La formule de la Nuit de l'orientation séduit toujours autant

ven 28/02/2014 - 13:10 , Mise à jour le 28/02/2014 à 13:10

Pour accompagner les collégiens, lycéens, étudiants et informer leurs parents, les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) organisent depuis 8 ans, dans toute la France, les Nuits de l’orientation. Pour la Haute-Loire, c’est la cinquième année. L’objectif ? Aborder les questions d’orientation nécessaires à tout étudiant « sans stress ». Une formule qui fonctionne, comme en atteste les 1500 personnes qui avaient fait le déplacement hier, jeudi 27 février. Que cela soit devant les stands des professionnels ou au niveau des différents pôles d’animation proposés, il y avait foule au Centre culturel de Vals.

Le robot Nao fait fureur
Quentin, 18 ans, est en terminale S au lycée La Chartreuse-Paradis, à Brives-Charensac. Jeudi, il tenait un stand pour présenter les sciences de l’ingénieur avec, en guest star, le robot Nao : « On présente l’intérêt de la matière qui est la découverte de programmes, de systèmes et de logiciels, on les étudie et on essaie de comprendre leur fonctionnement. » Pour la fin de l’année, les élèves doivent développer, pour le Bac, un projet pour améliorer l’autonomie en vitesse et en déplacement du robot : « Les gens sont attirés par le robot. On le fait interagir avec les gens. » Commandé par ordinateur la plupart du temps, Nao - fabriqué en France par la société Aldebaran - peut également être autonome en répondant simplement aux ordres.

Tous repartent avec des réponses…
Cathya, 13 ans, est en classe de troisième au collège Jules Romain, à Saint-Julien-Chapteuil. Dans la vie, elle veut être pédiatre : « Ce genre d’évènement me permet de parler à des gens qui sont déjà médecins et de me renseigner sur leurs parcours. » Elle sait que le chemin pour devenir médecin est long et les professionnels ne l’ont pas particulièrement découragé : « Non, je savais déjà que ça allait être compliqué et que je devais faire dix ans dans une faculté de médecine. » Elle est venue d’elle-même à la Nuit de l’orientation, c’est le genre d’évènement qu’elle « aime bien ».

…ou presque
Marie, 14 ans, est également en troisième au collège Jules Romain. Par contre, à l’inverse de son amie, elle n’a pas exactement trouvé à la Nuit de l’orientation ce pourquoi elle était venue. Elle veut « vendre des vêtements dans une boutique » plus tard, et n’a pas trouvé jeudi de professionnels qui faisait précisément ça. « J’ai parlé à des stylistes, mais ce n’est pas ce que je veux faire. » Elle a tout de même parlé à des professionnels du commerce mais est quand même déçue : « Je pensais trouver quelque chose. Je ne pense pas faire d’autres forums de ce genre, j’ai déjà été voir la conseillère d’orientation et elle m’a proposé plusieurs voies. »

"Je repars avec plein d’idées"
Thomas, 13 ans, habite à Chaspuzac. Il est en classe troisième à Saint-Régis et a décidé de venir avec ses parents à la cinquième édition de la Nuit de l’orientation pour « se renseigner un peu sur son avenir ». Il n’a pas vraiment de projet professionnel défini, c’est en cela que ce genre d’événement prend tout son sens pour des profils comme le sien : « Je cherche, je cherche. Mais ça sert vraiment, parce que je repars avec plein d’idées. J’ai par exemple découvert le métier d’électricien qui me plaît beaucoup. » Il a également pas mal discuter avec le professionnel du stand tourisme. « J’aime beaucoup voyager, donc c’est intéressant. Tous ces gens là vivent et exercent leur métier, donc c’est plus facile de leur parler [par rapport à un conseiller d’orientation] et d’apprendre des choses. »

A.L.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire