Le précieux manuscrit du XIème siècle échappe à la Haute-Loire

lun 01/06/2015 - 17:54 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

"C'est raté", répond au téléphone ce lundi après-midi Martin de Framond, conservateur en chef du patrimoine et directeur des Archives départementales de la Haute-Loire, "car les enchères sont montées beaucoup trop haut".
Comme nous l'expliquions sur Zoomdici, la Haute-Loire avait mobilisé 90 000 € (une souscription en interne avait permis à la cathédrale du Puy de recueillir 50 000 €, auxquels il fallait ajouter la participation des particuliers pour environ 23 000 € et enfin l'aide des diverses collectivités et archives de France).

Ni la Haute-Loire, ni la BNF n'ont pu concurencer l'offre de 300 000 €
L'autre option qui permettait à la Haute-Loire de garder un infime espoir résidait dans l'offre de la BNF (Bibliothèque nationale de France), qui a tout de même enchéri à 250 000 € ce lundi après-midi. "Ce sont des connaisseurs et ils n'étaient pas très loin du prix final", note Martin de Framond. La BNF aurait ensuite pu rétrocéder l'ouvrage à la Haute-Loire, au moins dans le cadre d'expositions temporaires.
Mais il n'en est rien, c'est un privé qui a raflé la mise, avec une offre de presque 300 000 € (290 000 € plus les frais). Son identité n'a pas été révélée et elle n'est presque jamais rendue publique dans ce type de ventes aux enchères.

Pendant au moins un demi siècle, le manuscrit "perdu pour les chercheurs et le grand public"
"On n'a aucune garantie pour la suite mais on risque de ne plus avoir de nouvelles de ce manuscrit pendant au moins un demi siècle", déplore le directeur des Archives départementales de la Haute-Loire, comme ça se passe souvent dans ce type d'affaire. Surtout, pendant ce laps de temps, "le document est a priori perdu pour les chercheurs et le grand public".
Il était bien stipulé sur le site web de Dorotheum, qui organisait cette vente aux enchères : "il est demandé à l'acheteur de continuer à étudier cette coopération de valeur". Le document n'est donc pas perdu pour la recherche ? "Ce n'est qu'une déclaration de bons sentiments", relève Martin de Framond, "mais ça n'a aucune valeur légale, surtout à l'international".

Une déception nuancée pour les archives départementales
Si le département de la Haute-Loire ne fondait pas non plus d'immenses espoirs d'acquérir ce document, c'est tout de même la déception qui l'emporte. "On a fait une offre au cas où les enchères ne grimpent pas, mais on était quand même bien loin du compte", tempère le conservateur en chef du patrimoine, "finalement, on s'en voudrait plus si on avait été près du compte".
Un moindre mal, en guise de conclusion, "car on avait un peu été pris au dépourvu et on n'avait pas eu le temps de bien s'organiser pour récolter des fonds mais de toute façon, au prix où est parti le manuscrit, on n'aurait très probablement pas réussi à l'acquérir, alors il ne faut pas nourrir trop de déceptions".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire