L’avenir de l’eau est entre vos mains

Par Nicolas Defay dim 18/07/2021 - 07:00 , Mise à jour le 18/07/2021 à 07:00

Presque personne ne connaît l’assemblage de ces 5 lettres : SDAGE. Et pourtant, elles tiennent à bout de bras une partie de notre survie, traitant un élément vital pour nous tous, l’eau. Depuis le 1er mars et jusqu’au 1er septembre 2021, une enquête publique est en ligne afin vous décidiez à quelle sauce elle doit être...bue.

Le bon état de nos eaux, de nos fleuves, des rivières, des lacs et des lagunes, des nappes souterraines et de nos littoraux est un objectif national et européen, tout comme la gestion des inondations. Le dérèglement climatique, totalement avéré par la très grande majorité des scientifiques mondiaux, dessine les enjeux d’aujourd’hui et encore plus de demain concernant cette brique du vivant.

Pour participer à l’enquête du SDAGE Loire-Bretagne (Haute-Loire incluse)

La façon la plus simple est de vous rendre sur ce SITE.
Autrement, vous pouvez retirer la version papier au siège de la FNE 43 (France Nature Environnement), situé devant la Biocoop de Chadrac

Tous consommateurs d’eau

Ainsi, le SDAGE, qui signifie Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux, se révèle être un outil avec autant de manches qu’il y a de personnes consommatrices d’H2o.

Particuliers, agriculteurs, entreprises, collectivités, structures diverses et variés...nous sommes des millions à boire, user, gaspiller beaucoup, sauvegarder parfois, sans vraiment avoir conscience du mur de béton qui nous arrive en pleine face.

La pénurie d’eau potable, les inondations de plus en plus courantes dues à l’artificialisation des terres, les nappes phréatiques toujours plus vides, malmenées, polluées. Ce tableau sinistre et sordide est pourtant un présent déjà commencé et un futur plus que probable pour les générations prochaines.

Le comité de basin et l’État élaborent ces plans de gestion en concertation avec l’ensemble des acteurs de l’eau. L’idée d’une enquête publique est de connaître l’avis de toutes et tous avant d’adopter les plans en question.

Les acteurs ? Ce sont l’État à 20 %, les élus des collectivités locales à 40 %. Le reste ce sont tous les consommateurs d’eau, particuliers et professionnels.

Tout le monde peur répondre. Seul, en association, en collectivité, sous la bannière d’une entreprise.

À quoi vont servir les avis ?

Ils seront tous analysés. Le comité de bassin et l’État exigent de les prendre tous en compte afin de modifier et adapter le plan et les solutions envisagées à la base.

La Haute-Loire incluse dans le schéma Loire-Bretagne

Mais si l’Homme a toujours su s’adapter depuis la nuit de son temps, pas sûr qu’il survive sans un monoxyde de dihydrogène potable ou en quantité suffisante. C’est pourquoi, depuis le 1er mars 2021, le SDAGE propose à tous les français de remplir son enquête publique afin que vous indiquiez vos choix, vos priorités, ce que vous voulez et surtout, ce que vous ne voulez pas. Cette enquête se termine le 1er septembre 2021.

En 2018-2019, 6 500 personnes seulement ont donné leurs opinions sur la teneur du SDAGE 2022-2027. Or, la zone Loire-Bretagne est composée de 36 départements, des confins altiligériens à la pointe du Finistère. Elle concerne 335 communautés de communes, plus de 6 800 communes et 8 régions.
Ce sont alors plus de 13 millions d’habitants en mesure de partager leurs précieux avis.

Artificialisation des terres ? c’est quoi ?

L’artificialisation d'un milieu est la perte des qualités qui sont celles d'un milieu naturel. L'artificialisation s'accompagne d'une perte de capacité d'auto-cicatrisation de la part du milieu, et la création des situations de pièges écologiques, d'impacts plus ou moins négatifs, de roadkill (animaux écrasés ou blessés par les véhicules), de nuisances et pollution lumineuse, etc.

En France en 2011, en moyenne 165 hectares, soit 1 650 000 m2 de milieux naturels et terrains agricoles sont détruits chaque jour et sont remplacés par des routes, des habitations, des zones d'activité, par un phénomène d'étalement urbain.

Artificialisation des milieux, fléau des eaux

Les sujets abordent plusieurs thèmes. Le premier est celui de l’artificialisation des cours d’eau. Les actions principales du SDAGE seraient, entre autres, de supprimer ou aménager les ouvrages qui barrent le lit de la rivière et limiter la création de plans d’eau. Ou encore permettre la circulation des poissons migrateurs. Au sujet des risques d’inondation, le PGRI (Plan de Gestion des Risques d’Inondation) souhaite par exemple préserver les capacités d’écoulement que l’artificialisation des terres empêche totalement.

Les zones humides, aussi fragiles qu’indispensables

Le SDAGE mentionne l’hécatombe qui se joue sans répit dans ces espaces de vies que sont les zones humides. Il indique que le comblement et le drainage des zones humides au profit de construction ou des cultures déséquilibre profondément et durablement cette symbiose naturelle. « Elles offrent un habitat naturel riche pour de nombreuses espèces et détiennent un rôle important d’interception des polluants, d’alimentation des rivières et d’atténuation des crues », souligne le Schéma Directeur. Pour l’entité, « il faut préserver, entretenir, restaurer, reconquérir ces zones. Il faut également faire l’inventaire pour mieux les connaître ».

Un contrôle des pesticides et des pollutions industrielles

Ce n’est plus un scoop que d’affirmer la présence d’engrais, nitrates, phosphores, et pesticides dans les rivières et les nappes souterraines. Le SDAGE souhaite diminuer leurs usages et les intercepter avant qu’ils ne souillent à long terme un cours d’eau. Pour les pollutions des villes, le Schéma Directeur d’Aménagement rappelle l’importance de la collecte et du traitement des eaux usées. Concernant les industries, les conditions d’élimination des substances dangereuses doivent être améliorées.

« Individuellement nous sommes une goutte d'eau. Ensemble nous sommes un océan ». Ryunosuke Satoro

Comme disait les Shadoks...

La dégradation manifeste des cours d’eau, le manque d’eau accentué par le changement climatique, les pollutions des littoraux et la faible implication de tous les acteurs concernés par le problème sont les autres chapitres à retrouver sur l’enquête publique. Les Shadoks disaient en leurs temps : « S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y pas de problème ». Or, les problèmes sur l’eau, il y en a des m³, et des solutions tout autant. Mais pour qu’elles soient mises en application et dans le bon sens, il est nécessaire de faire entendre sa voix afin de la rajouter aux millions d’autres concernées.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire