Le Puy : conseil municipal expéditif sur fond de campagne régionale

ven 25/09/2015 - 04:02 , Mise à jour le 25/09/2015 à 04:02

Environ une heure et demi aura suffi à épuiser les 32 points à l'ordre du jour. Le temps aussi a été pris de procéder à l’élection de conseillers communautaires supplémentaires et d'aborder trois "questions diverses" soulevées par l'opposition municipale. L'expédition des points de l'ordre du jour n'a pas résisté à l'évocation de la Région.

Contrats Auvergne +
C'est la présentation des projets soutenus par la Région Auvergne qui va introduire au sein du conseil la campagne électorale en cours. Le dispositif "contrats Auvergne +" mis en place par la Région vise à soutenir les projets d'aménagement du territoire afin de rendre attractifs les quatre départements auvergnats. Depuis 2005, grâce à ce dispositif, ce sont 1259 projets qui ont été financés à hauteur de 184 millions d'euros. Pour la Haute-Loire, 45 millions d'euros depuis 2005. Les projets financés sont variés : crèches, bibliothèques... par exemple lors de la seconde génération de "contrats Auvergne +", 1,9 million d'euros ont été alloués au musée Crozatier du Puy.
----Accueil des réfugiés
Les élus d'opposition demandent au maire d'engager la Ville dans l'accueil des réfugiés. Michel Chapuis, adjoint aux finances, répondra que "les immigrés ne relèvent pas de la compétence des Villes mais du ministère".
15 maires de Haute-Loire ont fait une demande d'accueil de réfugiés sur leur commune auprès de la préfecture.
> Voir la position de Laurent Wauquiez-----Quatre projets soutenus dans le cadre du Contrat Auvergne+ 3ème génération 2015-2018 ont été présentés : le truss du jardin Henri Vinay (estrade et structure d'éclairage) à hauteur de 632 560 euros, le remplacement de menuiserie à l'école Michelet 450 000 euros, le développement services e-numériques 108 333 euros et l'équipement numérique des écoles qui sera soutenu par la Région à hauteur de 217 550 euros. C'est donc au total plus de 1,4 million d'euros que la Région engage sur le bassin du Puy-en-Velay.
Laurent Johanny, conseiller d'opposition de gauche, fait remarquer la nécessité d'utiliser cet argent à bon escient avec "le souci de viser juste et de respecter les critères sociaux et environnementaux".
La perche n'était pas là, le candidat-maire du Puy l'a tout de même saisie. Le conseil municipal laisse place à la campagne pour les régionales. Laurent Wauquiez dénonce les procédures trop lourdes, la diminution des dotations, les dépenses de personnels ou encore le coût des travaux de l’Hôtel de Région de Clermont-Ferrand. Bien loin des questions de "critères environnementaux". Le premier magistrat de la Ville ne manquera d'ailleurs pas de venir redonner les chiffres de dépenses de la Région aux journalistes en fin de conseil.

Aide aux propriétaires
C'est par le logement et l'aide aux propriétaires que la Ville souhaite favoriser l'installation de nouvelles familles au Puy-en-Velay, notamment sur le périmètre du centre historique. Parmi les aides proposées : 30 000 euros pour la mise en place d'un ascenseur dans les immeubles collectifs, 10 % d'aide sur la réhabilitation d'un logement indigne ou très dégradé, ou encore une prime de 3 000 euros accordée aux personnes qui achètent en centre-ville.

----Logement étudiant
L'ancien site du « Pensio » accueillera, avec l’extension de l'IUT, une résidence étudiante. 39 logements étudiants seront créés.
-----Entretien des voiries
L'opposition, "face à l'état désastreux des chaussées et trottoirs" demande une réflexion globale de la part de la municipalité. L'exemple est pris de certaines rues du Val-Vert ou encore de la promenade du Breuil ou du boulevard du président  Bertrand. Pour les élus minoritaires, cela doit passer par la création d'une "commission déplacement" qui serait chargée "d'anticiper les déplacements dans notre ville". L'adjointe aux travaux, Caroline Barre, répondra sur ce point assurant de l'engagement de la Ville et des services municipaux, et avançant comme argument les travaux effectués par la municipalité. D'ailleurs, Caroline Barre n'hésitera pas à prendre comme exemple les travaux qui seront engagés sur le boulevard Saint-Louis et le Breuil (RN 102), entièrement financés...par l’État !

L.P.G.

  • La réaction des quatre élus de l'opposition (de gauche)

"Rions un peu : lors du rapport N° 8 : M. Wauquiez a expliqué à sa cour que, « si les chiffres des recensements étaient mauvais c'était parce que les lotissements n'étaient pas correctement nommés ».

RAPPORT N°2 : DÉCISIONS PRISES
Laurent JOHANNY : De nombreuses décisions parmi lesquelles les N° 239, 240, 253, 260, 288,.... relèvent de la saison culturelle du théâtre et de manifestations événementielles. En cumulant leur montant, nous parvenons à la coquette somme de 100 000€. Aujourd'hui, la programmation est directement liée aux choix de votre cabinet Monsieur le maire. Pour de telles sommes, nous vous demandons expressément de solliciter désormais la commission « vie culturelle et animation de la ville » afin d'évoquer ensemble la programmation. De plus, nous considérons que les équipements culturels sur l'agglomération devraient nous permettre une plus grande cohérence avec le souci d'une plus grande complémentarité. Soit en raison d'une jauge différente selon les structures, soit en raison de leur nature, certains spectacles programmés au théâtre semblent bien plus appropriés au centre culturel de Vals et inversement. Il s'agit là d'une question de coût pour la collectivité et pour les spectateurs. Pour nous, il est urgent de trouver des solutions au niveau communautaire. L'équipe municipale refuse de répondre !!!!

RAPPORT N°5 : CONSEIL COMMUNAUTAIRE : NOUVEAUX CONSEILLERS POUR LE PUY-EN-VELAY
4 postes supplémentaires sont soumis au vote. Les 4 postes sont « emportés » par la majorité. Nous pouvions espérer que l'ouverture d'esprit des conseillers municipaux majoritaires, leur désir de laisser s'exprimer la minorité, les incitent à nous laisser une place de plus en conseil communautaire. C'était trop espérer. Ajoutons que nous aurions eu 2 conseillers communautaires si les 16 postes avaient été remis en jeu.

RAPPORT N°12 : AUTORISATION DE DÉPÔT DE DEMANDES D'URBANISME (VOTE CONTRE)
La ville du Puy revend des équipements sportifs après les avoir laissés à l'abandon depuis 2008. De plus, une telle réserve foncière est primordiale pour notre ville, par ce rapport, vous décidez de solder les biens publics de la ville, sans réflexion urbanistique intelligible.

RAPPORT N° 29 : CONTRAT AUVERGNE + 3E GÉNÉRATION
Entre 2005 et 2014, ce sont 184 millions d’euros pour 1.259 projets qui ont été financés par la région Auvergne sur les 15 Pays qu'elle comporte (centre aqualudique, crèche, médiathèque, maison de santé, salle socioculturelle, centre de loisirs, hôtels d’entreprises, etc.) Pour la Haute-Loire, ces aides s'élèvent 45 millions d'€ depuis 2005, et 16,7 Millions d'€ pour le seul pays du Velay. Les deux premières générations de contrats étant finalisées, une troisième génération est lancée. La troisième génération 2015-2018 de ce contrat prévoit 4,75 millions d'€ pour notre pays du Velay. En remerciant la région Auvergne, je voudrai souligner l'importance capitale de cette aide pour notre territoire où elle a choisi d'agir plus massivement encore que pour d'autres : PAYS : Aurillac 4,3M€ Jeune loire et ses rivieres : 4,2 M€ Grand sancy 1,74 M€ Saint flour 3,27 M€ Lafayette 3,32 M€ Cette manne financière primordiale doit nous inciter à concevoir des projets tournés vers l'avenir pour le développement harmonieux de notre territoire. Mais, il ne faut pas oublier que l'utilisation de cet argent public doit être fait précautionneusement avec le soucis de viser juste et de respecter les critères sociaux et environnementaux notamment. Données : Tous les conseillers régionaux de droite ont voté POUR cette 3e génération de Contrat Auvergne +. Sur la 2nde génération de Contrat Auvergne + pour le Pays du Velay, 4.485.250€ de FRADDT ont été attribués. Au total, 42 projets ont été subventionnés dont : - Musée Crozatier au Puy-en-Velay : 2.819.952 € dont 1.917.952€ FRADDT pays et EPCI, et 902.000 € ligne sectorielle culture ; - Complexe de tourisme et de loisirs à Craponne-sur-Arzon (335.473€ FRADDT EPCI) ; - Maison de Santé à Allègre (288.000€ FRADDT EPCI) ; - Agrandissement de la section "remise en forme" du Centre Aqua Passion à Lavoûtesur-Loire (210.000 € FRADDT EPCI) - Aménagement d'un espace de loisirs dans l'ancienne gare de Lantriac (224.000€ FRADDT EPCI) - Pôle accueil jeune enfant à Laussonne (90.000€ FRADDT EPCI) - Réalisation d’un Scot (80.000€ FRADDT Pays) 1re génération de Contrats pour le pays du Velay: plus de 54 projets ont été financés pour un montant total de 7,85 M€ M. Wauquiez, désireux de faire sa campagne énonce 1/ des contre-vérités sur la réalités des fonds régionaux versés sur le territoire (voir les chiffres plus hauts) 2/ des parallèles avec les frais de gestion de la région Auvergne ….alors qu'on parle de contrats Auvergne+. M. le Maire préfère dévier sur le « palais » construit à Clermont...lui qui préfère certainement payer des frais de déplacement et des locations annuelles exorbitants puisqu'ils ne pouvaient tous s'installer dans les anciens locaux exigus.

QUESTIONS DIVERSES :

Question N°1: Patrimoine architectural et urbain de la Ville du puy (Didier Allibert) Monsieur le Maire Chers collègues, La Ville du Puy possède un patrimoine architectural important, celui-ci joue un rôle déterminant dans son rayonnement touristique. Elle fait d'ailleurs l'objet d'un Plan de Sauvegarde et de Mise Valeur. La base Mérimée du Ministère de la Culture et de la Communication recense 87 édifices inscrits ou classés sur la Commune du Puy. Parmi ces monuments classés, qui ont aussi un intérêt historique, l'un d'entre eux est aujourd'hui dans un état de total abandon. Son état très dégradé interpelle fortement les visiteurs de notre ville et donne de celle-ci une image très négative. Il s'agit de la maison dite "romane" située à l'angle de la Rue Rochetaillade et de la Rue du Prat du Loup. Sur l'alignement de cette Rue, elle a fait l'objet d'un restauration /reconstruction il y a plus de Vingt ans, soignée et habile architecturalement, qui a permis qu'elle ne s'effondre pas. Mais depuis, aucun entretien n'a été effectué sur ce bâtiment et il est à nouveau très menacé. Il s'agit d'une propriété privée. La légende voudrait que la dentelle aux fuseaux fut inventée dans ce lieu. Nous pensons que la Municipalité ponote doit désormais en faire l'acquisition. Ceci permettrait de procéder à sa mise en sécurité et de garantir son maintien dans un état compatible avec son intérêt architectural et archéologique. D'autre part, remarquablement située sur les parcours pédestres de découverte de noter ville, cette maison pourrait facilement être réhabilitée et recevoir une activité liée au tourisme. Quoiqu'il en soit, il est exclu de permettre qu'elle soit ainsi vouée à l'effondrement et à la disparition à plus ou moins court terme. Mme Vincent évoque des propositions pour bénéficier de fonds ANAH pour réhabiliter cette maison.

Question N°2 : Réfugiés
(Laurent JOHANNY) Des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuient les pays dans lesquels ils subissent les persécutions et les guerres. Désespérés, un grand nombre d’entre eux tentent, au péril de leur vie, de rejoindre le continent européen en traversant la Méditerranée dans des conditions inhumaines. Les naufrages qui se succèdent quotidiennement ont fait 3500 victimes en 2014, nous en sommes déjà à plus de 3000 victimes pour 2015, et elle n’est pas achevée. D’autres, empruntant les voies terrestres, périssent asphyxiés dans des camions obscurs dont ils ignorent même la destination exacte. Pouvonsnous les ignorer, détourner le regard, ne pas entendre leurs cris, feindre de ne pas comprendre ce qui se passe ou pire encore ajouter l’irresponsabilité et la lâcheté à la barbarie en refusant de les accueillir ? Nous serions alors directement responsables de cette inhumanité et de ses conséquences, directement responsables de chaque mort supplémentaire. Il s'agit de ne pas se tromper de débat. Si la précarité grandit dans notre pays, rien ne doit faire oublier que ces réfugiés sont dans une urgence vitale. Ils connaissent les risques mortels de l’exode, leur vie est leur seule richesse : s’ils frappent à notre porte, c’est pour nous supplier de les aider à la préserver. Cette détresse ultime ne se compare pas aux difficultés sociales que nous pouvons rencontrer, et ne pas y répondre serait un crime. Pourtant, certains acteurs du débat politique seraient prêts à le commettre, prêts à souiller leur honneur et celui de notre pays dans des considérations idéologiques extrémistes. D’autres, qui se disent “républicains”, voudraient faire une sélection, désigner celles et ceux qui sont dignes d’être aidés de celles et ceux qui ne le sont pas, en fonction d’abjectes considérations d’origine ou de religion. N’est pas républicain qui se désigne ainsi, la République a des règles, des principes et des valeurs, des lois aussi, qui empêchent ce tri morbide aux relents nauséabonds d’autres époques révolues. Les questions politiques relatives à l’action à engager dans les pays d’origine ou à la durée d’accueil ne sauraient retarder notre action, il faut agir maintenant. L’heure est à l’urgence pour sauver des vies. La France et l’Europe toute entière doivent s’engager dans le respect du droit d’asile pour les opprimés. Conformément à l’appel du Président de la République, nous vous demandons M. le maire, à inscrire notre ville dans sa tradition d'accueil en l'engageant dans l’accueil des réfugiés à travers le mouvement national coordonné par le ministère de l’intérieur. M. Chapuis ose répondre à côté en évoquant les « émigrés » sur lesquels la ville n'est pas compétente !

Question N°3 : état des chaussées / déplacement piéton
(Laurent JOHANNY) Lors du dernier conseil municipal, à notre question relative à la mise en place d'une commission chargée du déplacement, vous nous avez répondu que la concertation prend trop de temps, et que vous préfériez agir « efficacement » d'après vos dires. Face à l'état désastreux des chaussées et trottoirs, force est de constater, que vous portez autant de considération à la concertation qu'à l'entretien de la voirie. De la promenade du Breuil au boulevard Bertrand, nid-de-poules, trottoirs défoncés, bosses multiples font partie du quotidien des Ponots alors que les cheminements piétons et cyclables sont soit inexistants, soit dangereux. Exemples : rues Jean Bauduin, Coudeyrette, Chas, trottoirs du cours Victor Hugo... Que dire des conséquences touristiques d'un tel abandon ! Pour un maire qui demande à la Région d'intervenir sur les routes alors qu'il ne s'agit pas de sa compétence, je vous demande de respecter les vôtres à travers l'entretien des rues et des trottoirs. En agissant dans l'urgence, vous opérez à du « rafistolage » sans vous préoccuper ni de l'image de notre ville, ni du bien-être des Ponots, ni de leur sécurité. Sans réflexion globale, ces deux problématiques ne font qu'une : Monsieur le maire, nous vous demandons de reconsidérer enfin l'espace public, d'assurer son entretien et de créer, enfin, une commission chargée d'anticiper les déplacements dans notre ville. Faut-il attendre un autre accident pour agir ? M. Wauquiez a osé prétendre que nous utilisions le drame survenu le week-end dernier. Pour rappel, les questions diverses posées par les élus minoritaires le sont obligatoirement dans un délai de 5 jours ouvrables avant le conseil. Ainsi, nos questions ont été envoyées mercredi 16 septembre au soir soit bien avant l'accident tragique ! Ce raccourci est pitoyable et indigne. Mme Barre évoque les travaux routiers sur le boulevard Saint Louis et Le Breuil : aux frais exclusifs de l'état ! La preuve d'ailleurs la voie descendante qui appartient elle à la ville n'est pas refaite !"

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire