin. Captivée par le charme du petit cœur mauve, assorti à sa jupe, dessiné sur sa joue par Anne-Marie Giblin, Atelier de maquillage, de Chadrac, Aliénor, 9 ans du Puy a voulu renouvelé l’expérience. Ainsi, "ça m’a donné envie de revenir et j’ai choisi un papillon pour déguiser mon visage", s’exalte fièrement la très coquette et gracieuse petite fille.  

----L’association des artistes du Velay existe depuis 41 ans. Elle exerce un partenariat avec la ville du Puy qui lui permet de bénéficier de location de salles gratuites et de subventions financières. En contrepartie, l’association s’engage à "offrir aux visiteurs un marché de Noël dans un lieu couvert et dans un endroit chaleureux", souligne Chantal Longeon, Présidente de l’association. Elle précise encore que "chaque exposant est indépendant et que le marché de Noël n’a aucun but humanitaire".-----…aux sculptures en "raku"
Une originalité encore de ce marché est l’exposition de sculptures inédites en "raku", gré en terre chamoté, créées par Fabienne Lacour de Saint-Germain-Laprade. Elle explique dans les moindres détails la conception d’une sculpture dans ce matériau : "d’origine japonaise, la cuisson s’opère en deux temps, à 900° pendant 10h, et après l’émaillage, une nouvelle cuisson à 1000° pendant 1h30. Puis, après retrait du four, les pièces sont plongées dans des bassines de copeau de bois qui s’enflamment, pendant 10 minutes. Le choc thermique provoque des craqures et les parties non émaillées noircissent. La dernière étape consiste au rinçage à l’eau pour refroidir les sculptures, au nettoyage et à la présentation sur des socles", dépeint avec précision et ferveur Fabienne Lacour. Elle concède enfin avoir "une folle passion" pour la sculpture.

G.D.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire