"L'avortement est un droit fondamental qui ne peut être remis en cause"

dim 26/09/2021 - 23:00 , Mise à jour le 26/09/2021 à 23:00

A l'occasion de la journée mondiale pour le droit à l'avortement, le Planning familial 43 a fait part de ses inquiétudes ce samedi 25 septembre.

En effet cet organisme attend toujours l'adoption d'une loi permettant aux sages-femmes de pratiquer des IVG instrumentales, supprimant la clause de conscience pour les médecins, et surtout portant les délais pour avorter de 12 à 14 semaines, une justice sociale pour toutes les femmes car seules celles qui en ont les moyens peuvent avorter à l'étranger.

Par la voix de sa co-présidente, Claudine Gellet, le Planning Haute-Loire rappelle que: "aujourd'hui encore, une femme meure d'un avortement clandestin toutes les 9 minutes et que ce droit n'existe pas ou est remis en cause dans de nombreux pays sous la pression de lobbies conservateurs ou religieux."

Le vote à l'assemblée ayant encore été repoussé, Claudine Gellet s'insurge : "Les avancées pour les droits des femmes ne sont plus la priorité du Gouvernement !"

Par ailleurs, le Planning Familial réclame aussi la réouverture des centres IVG fermés par faute de moyens. "Il faut aussi que soit réellement appliquée la loi sur l'éducation à la sexualité à l'école. Il faut des campagnes nationales d'information. Chaque année, environ 1000 jeunes filles entre 12 et 14 ans se trouvent enceintes." ajoute-t-elle. "C'est aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités".

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire