La condamnation du "forcené de Sanssac" se mue en règlement de compte familial

jeu 18/08/2016 - 23:13 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Une atmosphère pesante. Ce jeudi 18 août, quand le prévenu de 22 ans monte les escaliers du tribunal du Puy-en-Velay et pénètre dans la salle d’audience, il fixe un homme assis au premier rang. Les sourcils froncés, le regard insistant, il ne le quitte pas des yeux. Cette personne, c’est son père, celui que le jeune homme avait dans la lunette de son arme à feu dans la nuit du lundi 4 à mardi 5 juillet dernier, vers 2h du matin, avant de tirer une balle à quelques mètres de ce dernier. Non blessé, le père de famille d'une quarantaine d'années avait alors pris la fuite et alerté la gendarmerie. S’en est suivie une opération de plusieurs dizaines d’heures pour arrêter le « forcené ». Les forces de l’ordre, quelques 30 militaires du groupement de Haute-Loire et une quinzaine d'hommes du GIGN, le pensaient retranché dans la maison familiale, sur la commune de Sanssac-l'Église. Le mercredi 5 juillet, après deux jours de traque, il s'était finalement fait déposer au commissariat du Puy par des amis chez qui il s'était réfugié avant même le bouclage de sa maison par les gendarmes.

Un an de prison ferme
Jugée dans le cadre d'une comparution immédiate le jeudi 6 juillet, l’affaire avait été renvoyée (à l’initiative des magistrats et après délibération) à ce jeudi 18 août. Une expertise psychiatrique avait également été ordonnée. Le jeune homme, qui comparaissait principalement pour menaces de morts et coups et blessures avec armes sur ascendant, a finalement été condamné par le tribunal du Puy à 18 mois de prison, dont un an ferme, avec obligation de soin pendant deux ans et interdiction d’entrer en contact avec la victime. Ses armes lui ont, bien sûr, étaient confisquées et une interdiction d’en détenir de nouvelles pendant les cinq prochaines années a également été prononcée. Une décision que le Ministère Public, représentée par Marie Moschetti, substitut placé, a estimé indulgente à la vue des faits : « La haine est là, le geste est là, la préparation de l’acte est là. […] Si j’ai été plus clémente dans mes réquisitions, c’est que j’ai pris en compte le parcours et la vie difficile du prévenu. »

"Oui, c’est une forme de vengeance"
Les débats de ce jeudi ont justement permis de donner un peu plus de sens à une affaire que l’on avait un peu de mal à comprendre jusque-là. L’affaire, c’est avant tout celle du conflit permanent qui oppose un fils et son père et d’une haine dont il est nécessaire de comprendre l’origine. Cette même haine qui pousse le jeune homme de 22 ans a lâché un « salop » au visage de son géniteur quand le nom de ce dernier est évoqué par le Président du tribunal. L’altercation entre les deux hommes est loin d’être la première : en 2015, le père et son fils s’étaient déjà menacés, armes en main, avant que le premier cité ne tire à côté du jeune homme. Dans la foulée, il le fera interner à l’hôpital psychiatrique. Un instant clef de leur relation ayant ravivé « la blessure de l'enfance », comme l’indique le conseil du prévenu, et qui a nourri ce désir de représailles chez cet ancien maître-chien de la Marine Nationale (qu’il quitte en 2014 après trois ans de service) dont la vengeance l’a mené devant le tribunal correctionnel du Puy. Car oui, le Sanssacois ne le cache pas : il a agi par vengeance et ne déliera sa langue qu’une fois son père entendu par le Président André-Frédéric Delay. « Vous voulez que je vous dise ce que j’ai fait ? Je l’ai regardé dans la lunette arriver. Et j’ai tiré en l’air. […] J’explique mes actes par rapport à ce qu’il s’est passé l’année dernière. Mon ami et moi avons eu peur pour nos vies quand on a vu mon père sortir avec une arme… Oui, c’est une forme de vengeance. »

"Juste avant le coup de grâce, je publie tout sur les réseaux sociaux"
Le prévenu insiste : « Je ne voulais pas le tuer. » Pourtant, les SMS qu’il envoie à son père avant les faits disent le contraire : « Toi, t’es une pédale, une grosse merde, un voleur. […] Tu m’as fait enfermer comme un chien. […] Tu es le gibier, je suis le chasseur. […] Juste avant le coup de grâce, je publie tout sur les réseaux sociaux. Tu deviendras une star. » Le jeune homme, qui se reconnait comme malade et qui admet avoir besoin de soin, explique avoir écrit ces mots sans réfléchir. Rongé par la haine, élevé dans un climat de violence, il semble être le fruit d’un contexte familial particulièrement délicat. « Il a eu une enfance chaotique, explique son grand-père, appelé à la barre pour témoigner. Il était suivi à 4 ans au Centre Hospitalier Sainte-Marie. » Des propos qui font écho à ceux de la grand-mère du prévenu, effondrée à la barre : « Il faut relativiser la situation de mon petit-fils. C’est un enfant qui a beaucoup souffert. Quand il était à l’école maternelle, j’ai par exemple remarqué une fois une forte marque de main sur sa joue qui est restée plusieurs jours. Ses parents ont d’ailleurs été entendus à ce sujet. J’ai assisté à des moments de violence, sans être au sein de la famille, de la part de sa mère et de son père. » La grand-mère du jeune homme estime qu’il a été rejeté par sa mère, parce qu’elle n’en était pas maître, et qu’il a reçu très peu d’affection. « Ma fille a été reconnue psychotique. Je pense qu’il y avait de gros problèmes de comportement dans leur couple. » Le témoin raconte également un autre épisode troublant : « Mon petit-fils avait peur du noir, il ne voulait jamais que je ferme la porte quand il venait à la maison. Une fois, son père l’avait enfermé dans une chambre en dévissant l’ampoule. »

"Je pense que ses parents lui sont néfastes"
Les anecdotes se succèdent. Au-delà des faits, les débats permettent de nuancer les notions de « victime » dans cette complexe affaire pour en faire une histoire bien moins binaire qu’elle n’y paraissait jusqu’alors. Le prévenu apparait comme un jeune homme ayant physiquement et psychologiquement souffert durant les 22 premières années de sa vie. « Je pense que ses parents lui sont néfastes », conclue même sa grand-mère qui n’a pas hésité à pointer du doigt les agissements de sa propre fille. « Aujourd’hui, vous n’êtes pas médecin, vous n’êtes pas juge aux affaires familiales, mais vous devez regarder ce tableau familial avec attention. Bien sûr qu’on est maître de son destin, mais cet enfant est infusé, depuis son plus jeune âge, de violence », insiste la Défense, représentée par Me Aurélie Chambon, suppléant Me Schott, avant de raconter un nouvel épisode de brutalité où le père du prévenu aurait été surpris en train de donner des coups de poings à son fils, alors âgé de six ans, sur un parking du centre-ville du Puy. Une violence que l’on retrouve même dans les dessins d’enfant de jeune homme entendu ce jeudi 18 août, sur lesquels figurent son père, sa mère et, au milieu, du sang avec le mot « mort ».

« Vous voyez comment la suite de votre vie, vous ? », demande le Président à celui que l’on qualifiait jusqu’alors de « forcené de Sanssac ». Bien plus calme à la fin d’une audience introspective, presque psychanalytique, qui aura permis de donner un peu de sens à des faits qui de surface n’en avaient pas, le prévenu relâche la pression : « Pour l’instant, je suis en cage. Et j’y suis bien. Ce n’est pas de la provocation, je suis juste loin de tous ces problèmes. »

A.L.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire