La Marche des Fiertés annulée au Puy

Par Nicolas Defay sam 04/09/2021 - 07:30 , Mise à jour le 04/09/2021 à 07:30

Le mouvement LGBTQ+ Pride* effectue cette principale manifestation afin de donner une visibilité aux personnes homosexuelles, bisexuelles, queer, transgenres ou autres et à revendiquer la liberté et l’égalité des orientations sexuelles et des identités de genre. Cette marche était prévue le samedi 11 septembre au Puy mais le collectif départemental a préféré l’annuler.

Les OrtiEs. Ce collectif altiligérien, exclusivement féminin, défini par lui-même comme un mouvement anarcha-féministe a été créé en 2019 sur le sol vellave. Le samedi 11 septembre, ses membres et sympathisants avaient prévu d’effectuer la Marche des Fiertés, manifestation qui se produit dans de nombreux pays à travers le monde. « Notre collectif est né il y a deux ans, explique l’une d’entre elles. Il est composé de différents profils, pour l’instant que des femmes, mais nous ne sommes pas contre l’adhésion et le soutien des hommes touchés par nos combats de société ».

La Marche des Fiertés trouve son origine dans la Gay Pride, née après les événements de Stonewall (New York) en 1969. Au fil des années, le mouvement s’est amplifié et étendu à de nombreux pays, dont la France depuis 1981.

La Marche des Fiertés est, depuis plus de 20 ans, un événement annuel majeur, à la fois revendicatif et festif. Elle rassemble chaque année plus d’un demi-million de personnes, grâce à une organisation comprenant plus de 200 bénévoles. L’égalité des droits entre les personnes hétérosexuelles et les personnes LGBT en est l’une des revendications principales.

C’est le plus grand événement LGBT de France. Elle draine une foule considérable venue de la région parisienne, mais aussi de province et de l’étranger. Avec le marathon de Paris et la Technoparade, la Marche des Fiertés est l’un des trois plus importants évènements de plein air de la capitale.

Elle regroupe plus de 90 organismes, des associations luttant contre les LGBTphobies, des associations de prévention et de lutte contre le VIH/SIDA, des partis politiques, des organisations de défense des droits humains, des syndicats, des associations LGBT issues de grandes entreprises et, enfin, des établissements commerciaux.

La Marche est organisée depuis plus de 10 ans par l’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT). L’Inter-LGBT regroupe environ 60 associations et a pour mission de lutter contre les discriminations fondées sur les mœurs, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, dans le cadre de la promotion des droits humains et des libertés fondamentales.

L’organisation de la Marche est entièrement bénévole. Des représentant-e-s des associations membres de l’Inter-LGBT se réunissent tout au long de l’année pour préparer l’événement. Les fonds récoltés à l’octroi et les frais d’inscription servent à financer la Marche de l’année suivante et des projets interassociatifs. L’Inter-LGBT est reconnue d’intérêt général.

« Ces gens-là sont loin d’être considérés, s’obligeant à rester invisibles »

Les OrtiEs dispensent par exemple des ateliers sur les sujets tels que la violence faite aux femmes et les traitements judiciaires qui en découlent. « L’enjeu est de mener des actions en ayant une position féministe assumée afin de rendre visible les minorités qui existent dans le milieu rural à l’instar de la Haute-Loire, ajoute-t-elle. Car, même si nous habitons dans un département de campagne, loin des structures citadines comme Lyon ou Paris, il existe par chez nous des gens faisant partie de la communauté LGBTQ+. Ces gens-là sont loin d’être considérés, s’obligeant à rester invisibles pour ne pas subir toutes les formes de discriminations possibles ».

Actions :

  • amener des réflexions et des analyses politiques sur des sujets féministes au sens large
  • créer des espaces temporaires autogérés et solidaires dans un fonctionnement horizontal
  • mettre à disposition des infokiosques, tables de presse, webographie, vêtements, etc. à prix libre
  • participer à des manifestations revendicatives et artistiques

Projets :

  • éducation populaire et ateliers, sur divers supports
  • production artistique et création de contenus DIY (Do It Yourself)
  • créer une communauté anarcha-féministe et queer en Haute-Loire

« Ensemble, nous allons prendre du temps pour définir précisément comment mener cette manifestation et nos autres actions dans le futur. Et également tenter d’accueillir plus de personnes au sein des OrtiEs ».

Pour contacter les OrtiEs, c’est ici

Si vous souhaitez avoir plus d’infos sur le collectif et vous rallier à leur cause, vous pouvez les contacter à l’adresse : lesorties@outlook.fr
Pour leur page Facebook, c’est par .

« Nous avons décidé d’annuler finalement notre Marche des Fiertés »

Le collectif des OrtiEs s’avère aussi discret que leur cause est grande. Mais à ce jour, il ne compte que quatre membres actifs et une dizaine de sympathisants. « Notre mouvement est toujours en pleine construction et se recherche encore une maturité, admet-elle. Nous avons décidé d’annuler finalement notre Marche des Fiertés au Puy ce 11 septembre 2021 car nous n’étions pas assez organisées. Ensemble, nous allons prendre du temps pour définir précisément comment mener cette manifestation et nos autres actions dans le futur. Et également tenter d’accueillir plus de personnes au sein des OrtiEs ».

*LGBTQ+Pride : lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes, queer (personnes ayant une sexualité ou une identité de genre différentes de l'hétérosexualité).

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

6 commentaires

sa

dim 05/09/2021 - 23:40

Faut-il être obtus, d'une mauvaise foi certaine ou posséder un égocentrisme conséquent pour ne pas comprendre que les homosexuels ont besoin de faire leur coming out et d'affirmer publiquement leur homosexualité ? Ça me paraît juste le minimum pour parvenir à l'égalité. 

ol

dim 05/09/2021 - 14:31

OK, et les hétéros ne sont pas les bienvenus je suppose. C'est très discriminatoire. Mais bon , pas grave, ce que font les gens avec leur sexe ne m'intéresse pas plus que ça et devrait rester dans la sphère privée. Pourquoi a-t-on besoin d'exposer ses tendances sexuelles en public ?

la

sam 04/09/2021 - 16:06

La LGBT fait un tel lobby auprès des médias que l'on ne voit plus que ça dans les films, pub... Dictature des minorités favorisant la confusion chez les jeunes en plus. Il me semble que la sexualité et la vie affective ont besoin de pudeur ce qui est vraiment une caractéristique du comportement des ados. Alors stop à toutes ces manifs ! Aucune fierté d'être LGBT pas plus que d'être hétéro. Vive la vie privée et le respect de tous !

od

sam 04/09/2021 - 11:55

Moi, je suis de droite, je suis catholique et je regrette la caricature qui font tomber les gens comme moi dans les anti "différence". Je soutiens les homosexuels et lesbiennes et toute différence. Et heureusement, la très grande majorité de la société ne critique pas du tout la différence. Seuls quelques imbéciles  critiquent l'évolution de la vraie vie ! Pour moi, il n'y a pas besoin de manifestations pour que la différence soit acceptée ! Par contre, les attitudes et propos excessifs des féministes me fatiguent !!! 

ga

sam 04/09/2021 - 08:41

Dans ces zones de campagne, emprises de religion et de tradition, se découvrir LGBT doit être tellement difficile. Très heureux de voir que, dans mon ancienne ville, "Les OrtiES" ait vu le jour et puisse aider et donner confiance aux amis et parfois même éviter de les pousser au pire. Cette marche aurait été l'occasion de leur montrer qu'ils ne sont pas seuls, qu'on est tous différents et que malgré les "délires" des partisans de la Vierge ou de la politique réac sousjacente, les LGBT ont leurs droits, comme nous tous. J'espère qu'un tel moment festif et informatif pourra voir le jour après la crise sanitaire au Puy.

ru

sam 04/09/2021 - 08:23

Pour info il y a  des marches des fiertés à Valence le 18 et à Grenoble le 25 septembre. Celle de Lyon a eu lieu,