Tous

Yssingeaux

Laurent Baffie à Yssingeaux : un show plus que chaud

sam 26/10/2019 - 16:33 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:59

Ce vendredi soir, la tête d'affiche de la 28ème édition du festival du rire à Yssingeaux, Laurent Baffie, l'humoriste aux multiples talents, a joué son one-man show devant une salle comble. Le titre de son spectacle "Baffie se pose des questions" laisse présager des multiples interrogations qu'il alimente, plus farfelues les unes que les autres.

Des questions pas toujours existentielles
Dès son entrée sur scène, alors que toute la salle est restée éclairée, un gros tome intitulé "j'encule mon public" sous le bras, l'artiste donne la température de la soirée. Ceux qui n'avaient pas pris le risque de se placer aux premiers rangs n'ont finalement pas été épargnés par ce vanneur au verbe cru, qui s'est déplacé dans toute la salle. Il pose des questions, pas toujours existentielles, et les échanges se situent bien au dessous de la ceinture.
Interagissant avec les spectateurs, il en invite certains sur scène pour s'éclairer mutuellement, puis leur offre un verre de verveine avant de redescendre. Il y a ceux qui rient à gorge déployée et ceux qui craignent d'être interrogés par l'humoriste et qui se font tout petits au fond de leur fauteuil. Baffie confisque même l'appareil photo d'un journaliste qui finit dans la corbeille. Marie-Paule, elle, sera invitée à rester à ses côtés durant tout le show, installée dans un fauteuil en vieux cuir, témoin aux premières loges de ses multiples vannes délirantes.

"Cette ville où on se lève à 9 heures pour manger des tripes"
L'animateur et auteur s'est renseigné sur la cité des cinq coqs. Pour lui, il se verrait bien décéder à Yssingeaux, cette ville où l'on se lève le dimanche à 9 heures pour manger des tripes et boire du vin blanc. Propos plus nuancés en imaginant que "même Xavier Dupont de Ligonnès n'aurait pas choisi d'assassiner sa famille à Yssingeaux", enfin affirme que le baron Haussman a dit de ses habitants "qu'ils étaient des ivrognes et des batailleurs."

"Plutôt Parkinson qu'Alzheimer pour la mayonnaise"
Il aborde tour à tour des thèmes comme la poésie, la peinture, "Picasso aurait-il aimé peindre Ribéry ?, le Penseur de Rodin était-il en fait en train de chier ? , les petits jeunes préhistoriques étaient-ils tous cro-mignons" ? Quant à la question religieuse, "un antisémite peut-il vivre à Villejuif ? Un restaurateur juif est-il content d'obtenir une étoile ? Un pape qui pète est-il en odeur de sainteté ? Faut-il interdire le port du voile dans les régates ?" Les non-sens fusent quand il aborde le handicap. "Quel est l'intérêt pour un aveugle d'habiter les beaux quartiers ? Les sourds claxonnent-ils le jour de leur mariage ? Un bègue doit-il participer à un speed dating ?" Citant sa mère, il affirme préfèrer qu'elle ait la maladie de Parkinson plutôt qu'Alzheimer, "pour faire la mayonnaise, c'est plus commode." Vient ensuite la question de la presse people. "Jean-Luc Lahaye suit-il la scolarité de sa femme ? Johnny Hallyday a t-il lu le Nouveau Testament avant de mourir ?, ou encore comment Bertrand Cantat célèbre t-il la Saint Valentin ?" Montrant le fameux slip de massage que devrait porter Patrick Bruel, ayant consulté le public, il lance un "acquitté" en lançant "franchement, qui oserait mettre un slip comme ça ?"

La belle-mère appelée en direct
Tatant des relations belle fille, gendre/belle mère, il invite sur scène un couple et fait appeler en direct la belle-mère en se faisant reconnaître par sa légendaire verve musclée. La gêne est alors très palpable. Ceux qui sont venus le voir savaient à quoi s'attendre, plus ou moins, "ça risque d'être sanglant, c'est sûr", prévoyaient avant le spectacle, Pierre-Yves et Martine, la trentaine, venus de St Férréol. "Il est à fond, sans limites, c'est chaud et très cru", ont constaté d'autres à la sortie. Pour Marina et Christian, arrivés de l'Etrat dans la Loire, : "on aime l'interactivité avec le public, c'est un spectacle qui est vivant, il est incontrôlable, c'est sûr que ça peut effrayer de monter sur scène avec lui et de parler de sexe devant tout le monde." A la fin de son show, casquette vissée sur la tête, l'humoriste s'est prêté au jeu des selfies avec ses fans. Le festival se referme ce soir au foyer rural avec une pièce parodique de Ben Hur interprétée par la compagnie Atelier théâtre actuel. Quelques places sont encore disponibles.

M-A.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire