Le moustique tigre sous surveillance

lun 30/05/2016 - 17:34 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Le moustique tigre. C'est le mal estival devenu source d'inquiètudes dans les pays européens depuis quelques années. Ce petit instecteur peut être porteur de maladies telles que la Dengue, le Chikungunya ou le virus Zika. La Haute-Loire est placée sous surveillance depuis 2009. L'insecte n'a encore jamais été détecté sur le département, mais une seule fois pourrait suffire pour ne plus arriver à s'en défaire.
----Portrait
Aedes albopictus de son nom scientifique est un moustique de petite taille. Il est facilement reconnaissable à ses pâtes zébrées. Il est surtout actif en journée, les matins et soirs. Il n'est pas craintif, vole bas et de manière hasardeuse.-----Installation irréversible
Aucun foyer n'a été déclaré en Haute-Loire. En revanche, l'insecte est bel et bien implanté dans de nombreux départements du Sud du pays et notamment l'Ardèche. "Dès que le moustique tigre est implanté à un endroit tout le département est considéré comme infecté parce qu'on sait qu'on ne s'en débarrassera plus", explique Valérie Formisyn, ingénieure sanitaire au service santé et environnement de l'Agence régionale de santé. La lutte concerne donc la non-propagation du moustique. Les points de surveillance sont stratégiquement placés le long des gros axes de circulation nord-sud. "Les moustiques se font enfermer involontairement dans les véhicules et se retrouvent à coloniser de nouveaux territoires." En Haute-Loire, un poste de surveillance est installé à Lorlanges, à proximité de l'aire d'autoroute de l'A75.
Attention aux coupelles !
Les moustiques tigres pondent dans de tous petits volumes d'eau tels que les coupelles sous les pots de fleur. "La femelle pond sur une surface sèche où elle pense qu'il va y avoir de l'eau", explique l'experte de l'ARS. Une fois l'eau arrivée, il suffit d'une semaine pour que le cycle larvaire se fasse et donne naissance à une nouvelle génération. "Si jamais ce n'est plus la saison, les larves résistent l'hiver, sauf s'il fait en dessous de zéro degré pendant un mois, et éclosent à partir du mois de mai suivant." Chaque citoyen peut signaler la présence de ce moustique sur un sité dédié : "c'est un acte citoyen", explique le Dr Xavier Poble du Centre hospitalier Emile Roux du Puy-en-Velay.
Comment éviter les piqûres de moustiques tigres ?
"Les répulsifs marchent plus ou moins, mais ils sont souvent plus toxiques qu'efficaces", regrette le médecin urgentiste. En revanche, les moustiques tigres volent souvent bas, avec un rythme peu vaillant. "Ils sont faciles à écraser", ajoute le Dr. Xavier Poble. Porter des chaussures hautes ou un pantalon long permettent de prévenir les piqûres. La couleur est également importante : "Ils sont attirés par les vêtements noirs alors qu'ils évitent les couleurs claires".
Pour l'heure, aucun cas de Dengue, Chikungunya ou Zika dû à des moustiques tigres implantés en France n'a été constaté. Seules les personnes piquées à l'étranger, dans des pays où ces maladies sont avérées, et présentant certains symptômes sont surveillées de près ainsi que leur environnement.

Emma Jouve

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire