L'action Cœur de Ville en quatre volets

Par Nicolas Defay jeu 04/03/2021 - 12:00 , Mise à jour le 04/03/2021 à 12:00

222 villes en France bénéficient du plan "Action Cœur de Ville". Parmi elles, la belle cité ponote. Suite à la signature de la convention en janvier 2019, la première phase du dispositif a été engagée avec le lancement d’une étude de stratégie urbaine.

Depuis quelques temps, les ponots n'ont de cesse d'entendre les marteaux piqueurs et le bruit de pelleteuses à travers les rues de la ville millénaire. Rénovation des façades, mis en plateau des rues et ruelles, refonte des places, végétalisation (timide) de certains secteurs. En parallèle, les commerces sont soutenus par des actions type "Coupe de pouce" et des évènements sont proposés ou optimisés (Le Puy Lumière, par exemple) pour lutter contre la désertification du centre-ville.

« Le programme d’action repose sur 4 axes qui visent l’amplification du centre-ville et la transition, explique Michel Chapuis, maire du Puy-en-Velay. D’un côté, l’amplification exprime la ville agrandie, avec tous les équipements, les espaces naturels, les zones commerciales. De l’autre côté, la transition intègre le contexte sanitaire et environnemental d’aujourd’hui et dont on doit tenir compte dans tous nos projets. L’ensemble des projets se retrouveront donc dans les 4 axes retenus : la ville paysage, la ville douce, la ville vivante, et la ville ingénieuse ».

"Il s’agit d’un dossier majeur pour la ville à moyen terme et nous le voterons évidemment. Les différents axes présentés sont consensuels mais c’est bien dans les détails des propositions que nous serons vigilants. Les commissions municipales, lorsqu’elles ont lieu, doivent permettre d’étudier les dossiers sérieusement et vous devez à cette occasion entendre nos points de vue. Il ne s’agit pas de s’inscrire systématiquement en opposition mais d’apprendre à travailler ensemble.

Difficile sur certains thèmes de ne pas avoir des craintes. Sur la ligne : « végétaliser les places de stationnement » par exemple. De quoi s’agit-il ? S’il s’agit de faire comme il y a quelques mois sur la place de la Libération (bitumée en long en large et en travers alors que vous promettiez une place »verte », pire avec un procédé de décapage de bitume fraichement déposé – pour le rendre plus clair- alors que celui-ci est allé directement dans les eaux pluviales ! ), nous avons des craintes. Des solutions pour veiller à la perméabilité des sols existent et n’ont pas été mises en œuvre.

Mêmes remarques d’ailleurs sur les transports doux. les pistes cyclables l’ont été sans consultation, sans écoute et on peut dire qu’elles ne sont pas réussies. Il y a la un enjeu majeur : la sécurisation des parcours qu’ils soient piétonniers ou cyclistes. Trop de nos concitoyens renoncent à des modes de déplacement doux en ville parce qu’ils se sentent en danger. Alors l’affichage, la communication, c’est une chose mais le changement de méthode est nécessaire !

Quant à la fameuse subvention mentionnée dans le rapport de la part de la région AURA. Je considère qu’il est norma que l’état et les autres collectivités ne s’engagent pas sans connaitre la nature du projet. L’utilisation de l’argent public doit se faire avec rigueur".

Ville paysage

"Sur ce premier axe, les différentes actions vont se concentrer sur l'amélioration de la végétalisation dans la ville, insiste Michel Chapuis. Il y a par exemple l'idée de planter un arbre pour chaque naissance d'un petit ponot. Actuellement, nous regardons pour rendre plus vert le parking Michelet ou encore le secteur Saint-François Régis". Les autres actions qui seraient sujets à une végétalisation ou une réhabilitation porteraient, entre autres, sur l'aménagement de la liaison du Dolaizon le Puy/Vals (Coût : 4 millions d'euros), l'amélioration de l'accès piéton depuis le nord de la ville du Puy et la commune d'Aiguilhe et l'accessibilité des espaces verts du centre-ville. Ces projets devraient être réalisés avant 2024.

Ville douce

"Ce volet traite de tout ce qui est mobilité dans la ville du Puy, souligne le maire. La mobilité englobe non seulement les places de parking supplémentaires comme le récent parking réalisé en bas de l'avenue Foch mais aussi la construction toujours plus de pistes cyclables. Il faut également que les gens puissent utiliser facilement et de façon pratique les navettes des transports en commun de la ville".

Ville vivante

"Ici, on touche à l'attractivité de la cité ponote et notamment de son cœur, continue Michel Chapuis. Pour cela, nous boostons les commerces en cherchant à développer l'intérêt de venir acheter dans nos boutiques." L'opération Coup de pouce illustre par exemple cette volonté à mettre en avant les produits proposés par les commerçants et les artisans de l'Agglomération. "Le chapitre Ville vivante concerne également la rénovation de l'habitat, ajoute le maire. Les ravalements de façades, les nettoiements des graffitis, la restauration des logements insalubres sont dans la ligne de mire de l'action en question."

Des programmes de réhabilitation d’immeubles dégradés ont été lancés rue Dolaizon, Portail d’Avignon, rue du Collège ou encore rue Grangevieille. Une OPAH-RU (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat Renouvellement Urbain) portée par la Communauté d’agglomération est aussi opérationnelle sur la ville du Puy-en-Velay depuis quelques mois. Entre autres projets, la réhabilitation active de la guinguette et des serres du parc Henri-Vinay (235 000 euros), la poursuite de la valorisation du label Unesco, la rénovation de la place du Marché couvert (1 750 000 euros) et encore l'accueil d'un programme d'hôtellerie/restauration haut de gamme à la place de l'établissement "Le Régina".

Ville ingénieuse

"C'est un axe plus ambitieux, admet Michel Chapuis. Cet axe touche entre autres l'animation dans le centre-ville ou la culture du numérique". Il y a par exemple un désir de poursuivre l'opération "M ton marché", d'étudier la mise en place d'espaces semi-privatifs sur le modèle des Coudercs, de créer un réseau de ruelles vertes ou d'utiliser le numérique en appliquant le dispositif QR code aux lieux d'intérêts et touristiques de la ville afin de proposer des visites virtuelles urbaines.

Une action à plusieurs mains (à la poche)

Le programme "Action Cœur de Ville" a entraîné la mobilisation d’une enveloppe de 1,8 millions d'euros de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour le financement d’opérations prêtes à être lancées. À titre d'exemple, la Salle Jeanne d’Arc, la place de la Libération ou encore la halle du Marché Couvert y sont intégrées.

Le Puy-en-Velay bénéficie du dispositif fiscal d’aide à la rénovation "Denormandie". Dans ce cadre, GRDF accompagne financièrement les propriétaires dans leur projet de conversion de chauffage en gaz naturel, à hauteur de 24 000 euros sur 5 ans.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

lo

sam 06/03/2021 - 10:07

Les intentions sont honorables, et les travaux seraient bien plus conséquents si le gouffre financier du chantier moribond de l'église des Carmes n'handicapé pas ces projets...j'espère que les travaux dont parle le maire sont réalisés par des entreprises faibles et saines financièrement !