La Haute-Loire, fin prête à accueillir les réfugiés ukrainiens

Par Nicolas Defay ven 11/03/2022 - 12:00 , Mise à jour le 11/03/2022 à 12:00

Mardi 8 mars, le préfet Éric Étienne a présidé un premier comité de pilotage départemental de l’accueil des ressortissants ukrainiens en Haute-Loire. Il propose un schéma d’accueil partagé avec plusieurs acteurs et institutions pour garantir cet accueil dans les meilleures conditions. Explication.

Aux côtés du préfet de la Haute-Loire, ce sont Marie-Agnès Petit, présidente du Conseil départemental, Michel Arcis, président de l’Association des maires ruraux, Bernard Souvignet, président de l’Association des maires, Blandine Proriol présidente de l’OPAC, des représentants de la CAF, de la CPAM, et de l’ensemble des services de l’État concernés par la question à l'instar de l'ARS (Agence régionale de Santé) ou encore des forces de l'ordre et de l'Education nationale.

Quelques familles, souvent par connaissance, sont déjà arrivées dans le département.

Les acteurs mentionnés au-dessus ont écouté et approuvé le schéma d'accueil proposé par la préfecture. Eric Etienne souhaite ainsi mettre en oeuvre les mesures suivantes :

  • un comité de pilotage plénier réunissant l’ensemble des partenaires chaque semaine pour acter les mesures à prendre et cadrer les dispositifs
  • une cellule interne des services de l’État pour la coordination quotidienne de l’ensemble des partenaires en vue d’un accueil digne.

Plus de 600 hébergements dans le département

Au dernier recensement, plus de 600 places d’hébergement ont été comptabilisés dans de nombreux logements en une semaine sur propositions de particuliers, de collectivités et de bailleurs. Un travail de vérification est actuellement mené afin de s’assurer que ces logements pourront être utilisés (ameublement, fluides, surfaces, etc.) pour un accueil efficient des populations déplacées.

Des réponses à toutes les questions

Afin d’apporter une réponse aux interrogations, questions, ou propositions, le préfet a décidé d’ouvrir une cellule d’information du public afin de centraliser et coordonner les informations.

Elle est opérationnelle :

  • du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14 à 17 heures
  • le samedi et le dimanche de 14 à 17 heures

Téléphone : 04 71 09 98 23

Pour les particuliers qui souhaitent accueillir des réfugiés ▼

Des particuliers ont proposé des logements directement auprès des services de la DDETSPP (Direction départementale de l'emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations). Un recensement est en cours avec l’aide de l’AMF et de l’AMRF, en vue d’identifier ceux mobilisables de suite et ceux qui pourraient être équipés plus tardivement.

Afin d’assurer une coordination au plus près des besoins et pour ces différentes propositions, il est demandé que les offres des particuliers soient d’abord communiquées au maire de la commune concernée (pour vérification de la disponibilité à moyen et long terme, de la conformité sanitaire et en termes de salubrité).

Le maire se chargera de les transmettre aux services de l’État. Les particuliers qui font des propositions doivent avoir conscience de leur possible engagement dans la durée, ainsi que de leur disponibilité nécessaire, comme de pouvoir véhiculer les personnes accueillies pour leurs démarches.

Il est demandé aux particuliers de signaler toutes les arrivées auprès de leur maire afin de les intégrer dans le dispositif.

Concernant les titres de séjour ▼

Les Ukrainiens titulaires d’un passeport biométrique n’ont pas besoin de visa pour se rendre dans l’espace Schengen et donc en France. Ils peuvent y séjourner, sans faire de démarche, pendant 90 jours.

Si la personne ne dispose pas de passeport biométrique, elle est invitée à se présenter en préfecture dès son arrivée afin d’obtenir une autorisation provisoire de séjour. Au-delà du délai de 90 jours, les ressortissants ukrainiens seront invités à se présenter à la préfecture pour obtenir une prolongation de leur droit au séjour.

L’activation du dispositif de protection temporaire permet aux personnes éligibles de bénéficier d’un statut de protection similaire à celui de réfugié, dans n’importe quel pays de l’Union Européenne pour une durée d’un an renouvelable, par un dossier à déposer au Guichet unique des demandeurs d’asile (GUDA) à Clermont- Ferrand . Ceux qui disposent déjà d’un visa ont un délai de 90 jours.

La question de la traduction ▼

Un recensement des Ukrainiens déjà présents sur le territoire et des locuteurs (notamment ukrainien, mais d’autres langues peuvent être utiles) est en cours pour faciliter les échanges. Toutes les personnes qui souhaitent se porter volontaire dans ce cadre sont invitées à se rapprocher de la préfecture.

La question de la scolarisation des enfants réfugiés ▼

L’Éducation nationale dispose de places pour les élèves allophones en collèges et lycées, ainsi que dans les écoles élémentaires selon une plateforme de scolarisation, avec des enseignants formés Français Langues Étrangères et Français Langue Seconde.

Le service de Protection maternelle infantile du département sera associé au comité de suivi pour l’accompagnement des familles.

Pour la question des droits et de la santé ▼

La CPAM dispose des ressources nécessaires pour ouvrir des droits aux personnes pour une couverture médicale. La CAF a ouvert une plateforme spécifique pour les réfugiés.

L’ARS a recensé les médicaments qui peuvent être mis à disposition par les hôpitaux, et pourra activer la Cellule d’urgence médico-psychologique en cas de besoin.

Pour la question sur les dons ▼

L’AMF (Association des Maires de France), par convention avec la Protection civile au niveau national, et avec l’aide du service départemental d’incendie et de secours (SDIS43) et de l’UDSP43 au niveau départemental, coordonne et centralise les dons en matériel en Haute-Loire.

Les matériels de protections civile sont destinés à être envoyés sur place en Ukraine : matériel de secours, de logistique et de produits d’hygiène. Des dons financiers peuvent être faits à Union départementale des sapeurs- pompiers (UDSP43) ou via l’AMF.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

CO

sam 12/03/2022 - 17:39

"J'espère que les autorités vont les vacciner" ??? c'est pas des animaux !

mi

ven 11/03/2022 - 18:45

J'espère que les autorités vont les vacciner s'ils ne le sont pas Car la pandémie n'est PAS terminée !!!!!

is

ven 11/03/2022 - 16:04

Bravo pour toute cette mobilisation ! Mais pourquoi ne pas traiter ainsi tous les demandeurs d asile et de protection ? Pourquoi est il si compliqué d accueillir dans la même dignité un malien,un afgan, un erythreen ? Deux poids, deux mesures? Pourtant tous sont des êtres humains qui n aspirent qu à vivre en paix!