Le meilleur apprenti boucher de France vient de Haute-Loire

mer 05/04/2017 - 14:15 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Au départ, ils étaient 2 000, dans toute la France. Le 13 mars dernier, l’Altiligérien Gabin Benoit-Faisandier remporte la sélection régionale Auvergne à l’IFP (Institut de formation professionnelle) de Bains, où il étudie, face à sept autres candidats. Ces dimanche 2 et lundi 3 avril, le jeune apprenti qui officie chez Franck Gineys, à Coubon, a été confronté à 25 autres concurrents, venus de tout l’hexagone, pour la finale nationale du concours « Un des Meilleurs Apprentis Bouchers de France ».

Six heures d'épreuves
En terres bourguignonnes, au CIFA de l’Yonne (Auxerre), les candidats ont eu un peu plus de 6 heures pour réaliser un plateau de viandes. Au programme : désossage, parage, ficelage et décoration des viandes. Ex-aequo avec le jeune Altiligérien, Axel Contat, apprenti à Thorens-Glières (Auvergne-Rhône-Alpes) et Antonin Launay, apprenti à Pornichet (Pays de la Loire).

Un jeune passionné
Gabin Benoit-Faisandier, lui, a 18 ans. Il est originaire d'Arsac-en-Velay. Il travaille à la boucherie Transferme de Franck Gineys à Coubon, où il prépare actuellement un CAP Boucher. "Epaulé par son enseignant, Christian Roux, Gabin s'est beaucoup entrainé pour réussir ce concours, fait remarquer l'IFP de Bains, qui félicite un jeune "très motivé et passionné par son métier".

La Boucherie a le vent en poupe
Le concours est organisé, tous les ans, par la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT). Son président, Jean-François Guihard, a rappelé que « la boucherie est plus que jamais un vieux métier d’avenir ». Pour preuve, en France 9500 apprentis sont formés chaque année dans 110 CFA (Centres de formation d’apprentis). Un chiffre en constante augmentation depuis plusieurs années.
« La Boucherie a le vent en poupe, a-t-il souligné devant les apprentis, leurs familles, les maîtres d’apprentissage et les formateurs à l’énoncé du palmarès. Elle propose des emplois stables, rémunérateurs, et la possibilité de devenir un jour chef d’entreprise. Dans l’artisanat, et en boucherie particulièrement, l’ascenseur social n’a rien d’un mythe ».

Un secteur de 80 000 personnes
Fondée en 1894, la CFBCT est l'organisation professionnelle des bouchers, bouchers-charcutiers, traiteurs. Elle s'attache à mener des actions collectives valorisant la profession et à représenter et défendre le métier. Sa mission principale est d'aider la profession à s'inscrire durablement dans les habitudes de consommation des Français et dans l'économie du pays.
Le secteur de la Boucherie-charcuterie représente un chiffre d’affaires de 6,10 milliards d'euros et compte 80 000 personnes (chefs d’entreprise, conjoints, aides familiaux, salariés, apprentis). Dans 20 000 entreprises, des artisans bouchers-charcutiers exercent ce métier au service de la gastronomie.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire