Tous

Saugues

Le premier roman sur la Bête du Gévaudan est signé... Gérard Roche

ven 17/10/2014 - 17:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

« A 71 ans, j'ai un message à faire passer... Un message de tolérance, d'humanité, avec une touche spirituelle. » Ses propos sont ceux d'un vieux sage, mais Gérard Roche a le tract du débutant quand il présente son premier roman, ce vendredi 17 octobre 2014, jour de la sortie en librairie de Gévaudan Le Roman de la Bête. Le médecin généraliste, devenu neurologue, conseiller général, président de Département, puis enfin sénateur, entre en terrain inconnu dans le monde de l'édition.

Seul roman après d'innombrables documentaires
Mais pourquoi avoir choisi le sujet de la Bête du Gévaudan ? Le public n'est-il pas déjà saturé avec la Bête ? « Peut-être, répond le néo-auteur, mais le phénomène de l'engouement fonctionne avec des hauts et des bas, espérons que ce sera un haut. » Les innombrables ouvrages précédents publiés sur la Bête étaient tous des documentaires. Avec la forme du roman, Gérard Roche a voulu humaniser l'histoire au-delà des faits historiques, auxquels il reste tout de même fidèle.

Avec l'aide de l'historien sauguain Jean Richard
Celui qui est passionné d'histoire (il a écrit une thèse sur l'abbaye du Monastier-sur-Gazeille, sa commune de naissance), s'est constitué une chronologie, graphique à l'appui, avec toutes les attaques répertoriées de la Bête : 58 en Haute-Loire, 71 en Lozère, 18 dans le Cantal, trois dans l'Aveyron et une en Ardèche, la première à Saint-Etienne de Lugdarès en juin 1764. Il a puisé ses sources dans les archives départementales notamment, mais aussi et surtout auprès de l'historien sauguain, spécialiste de la Bête, Jean Richard : « sans lui, je n'aurais pas pu écrire le livre », reconnaît-il.

Trois théories
Selon lui, il y a trois hypothèse plausibles pour expliquer la Bête : une psychose collective pendant un hiver rude où les loups ont attaqué les hommes ; des corps mutilés de soldats car la guerre qui venait d'avoir lieu était l'une des seules où l'on avait pas ramassé tous les corps ; ou encore une bête hybride, résultat d'expérience d'apprentis sorciers qui ont fait des croisements entre chiens et loups. Pour savoir quelle théorie Gérard Roche a choisi, il faudra lire les 512 pages du roman.

Un succès en librairie ?
Le pavé reste-t-il de décourager les lecteurs rien qu'à sa vue ? Les Editions De Borée parient sur l'inverse. Selon la maison d'éditions nationale, spécialisée dans le roman de terroir, ce sont les livres à gros volumes qui se vendent le mieux. Un premier tirage de 3 000 exemplaires a été imprimé. Les semaines prochaines le diront.

Annabel Walker


Zoomdici.fr : Outre le fait que ce soit un roman, et non un documentaire, en quoi votre livre se différencie de tous les autres ouvrages sur la Bête du Gévaudan ?

{{audio1}}

Zoomdici.fr : C'est votre fille, Florence Roche (11 romans à son actif), qui vous a donné le goût d'écrire ?

{{audio2}}

Zoomdici.fr : Avez-vous déjà un prochain ouvrage en tête ?

{{audio3}}

[Ndlr : Gérard Roche est également président du Syndicat mixte des travaux de La Chaise-Dieu.]

  • L'histoire

Au XVIIIe siècle, la montagne du Gévaudan a subi pendant trois ans les attaques répétées d'une « bête », tuant nombre de ses habitants et semant la panique au cœur de cette terre d'une beauté rustique et légendaire. La presse s'empara rapidement de cette affaire pour composer un feuilleton national sensationnel. Tout l'inverse de ce roman qui se veut, à travers le regard des villageois, un tableau le plus proche et le plus fidèle de leur quotidien, leurs joies, leurs peines, leurs doutes, et parfois leur désespoir.

  • L'auteur

Né au Monastier-sur-Gazeille où ses parents tenaient une quincaillerie qui vendait de tout, de la bicyclette au missel, Gérard Roche fait des études de médecine puis s'établit comme praticien à Saint-Julien Chapteuil, où il exercera pendant 24 ans, avant de rejoindre le centre hospitalier Emile Roux du Puy-en-Velay au service neurologie.  il est aujourd'hui retraité. Parallèlement à cette activité, il débute une carrière d'élu local en Haute-Loire. Longtemps conseiller général, il devient président du conseil général au départ de Jacques Barrot, puis sénateur (UDI) en 2011. Il a laissé la présidence du Conseil général l'été dernier pour se consacrer à son mandat de sénateur. Gévaudan Le Roman de la Bête est son premier livre, publié aux éditions De Borée.

  • Prochaines dédicaces

Gérard Roche dédicacera son roman Gévaudan le roman de la bête :
Ce samedi 18 octobre à Saugues
Samedi 25 octobre matin à la Librairie laïque Le Puy en Velay et l’après-midi à la librairie Fnac du Puy-en-Velay,
Jeudi 30 octobre matin à la maison de la presse d’Yssingeaux,
Vendredi 31 octobre après-midi au Géant Casino de Vals le Puy.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire