Le clown Mimosa fait son show sur la place du Plot

jeu 13/08/2020 - 19:41 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:07

Si vous étiez à la place du Plot aux alentours de 17h ce mercredi 12 août, vous avez sûrement pu apercevoir un individu vêtu d’une cravate poisson, d’un chapeau blanc et d’un pantalon bleu. Dès l'apparition de cet étrange personnage, il n’en fallait pas plus pour attirer l’attention des enfants (et des adultes) qui ont commencé à affluer vers l’homme avec un brin de curiosité. Mais le mystère de sa personne reste encore entier jusqu’à ce que ce dernier commence à faire disparaître des cartes à jouer tout en amusant la galerie avec quelques blagues. Il n’avait pas de nez rouge, pourtant à la vue de ses tours, tout le monde a pu deviner que c’était un clown, et en plus magicien.

L’art de mêler rires et tours de magie
Derrière ses blagues pour faire rire les enfants, le clown Mimosa se révèle être très habile et excelle dans les tours de magie. Aspirer une cigarette par le nez ? Pas de problème. La faire réapparaître par son oreille ? Ça ne pose pas de soucis non plus. Et puis un spectacle réussi rime aussi avec des interactions avec les enfants. Le clown Mimosa demande alors à deux enfants de le rejoindre et enchaîne les blagues. Il réussit même à faire apparaître des pièces de monnaie dans les cheveux des enfants, ce qui provoque le rire de ces derniers et de la foule. À la manière du célèbre magicien Éric Antoine, le clown Mimosa arrive parfaitement à allier magie et humour.

Une invraisemblable reconversion 
Après avoir terminé son spectacle en plein air, le clown Mimosa prend une pause de 15 minutes avant d’en recommencer un nouveau. Pendant cette pause, parents et enfants en profitent pour sympathiser avec celui qui les a fait rire pendant une bonne vingtaine de minutes. C’est aussi le moment pour lui de se confier sur sa vocation : « je suis clown depuis mes 29 ans, j’en ai 60 aujourd’hui. J'ai choisi de m'appeler Mimosa parce que c'est le nom du fils de Popeye » raconte-t-il. Pour lui, ce sont trente et un ans de carrière qui se sont construits sur une imprévisible reconversion : ingénieur après être passé par les écoles les plus prestigieuses, il a choisi de faire rire les gens : « j’ai fait Centrale quand j’étais jeune, puis après être rentré dans le monde du travail, j’ai compris que la vie de cadre n’était pas pour moi. J’ai donc décidé de passer un concours pour devenir clown et faire rire les gens » raconte-t-il, avant d’ajouter « et puis de toute façon, je n’avais pas une tête à être cadre ».

F.R 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire