Le Dauphiné ou Paris-Nice en Haute-Loire dès 2022?

Par Olivier Stevens ven 12/11/2021 - 16:30 , Mise à jour le 12/11/2021 à 16:30

Le Tour de France traversera le département de la Haute-Loire le 16 juillet prochain.

Dans la foulée, beaucoup de communes altiligériennes s'activent pour accueillir des étapes d'autres courses cyclistes professionnelles.

Le Dauphiné et Paris-Nice sont parmi les épreuves visées.

 

Dans l'univers des fans de cyclisme certains mots font rêver. Parmi ceux-ci, et au-delà de Romain Bardet ou Julian Alaphilippe, l'évocation du Tour de France, et de ses deux grandes répétitions françaises que sont le Critérium du Dauphiné et Paris-Nice , la course au soleil, éblouissent les amateurs de la petite reine.

Une véritable manne financière pour les villes-étapes

Le 16 juillet prochain la quatorzième étape du tour de France amènera les coureurs de Saint-Etienne à Mende par les routes par Yssingeaux, Rosières, le Puy-en-Velay, Cayres, et le Bouchet-St-Nicolas, notamment. Toutes ces épreuves sont une véritable manne financière pour les villes-étapes accueillant des départs ou des arrivées. 

Cependant le chemin menant à ce graal peut être long et ardu. L'ambition doit néanmoins être élevée pour décrocher la timbale populaire et financière que représente une désignation par ASO, l'entreprise organisatrice de ces épreuves.  Il faut savoir que les procédures, économiques, politiques et sportives sont assez longues et procèdent souvent de savant équilibrage dont l'aspect purement compétitif n'est que la partie émergée de l'iceberg.

ASO tente de venir dans chaque département de manière équilibrée

Les organisateurs doivent satisfaire l’ensemble du peloton. Un peu de plaine pour les sprinteurs, de la moyenne montagne pour les baroudeurs, de la haute montagne pour les cadors du classement général, et un ou plusieurs chronos pour niveler les valeurs. Tout cela lié à un critère un peu plus "diplomatique": ASO tente de venir dans chaque département de manière équilibrée, avec des terres de vélos un peu plus privilégiées que d’autres . Mais ce critère n’est pas toujours rempli.

Les collectivités doivent au besoin procéder à des aménagements urbains pour accueillir de la meilleure des manières le peloton. Pour un sprint par exemple, il faut une grande ligne droite au bitume lisse et propre. En cas d’aménagements urbains trop gênants, ASO peut retoquer une candidature qui réunit tous les autres critères. 

Au-delà d’un critère sportif et diplomatique, il y a aussi un critère esthétique à respecter

Une candidature peut être refusée plusieurs fois tant que l’organisation n’y trouve pas son compte. Au-delà d’un critère sportif et diplomatique, il y a aussi un critère esthétique à respecter. 

En début de semaine une délégation de cette société était présente dans la cité vellave pour visiter un certain nombre de lieux pouvant espérer porter leur candidature à ces courses. A leur tête, le double ancien vainqueur du Tour de France, Bernard Thévenet. Il était accompagné de quelques membres de son staff.

Il a effectué un certain nombre de repérages à Saint-Paulien, susceptible de pouvoir accueillir une étape sur le Critérium du Dauphiné ou sur Paris-Nice dont le tracé des éditions 2022 ou 2023 n'en est qu'à l'état d'ébauche.

  La Haute-Loire est en concurrence avec d'autres départements limitrophes

D'autres points de passage sont évoqués comme Aurec-sur-Loire et son "mur" de Mons ou le col de Peyra Taillade.  La Haute-Loire est en concurrence avec d'autres départements limitrophes comme l'Allier, l'Ardèche ou la Loire qui "décaleraient" forcément le tracé de ces deux épreuves plus vers l'Est.

Historiquement, Brioude, Langeac, le Puy-en-Velay, le Chambon-sur-Lignon, Craponne-sur-Arzon ou Saugues ont été désignées et ont pu rapidement s'acquitter des quelques 30 à 50000 euros qui constituent le budget nécessaire pour accueillir une arrivée ou un départ.

La concurrence est rude et d'autres communes que le Puy-en-Velay ou Saint-Paulien pourraient intéresser Bernard Thévenet. On parle naturellement de Polignac mais aussi de Chadrac, Pradelles, Brives-Charensac ou encore les Estables.

Les premières réponses viendront cet hiver. Le tracé de 2022 pour les deux épreuves sera alors plus ou moins connu. Sinon, les dés pourront être relancés pour les éditions suivantes.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés