À la recherche de la future Miss Haute-Loire

dim 03/02/2019 - 14:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

Dans le petit local de l’agence Eclipse models, situé au Puy, quelques jeunes filles et deux jeunes hommes sont attentifs aux explications du photographe de mode Angelo Manieri. Malgré la neige qui tombe à gros flocons en ce samedi 2 février, Lisa Bellelle, Miss Haute-Loire 2017, ainsi que plusieurs mannequins couronnées au niveau local ces dernières années prennent la pose, avec leurs écharpes. Toutes sont représentées par l’agence. Le but de cette rencontre : préparer les jeunes filles à la future séance de photos qui permettra la réalisation d’un calendrier « artistique » pour l’année 2020.
Un rapprochement stratégique
Que cette séance photo se fasse au sein d’Eclipse models, une agence de mode récemment installée au Puy-en-Velay, n’est pas un hasard. Depuis que Régine Jeannot, quatrième dauphine de Miss France Outre-mer en 1994, s’est installée dans la cité ponote, elle a été contactée par Laïla Malhomme. Celle-ci qui est présidente d’une association altiligérienne, a organisé les dernières élections de Miss Haute-Loire en 2017, sous l’égide du comité Miss France.

----L'agence compte deux photographes professionnels attitrés : Christophe Rablat et Angelo Manierie.-----Pour cette dernière le rapprochement entre l’agence et le comité est stratégique. « Dans le département, on manque cruellement de candidates pour l’élection de Miss Haute-Loire », explique Laïla Malhomme. Comme en témoigne, l’annulation l’année dernière du concours, faute de participantes suffisantes. « Comme le concours de Miss Vellave s’est arrêté en 2004 pour reprendre en 2017 sous la forme Miss Haute-Loire, la tradition s’est un peu perdue, tente d’expliquer Laïla Malhomme. A cause de cela, je pense que les jeunes filles craignent un peu de se présenter. » Grâce au partenariat avec l’agence qui représente 17 mannequins dont 14 femmes, elle espère donc que Régine Jeannot donnera « son feu vert » à plusieurs d'entre elles, afin que le concours ne se retrouve pas sans candidate. Elle conseille par ailleurs à toutes celles qui ont envie de tenter l’aventure d’être Miss.


(Régine Jeannot, directrice de l'agence Eclipse Models (au centre de l'image), donnera peut-être son "feu vert" à certaines des mannequins de l'agence pour participer au concours de Miss Haute-Loire 2019. Crédit : Julia Beurq)
« Une expérience pleine de rencontres »
C’est également le conseil que donne Lisa Bellelle à toutes les Altiligériennes intéressées. Car pour elle, « être Miss Haute-Loire 2017 a été une expérience riche en rencontres, tant au niveau personnel que professionnel. » « Même si je n’étais pas introvertie, c’est un bon exercice pour s’ouvrir aux autres, et prendre de confiance en soi. Mais le plus important, c’est de rester soi-même », explique celle qui a finalement porté l’écharpe de la Haute-Loire pendant deux années consécutives.

Si le concours féminin semble donc reprendre de la vigueur, à quand une l'élection de Mister Haute-Loire ? « On y réfléchit, lance en souriant Laïla Malhomme. Après tout, ça change de voir de beaux garçons qui défilent... »

Plus d’infos sur l’édition 2019 qui aura lieu le 25 mai à Brioude, sur le site de Miss Auvergne.

Julia Beurq

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire