La Région débloque une aide d’urgence de 50 000 € pour Haïti

mer 12/10/2016 - 19:30 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Philippe Meunier, Vice-président délégué aux Partenariats internationaux, ont décidé de débloquer 50 000 € sur le Fonds régional d’urgence afin de renforcer immédiatement l’aide humanitaire en Haïti et de consolider les capacités d’intervention des ONG engagées sur place. 
Cette aide régionale permettra de soutenir l’action de quatre organisations d’Auvergne-Rhône-Alpes déjà mobilisées en Haïti : MEDAIR, Handicap International, Fondation Mérieux et Aides Actions Internationales Pompiers.

"La Région Auvergne-Rhône-Alpes se doit d’être aux côtés des ONG engagées sur place"
Les conséquences humanitaires de l’ouragan Matthew en Haïti le 3 octobre dernier sont dramatiques. Haïti subit la pire catastrophe depuis le séisme de 2010. L’enjeu est donc capital : il faut agir vite et avec des actions concrètes sur le terrain, telles que la distribution auprès de plus de 30 000 personnes des biens de premières nécessités, l’équipement des communes du sud-est de l’île en hébergement temporaire, la distribution de kits d’hygiène d’urgence afin de permettre un accès à l’eau potable, ou encore la prévention des risques épidémiques concernant le choléra.
"Les conséquences de l’ouragan Matthew sont dévastatrices", déclare Laurent Wauquiez dans un communiqué de presse, "et nos pensées se portent vers les Haïtiens et ceux et celles qui se mobilisent sur le terrain pour leur venir en aide. La Région Auvergne-Rhône-Alpes se doit d’être aux côtés des ONG engagées sur place. Je tiens à les féliciter pour les actions remarquables qu’elles mènent en ce moment à Haïti et à travers le monde".

"Ils ont gaspillé notre argent public de façon scandaleuse"
Si la participation de la Région est aussi logique que louable, la rédaction de Zoomdici s'est souvenue des propos du candidat lors de la campagne des régionales il y a un peu moins d'un an (lire l'article ici). Fustigeant l'exécutif auvergnat de l'époque (présidé par le socialiste René Souchon), il avait notamment déclaré : "ils ont gaspillé notre argent public de façon scandaleuse [...]. Ils ont mis 750 000 € pour le développement du cinéma participatif au Burkina-Faso. Bon… ok… mais on peut peut-être le développer aussi en Haute-Loire et dans la région, le cinéma participatif. Ils ont mis un million et demi d’euros sur un programme contre le réchauffement climatique au Sénégal. Mais enfin, notre travail c’est de développer notre région ! ".
N'y a-t-il donc pas aujourd'hui une contradiction entre les paroles et les actes ? Les déclarations de l'époque de la campagne sont-elles assumées aujourd'hui ? Deux questions transmises au Président de Région qui répond : "là vous comparez le cinéma et le réchauffement climatique à une catastrophe humanitaire. Rien à voir avec les conséquences d’un ouragan évidemment. Le rôle de la Région est précisément d’intervenir dans ces situations pour accompagner les ONG engagées sur le terrain". 

Maxime Pitavy 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire