La mairie du Puy adopte un triporteur électrique pour nettoyer la ville

Par Nathan Vacher jeu 07/07/2022 - 12:00 , Mise à jour le 07/07/2022 à 12:00

Après le Glutton, la Ville du Puy adopte un triporteur électrique. Cette machine, équipée d'une petite lance à eau, de plusieurs conteneurs, d'un balai et d'une pelle, va se rendre utile aux services techniques pour nettoyer les rues étroites et escarpées de la vieille ville.

Électrique, agile, ergonomique, qui ne fait pas de bruit (hormis en marche arrière), le nouveau joujou nettoyeur de la Ville va permettre de combler "un trou dans la raquette l'après-midi" pour les 15 agents de propreté du Puy-en-Velay. "Sept agents assurent le nettoyage de manuel des rues à raison de deux passages par jour. Les huit autres sont affectés aux interventions mécanisées à l'aide de balayeuse, laveuse et d'un véhicule équipé d'un nettoyeur haute pression", commente Jean-François Exbrayat, adjoint à la qualité de vie et à l'environnement.

Une intervention rapide possible avec un signalement des riverains

Deux outils de proximité sont à disposition des riverains pour demander une intervention des Services techniques de la Ville :

  • "Allô Ponot", un numéro de téléphone qui permet une demande d'intervention au 04.71.09.96.88,
  • Illiwap, une application alerte et information pour la mairie.

"La propreté de la ville, c'est aussi l'éducation des gens", Jean-François Exbrayat

Les cendriers de rue, mis en place avant le Covid, ont pour beaucoup été vandalisés. "On continue de maintenir les cendriers de rues, de les remettre à niveau pour certains. La propreté de la ville, c'est aussi l'éducation des gens. C'est encore dommage de constater beaucoup d'incivilités. Des personnes qui ne ramassent pas les crottes de leur chien, des fumeurs qui jettent par terre leurs mégots. On lance également un appel aux patrons de restaurants et bars pour qu'ils équipent tous leurs terrasses de cendriers", poursuit l'adjoint à la mairie.

Le maire Michel Chapuis, entouré de Jean-François Exbrayat et des agents de propreté. Photo par NV

Un triporteur au prix "d'une moto... d'une grosse moto", Jean-François Exbrayat

Forcément, ce triporteur a un coût. Lequel ? Chaque contribuable pourra tenter de le deviner. "On est sur le prix d'une moto... d'une grosse moto", affirme Jean-François Exbrayat. "Je pense qu'on est sur un prix similaire à celui d'un Glutton", poursuit Alain Boyer, responsable du Service propreté de la ville.

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire