Le gouvernement à l’écoute des territoires ruraux selon Cécile Gallien

Par Nicolas Defay mar 04/05/2021 - 17:00 , Mise à jour le 07/05/2021 à 16:53

Mardi 27 avril, dix maires de France ont été conviés à un échange virtuel avec Emmanuel Macron. Parmi eux, Cécile Gallien, maire de Vorey-sur-Arzon. L’objectif ? Prendre le pouls des territoires éloignés de la sphère parisienne.

Selon Cécile Gallien, le président de la République Emmanuel Macron n’a pas coupé les liens entre les décisions prises au sein du gouvernement et les exigences partagées par les maires des campagnes françaises. « Au contraire, même, insiste la maire de Vorez-sur-Arzon. Depuis le début de la crise sanitaire l’année dernière, les élus locaux sont consultés régulièrement. Dès le premier confinement, quand il a fallu mettre d’énormes moyens en faveur des commerces fermés, nous avons été très consultés ».

Elle continue en ce sens. « Tous les dix jours, 40 maires se retrouvent en visio pour faire remonter au Ministre de l’Économie ce qu’il faut rajouter dans le cadre du fond de sécurité. Et je peux vous assurer que nos avis sont pris en compte très sérieusement ».

« C’est pour ça qu’il y a eu un confinement partiel au mois de novembre »

« À intervalle régulier, Emmanuel Macron s’entretient avec les maires pour savoir comment ça se passe sur le terrain, comment se porte le moral des habitants, qu’en est-il des écoles et au niveau de l’activité économique », certifie Cécile Gallien. Pour démontrer l’influence des avis émanant des élus ruraux, Cécile Gallien mentionne la période de Noël 2020. « En septembre, lors de la nouvelle vague de Covid, nous avons insisté auprès d’Emmanuel Macron pour que les familles puissent se retrouver à Noël ensemble, un moment essentiel pour tous les français. Notre avis a été totalement retenu. C’est pour ça qu’il y a eu un confinement partiel au mois de novembre dans le but de faire baisser le taux d’incidence et assurer des fêtes de Noël presque normales. »

« On a parlé du pass sanitaire. Les « jeunes » ne pouvant encore accéder à la vaccination, Emmanuel Macron ne pouvait imposer ce pass. Par contre, il sera exigé lors des rassemblements d’ampleur comme les gros festivals. Idem pour les étrangers venant en France. Ces derniers devront prouver qu’ils sont bien vaccinés s’ils veulent passer la frontière française ». Cécile Gallien

Pour un élargissement de la vaccination

Mardi 27 avril, Emmanuel Macron s’est de nouveau entretenu avec des élus ruraux, urbains et interurbains. Cécile Gallien résume leurs échanges qui ont porté sur la gestion de la crise sanitaire, les étapes du déconfinement et le plan de relance économique. « Nous avons demandé à ce que la vaccination soit étendue aux personnes de moins de 55 ans, livre-t-elle. Actuellement, on peut vacciner ceux de plus de 55 ans qui ont des métiers directs avec les publics. Il faut que ce seuil soit libéré. Nous souhaitons par exemple que tous les enseignants, peu importe leur âge, puissent accéder facilement à la vaccination ».

Cécile Gallien est également intervenue récemment dans France Inter (sujet vaccination) 

« Nous avons besoin de culture, de joie et de spectacles vivant»

Au sujet du déconfinement, Cécile Gallien rapporte ceci : « Tous les dix, nous avons insisté pour que la réouverture des petits commerces soit effective. Qu’il fallait ouvrir les bars en extérieur, les restaurants de manière progressive, et que les scènes culturelles vivent à nouveau tout comme les salles sportives ». Cécile Gallien explique encore : « Nous avons besoin de culture, de joie et de spectacles vivants. Cette fois, en ce qui concerne ma commune, la saison culturelle va enfin pouvoir avoir lieu. Cet été, dans toute la Haute-Loire, les artistes ont besoin de s’exprimer en public et les gens besoin de les voir s’exprimer ».

« Il ne faut surtout pas atteindre à nouveau un taux d’incidence de 400. Auquel cas, nous pourrions subir de fortes restrictions. J’ai appelé le directeur de l’hôpital du Puy-en-Velay pour être informée de la situation. Et également celui de Firminy car il est vrai qu’il y a une porosité évidente avec le département de la Loire » Cécile Gallien

Un plan de reprise pour les PME et les collectivités locales

Quant à la relance économique, Cécile Gallien, tout comme les autres élus à ses côtés, ont « clairement remercié l’État français pour la masse des aides injectées. Entre le chômage partiel, les exonérations de charge, le fond de solidarité, on ne peut pas dire que le gouvernement actuel ait été inactif, souligne la maire de Vorey. Nous avons demandé à ce qu’un plan de reprise pour les PME soit appliqué rapidement et aussi du coté des collectivités locales. » D’après Cécile Gallien, Emmanuel Macron a parlé d’un temps 2 du Plan de relance. « Dès les mois de juin et juillet, il souhaite faire un point sur les avancées de ce plan afin d’améliorer les choses sur les secteurs qui en ont besoin, simplifier les procédures pour ça aille vite, et se concentrer sur l’aide apportée aux petites collectivités ».

« En 2020, les français ont épargné 200 milliards d’euros, c’est à dire le double que d’habitude »

Toujours selon Cécile Gallien, Bruno Lemaire assure que les aides continueront d’être distribuer si les clients ne sont pas rendez-vous, par exemple dans les restaurants durant le déconfinement. « Ce sera une aide dégressive mais elle sera bien présente, appuie-t-elle. Il y a une vraie volonté de relancer la machine. » Elle se montre néanmoins positive sur le désir des français et des touristes à retrouver une vie normale d’avant Covid. « En 2020, les français ont épargné 200 milliards d’euros, c’est à dire le double que d’habitude ! S’ils se font plaisir maintenant dans les commerces, les restaurants ou ailleurs, nos entreprises de proximité retrouveront leur niveau d’avant ».

Intervention de Cécile Gallien (France Inter) au sujet de l'économie et du tourisme

Et ensuite ? Comment et qui va rembourser toutes les aides ?

À la question urticante de savoir comment la France et ses habitants vont procéder pour rembourser « la masse des aides injectées » une fois la pandémie derrière nous, Cécile Gallien botte quelque peu en touche. « Pour l’instant, des négociations au niveau européen sont en cours, affirme-t-elle. Rien n’est défini actuellement. Il y a beaucoup d’hypothèses et de discussions là-dessus. Je ne peux donc pas répondre là-dessus. Tous les ministres des Comptes publics français et européens essaient de trouver des solutions. » La seule donnée partagée par l’élue est le montant du Plan de relance européen alloué à l’Hexagone : 750 milliards d’euros.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés