Le Puy : débats mouvementés autour du budget

ven 08/04/2016 - 00:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Si le climat s'est considérablement apaisé dans les débats entre la majorité et l'opposition (bien que très minoritaire) depuis le départ de Laurent Wauquiez, il n'en reste pas moins que des adversaires politiques trouvent rarement un terrain d'entente.
Les débats ont donc été relativement agités, en particulier sur le dossier du budget, où l'opposition estime que la majorité profite du transfert vers l'agglomération pour assainir ses finances et que les baisses d'impôts pourraient être plus conséquentes. La majorité, elle, ne cesse de marteler que la mairie était « au bord de la faillite », lorsqu'ils l'ont récupérée et elle se félicite de ses « excellents résultats » qui consistent à ne pas augmenter les impôts malgré les baisses des dotations de l'Etat.

« Un budget maîtrisé » selon la majorité
Concernant le budget de la ville du Puy, Michel Chapuis se félicite de pouvoir tenir l'engagement de ne pas augmenter les impôts, malgré une nouvelle baisse des dotations de l’État de 64 500 €, qui est venue s'ajouter ces derniers jours à celles déjà annoncées ces dernières années et qui porte le total à 1,92 million d'euros de 2014 à 2017. Pour cette seule année 2016, ce sont presque 600 000 € de moins de la part de l’État dans l'escarcelle de la mairie du Puy.
« C'est un budget maîtrisé, avec un bon équilibre entre dépenses et recettes, et malgré tout, on a une capacité d'autofinancement suffisante pour garantir un bon niveau d'investissement au Puy », souligne le maire de la commune. Quant au désendettement, la ville du Puy a une capacité de 5,58 années contre 7,6 années pour les villes de taille moyenne (source AMF Banque de France). Rappelons que le ratio critique se situe entre 10 et 15 ans.
Michel Chapuis, ce budget est une véritable satisfaction ? Ce budget est plutôt difficile à lire, avec de nombreux transferts de charges vers l'agglo (98 agents et des équipements comme le théâtre ou le musée, pour une enveloppe totale de 3,9 millions d'euros). mais ce transfert n'est pas gratuit n'est-ce pas ?


Le conseiller municipal d'opposition Laurent Johanny ne partage pas le même enthousiasme face au budget 2016. Qu'est-ce qui pose problème dans ce budget selon vous ? Et concernant l'évolution de l'impôt ? 

Près de 500 000 € de subventions aux associations
« Toutes nos associations contribuent à la richesse de notre territoire et nous avons décidé de maintenir les subventions qui leur sont allouées », a déclaré Huguette Portal, adjointe aux affaires culturelles. Les associations environnementales comme les associations culturelles ou sportives, tout comme les manifestations comme le Roi de l'Oiseau, la Ferme s'invite en ville ou encore la course des 15 km du Puy, les subventions sont conservées, mais tout de même en légère baisse par rapport à l'an dernier, contrairement aux annonces de la municipalité.
Le total s'élève à 419 090 €, et les deux enveloppes principales concernent la culture (214 780 €) et le sport (140 000 €). Suivent les associations à caractère social (42 570 €) et les associations oeuvrant pour la politique de la ville et la vie de quartiers ( 12 450 €). Notons enfin les associations dans l'éducation et la jeunesse (6 050 €), les associations d'anciens combattants (2 070 €) et les associations environnementales (1 770 €).

Le Centre Pierre Cardinal accessible aux personnes à mobilité réduite
De nombreuses associations trouvent justement refuge dans le Centre Pierre Cardinal, d'une superficie de 5 000m² et d'une capacité d'accueil d'environ 1 500 personnes. Des travaux vont permettre de remettre à neuf la salle de spectacles, le foyer-bar, de réaliser la réfection des toilettes, de créer des accès aux personnes à mobilité réduite ainsi que de mettre aux normes le bâtiment. Une rampe d'accès au rez-de-chaussée et un ascenseur rendront le bâtiment accessible à tous. Un sanitaire adapté sera également créé.

----Le mur d'escalade sera remplacé en juin
Fortement dégradé, il devenait dangereux pour les nombreux scolaires qui l'utilisent chaque année. Le nouvel équipement, évalué à 150 000 €, sera mis en place durant les vacances scolaires d'été.-----Le stade Massot bientôt homologué pour évoluer en National
Un très gros chantier devrait être lancé avant la fin de l'année 2016 au stade Massot. Les travaux devraient s'étaler sur deux ans et coûter environ deux millions d'euros. Si des matchs de l'Euro 2016 seront diffusés sur écran géant (13 m²) au coeur du stade, les travaux concerneront les tribunes et la création d'un « club house » du même accabit que celui du stade Lafayette, intégrant un espace régie, presse et sanitaire. Deux vestiaires supplémentaires vont être construits (soit six en tout), afin notamment d'être homologué au niveau National, l'équivalent de la troisième division, niveau que vise le club ponot.

Le Puy continue de soigner ses entrées de ville
Avec le contournement du Puy, l'avenue des Belges va devenir une importante entrée du Puy. La municipalité a donc décidé d'enfouir les réseaux aériens afin d'embellir la ville. Les réseaux basse tension vétustes seront remplacés. Une fresque murale devrait compléter l'aménagement de cette entrée de ville. Pour procéder à tous ces travaux, la municipalité a terminé les acquisitions des propriétés de l'avenue, sans qu'aucune expropriation ne soit nécessaire.

----L'opération « un été un permis » reconduite
Les élus ont jugé que la première édition avait été « une réussite » et elle sera donc reconduite en 2016, en conservant la jauge de 30 candidats retenus. Tous n'ont pas obtenu le Code, notamment car certains font leurs études dans d'autres territoires.----- Réhabiliter les logements insalubres, un travail long et permanent
Après l'immeuble de la rue Grangevieille, deux nouveaux sites vont être traités de fond en comble, rue du Collège et rue du portail d'Avignon. L'ANAH devrait octroyer des aides à hauteur de 70 % et ainsi réduire considérablement la facture pour la ville.
« Ces démarches sont longues et permanentes », souligne Michel Chapuis, « elles permettent de compléter l'offre de logements neufs en centre-ville, dans la continuité des projets immobiliers lancés ces dernières années. Et n'oublions pas qu'en toile de fonds, ça permet aussi de regagner des habitants », a-t-il ajouté, « c'est le signe d'une ville qui va de l'avant ».

Santé : une vingtaine de professionnels attendus dans le théâtre du Pensio
L'objectif est d'augmenter d'un quart l'offre de médecins généralistes au Puy, avec six nouveaux médecins. Ils devraient être accompagnés de deux dentistes, de trois kinésithérapeutes, un orthophoniste, quatre infirmiers libéraux et un pédicure podologue.
Il s'agirait principalement d'installation, et donc de nouveaux professionnels, alors que l'on pouvait craindre un transfert es professionnels déjà installés sur le bassin du Puy. Cette maison médicale verra le jour dans le théâtre du Pensio et sera accessible aux personnes à mobilité réduite. Un parking jouxtera l'établissement.

330 000 euros « détournés » vers les écoles privées
Depuis plusieurs années déjà, la ville du Puy apporte son soutien financier aux écoles privées sous contrat d’association. Elle le fait aussi pour les écoles maternelles, alors que la loi ne l'impose pas. "Depuis 2008, cette majorité verse une dotation de fonctionnement aux établissements privés et rien que cette année, ce sont encore 330 000 euros qui sont flêchés vers le privé. Si on prend sur huit ans, le montant s'élève à près de 2,5 millions d'euros vers les écoles maternelles privées de la ville, sans aucune obligation", pointe du doigt Laurent Johanny, qui déplore : "la municipalité essaie une nouvelle fois de favoriser le privé, au détriment de l'école publique, laïque et républicaine".
L'adjointe à l'enfance Catherine Chalaye a tenu à réagir : « c'est un choix politique de financer les maternelles privées, afin de lutter contre les inégalités. Notre aide permet à toutes les familles de faire leur choix entre école publique et école privée. C'est un moyen de lutter contre les discriminations ». L'opposition est à deux doigts de s'étrangler : « vos arguments sont fallacieux, et vous entretenez une discrimination pour les enfants hors commune, qui ne bénéficie d'aucune dérogation dans le public alors qu'ils sont libres d'aller où ils veulent dans le privé ». C'est le maire Michel Chapuis qui a mis fin aux débats : « en Haute-Loire et au Puy, il y a une tradition d'avoir environ moitié moitié dans le public et dans le privé. Ce n'est donc pas de l'argent détourné comme vous avez osé le dire M.Johanny, et puisqu'il s'agit d'un choix politique, on n'est pas prêts de se convaincre les uns les autres ».

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire