Le collège des Gorges de la Loire fait le pari de la culture classique

mar 29/11/2022 - 08:00 , Mise à jour le 29/11/2022 à 08:00

Le mardi 22 novembre 2022, 40 élèves de 3ème du collège public des Gorges de la Loire ont assisté à la représentation du drame romantique Marie Tudor de Victor Hugo, une création du théâtre François Ponsard de Vienne.

Une représentation préparée en classe

Depuis plusieurs semaines, avec leur professeur de français, les collégiens préparaient cette représentation. Exercices de plateau, révision du lexique de l’espace scénique et, plus largement, de l’espace théâtral, lecture de l’œuvre, étude d’extraits choisis, propositions de mise en scène de ces extraits… tout a été mis en œuvre pour que le drame romantique d’Hugo leur soit accessible. Avec la complicité de Marie Delmas, médiatrice culturelle du théâtre du Puy-en-Velay, le metteur en scène de la pièce, Michel Belletante, est venu en personne au collège pour y rencontrer les élèves en amont de la représentation afin de leur donner des clés de compréhension, de répondre à leurs interrogations et même de les interpeller sur leurs propositions de scénographie de la pièce d’Hugo.

Une pièce d’actualité : « C'est une femme qui est outragée, mais c'est une Reine qui se venge »

Dans la pièce d’Hugo, Marie Tudor, que l’on connaît souvent en tant que « Bloody Mary », est amoureuse d’un certain Fabiano Fabiani, mais ce dernier la trompe avec une certaine Jane, une fille du peuple elle-même fiancée à un certain Gilbert, modeste ouvrier-ciseleur. Or, sans le savoir, Jane est l’unique et riche héritière du dernier lord Talbot, et c’est en réalité pour cette raison que Fabiano Fabiani s’intéresse à elle ! Comment la reine réagira-t-elle en apprenant qu’elle est trompée ?

La raison d’Etat l’emportera-t-elle sur la passion ? Environnée d’hommes qui lui disputent son pouvoir, Marie Tudor réussira-t-elle à concilier le pouvoir et l’amour ? Le drame, bâti sur le suspense comme une série policière, mis en scène avec effets visuels et sonores à l’appui, a tenu les élèves en haleine pendant près de deux heures. Il serait malhonnête d’affirmer que certains élèves n’ont pas trouvé le temps long, mais entendre un élève vous murmurer « Je suis pris par la pièce, M’sieur », d’autres émettre leur avis sur les décors, les costumes et le jeu de scène, d’autres s’enthousiasmer en voyant leur scène représentée sous leurs yeux, c’est gage du pari réussi qu’une œuvre classique peut encore séduire un public d’adolescents en 2022 !

Un projet soutenu par la DAAC

Cette représentation s’inscrivait dans un projet pédagogique annuel plus large autour de la femme, son statut et sa place dans la société, sous le titre provocateur : « Femmes, soyez soumises à vos maris ». C’est également dans ce cadre que, du 28 au 30 novembre prochain, les élèves bénéficieront de l’intervention du metteur en scène et de deux comédiens de la compagnie L’Emporte-voix.

Ces derniers leur proposeront la représentation d’un extrait d’Antigone d’Anouilh, mais aussi seize heures de travail de l’oralité, du corps, de l’espace, de la voix, de la confiance en soi et en l’autre… afin de mettre en voix voire en scène des textes d’autrices, d’Olympe de Gouges à Annie Ernaux en passant par Virginie Despentes, mais surtout de fourbir leurs armes pour aborder plus sereinement les épreuves orales auxquelles ils seront confrontées durant leur scolarité – à commencer par l’oral du brevet et du baccalauréat – et, plus largement, durant leur vie de citoyenne et de citoyen. On comprend mieux alors pourquoi ce projet a obtenu un large soutien, moral et financier, de la DAAC.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés