Tous

Cayres

La moitié des résidents positifs à l'Ehpad de Cayres

mar 03/11/2020 - 23:01 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:08

Toujours d’après les données de Santé Publique France (SPF), un quart des Établissements d’Hébergement pour les Personnes Âgées en Haute-Loire sont sujets à des clusters Covid officiel, soit 13 structures sur les cinquante recensées. Si le taux d’incidence départemental est de 992 pour 100 000 habitants lundi 2 novembre (c’est à dire près de 2,5 fois plus que le taux national), celui des Ehpad est de 4 056 à la même date.
Une situation qui inquiète fortement les professionnels de santé à l’instar de Bernard Carlier de la Cgt de l’hôpital Sainte-Marie. Il nous dévoile le profil actuel de l’une des entités externes du centre hospitalier, l’Ehpad Villa Marie de Cayres.

Plus de la moitié des patients infectés
"Si la Haute-Loire, notre hôpital et ses structures furent bien épargnées par la première vague, nous voilà plongés la tête sous l’eau, partage Bernard Carlier. Actuellement, nous comptons 33 cas positifs sur les 60 résidents présents dans l’établissement de Cayres, soit plus de la moitié touchés ! Dix éléments du personnels soignants ont également été positifs. C’est une véritable hécatombe que patients et professionnels subissent aujourd’hui". Des chiffres que la direction de Ste-Marie ne conteste pas.

Il ajoute : "L’Ehpad de Cayres, plus qu’ailleurs, souffre en ce moment, submergé et débordé. Déjà plusieurs décès et d’autres, hélas, possibles. Une assistance psychologique accrue et spécifique est demandée par les salariés qui voient mourir un à un leurs résidents".


Photo Maxime Pitavy/Zoomdici.fr

----La direction de Ste-Marie témoigne
"Nous sommes bien évidemment conscients des difficultés que traversent le personnel soignant. Nous faisons le maximum pour trouver des solutions à propos du manque de main d'œuvre. Pour cela, Ste-Marie est composée de plusieurs structures. Nous nous organisons pour dépêcher des effectifs des structures moins sollicitées pour les placer dans celles qui en ont besoin. D'autre part, nous avons créé une équipe mobile spéciale Covid (9 soignants et 5 logisticiens) qui se déplace là où il faut des appuis. Enfin, nous avons lancé il y a 10 jours un appel sur la page Facebook de notre association hospitalière pour rechercher toujours plus de renforts notamment pour l'Ehpad de Cayres. Il est donc faux de dire que nous ne nous préoccupons pas des équipes en place à Villa Marie".-----"Nous courrons tout droit vers une catastrophe humaine et sanitaire"
Les principales causes de stress sont, entre autres, les latences interminables des tests PCR dont les résultats dépassent souvent les 48 heures ou encore la fatigue alarmante du personnel, d’après Bernard Carlier. "Cette fois, nous avons le matériel nécessaire pour nous protéger. Nous avons des masques FFP2, des surblouses, des charlottes et du gel hydroalcoolique à profusion. Mais il nous manque sérieusement du personnel. Ceux en place sont à bout de souffle. Il faut même que ce soit des retraités du secteur qui viennent pour combler le manque de main d’œuvre. Nous lançons un véritable appel à l’aide car nous courrons tout droit vers une catastrophe humaine et sanitaire".

Cette ambiance des plus anxiogènes, sorte de microcosme infectieux confiné entre les murs des maisons de retraite, entraînerait même certains résidents à se laisser finalement mourir.

Moral à l'agonie
D’après Bernard Carlier, 71 patients ont été testés positifs depuis le 1er octobre dans les différentes entités que compte Sainte-Marie. 83 salariés l’ont également été.
"À propos du moral des équipes soignantes, il est au plus bas, affirme Bernard Carlier. Les salariés enchaînent les heures supplémentaires et ne peuvent plus assurer correctement les soins. D'autre part, le CHER (Centre Hospitalier Emile Roux, Ndlr) a décidé de ne plus accueillir de tels résidents en fin de vie, alourdissant dans le même temps le poids psychologique que les employés de Cayres supportent au quotidien. Beaucoup d'entre eux éprouvent une détresse et une fatigue mentale évidente, se sentant alors totalement impuissants".

"Toutes formes d'aides annexes s'avèrent maintenant indispensables"
Syndicalement parlant, les salariés ont fait remonter plusieurs propositions à la direction de l'hôpital Sainte-Marie. Selon Bernard Carlier, si la DRH (Direction des Ressources humaines ) apparait sensible aux demandes des salariés, la direction ne semble rien entendre.
"Nous avons demandé d'élargir les possibilités de renfort sur la base du volontariat, peu importe la durée ou le service concerné, explique Bernard Carlier. Le personnel a dit texto accepter toute aide possible quelle qu'elle soit. L'aide au ménage et au repas, à la désinfection, à la distribution des traitements et des soins. Ou tout simplement répondre aux familles pour les rassurer. Nous sommes bien conscients que les équipes soignantes en place sont les seules autorisées à prodiguer les soins spécifiques Covid à leurs résidents. Mais toutes formes d'aides annexes s'avèrent maintenant indispensables".

Nous avons tenté de joindre la directrice de l'Ehpad Villa Marie pour connaitre sa vision sur la situation de l'établissement mais elle n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Appel à l'aide de la direction sur les réseaux sociaux

Nicolas Defay

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire