Tous

Brioude

Jeunes Bergers : deux Altiligériens en finale nationale

jeu 10/12/2015 - 15:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:39

Ce samedi, 38 candidats, soit deux par région concourront lors de la finale nationale. Les trois meilleurs monteront sur le podium. L’élève ayant obtenu le plus fort score sera sacré Meilleur Jeune Berger de France ;  il gagnera une agnelle pure race, pour l’inciter à poursuivre sa formation sans perdre de vue le mouton... et pourquoi pas à s’installer comme éleveur d’ici quelques années.

Retour sur leur qualification régionale
Parmi 32 candidats venus de toute l'Auvergne, ce sont deux élèves de Haute-Loire qui ont remporté la finale régionale des Ovinpiades.
La Haute-Loire en force. Deux élèves du lycée agricole de Brioude-Bonnefont ont gagné la finale Auvergne des Meilleurs Jeunes Bergers. Ce mardi 8 décembre 2015, Aurélien Richard et Lise Noël se sont imposés face à 30 autres candidats. Le 27 février, ils représenteront la région à la finale nationale des 11èmes Ovinpiades au Salon International de l’Agriculture à Paris.

Organisée sur la ferme du lycée agricole Louis Mallet à Saint-Flour, dans le Cantal, ce mardi, la finale régionale Auvergne a réuni 32 élèves, âgés de 16 à 24 ans, issus de neuf établissements d’enseignement agricole : l'ISVT (Institut des Sciences de la vie et de la terre - privé) de Vals près Le Puy, l'EPLEFPA (établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole) de Brioude-Bonnefont qui regroupe les structures de Saugues et de Fontannes, les EPLEFPA d'Aurillac et Saint-Flour dans le Cantal, mais aussi ceux du Bourbonnais à Moulins dans l'Allier et ceux de Marmilhat – Lempdes, de Rochefort-Montagne, ainsi que la MFR (Maison Familiale Rurale) de Gelles et le LEAP (Lycée d'Enseignement Agricole Privé) du Breuil-sur-Couze dans le Puy-de-Dôme.

Aurélien Richard et Lise Noël
Les 32 candidats auvergnats, sélectionnés localement, ont dû se soumettre à des épreuves alliant théorie et pratique : l’évaluation de l’état d’engraissement et du poids d’agneaux de boucherie, le choix d’un bélier, le parage des onglons, le tri de brebis avec lecture de boucles électroniques, la manipulation et l’évaluation de l’état corporel, le quiz et la reconnaissance des races. A l’issue d’une compétition très disputée, Aurélien Richard et Lise Noël de Brioude-Bonnefont sont les Meilleurs Jeunes Bergers d’Auvergne 2016.

----Les Ovinpiades des Jeunes Bergers, compétition organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière ovine, visent à promouvoir le métier d’éleveur ovin et à susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles.-----Une filière qui recrute
Depuis quelques années, la filière ovine cherche à susciter des vocations parmi les jeunes. La compétition des Ovinpiades des Jeunes Bergers est l’un des symboles de cette volonté d’installer des nouveaux éleveurs de brebis en France.
« Au cours des 15 prochaines années, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes et 39% des éleveurs de brebis laitières partiront à la retraite », précise Interbev Ovins, l'organisme organisateur qui représente la filière ovine. Pour assurer le renouvellement de ses générations mais également le maintien de sa production, la filière ovine doit donc installer près de 10 000 éleveurs dans la prochaine décennie, estime la filière. « Et les atouts de cette production ne manquent pas », clame-t-elle, citant : une politique agricole commune favorable, un bon maintien des prix, une adaptabilité remarquable des animaux offrant un large panel de conduites d’élevage possibles, une demande en viande d’agneau supérieure à l’offre, des débouchés variés, des opportunités dans les démarches qualité… « Et argument non négligeable, les investissements nécessaires étant modérés, le retour sur investissement est rapide ! »

----Avec son programme « Inn’ovin », la filière espère créer plus d’emplois en France pour satisfaire la demande en agneaux et en lait, et rendre ce métier plus attractif en permettant à l’éleveur de dégager un meilleur revenu, tout en travaillant dans de meilleures conditions. Il s'agit de favoriser les installations, d'accroître les performances technico-économiques et de produire durable.-----Plus qu’un concours, des rencontres
Les Ovinpiades des Jeunes Bergers représentent pour les candidats l'occasion de découvrir le métier d’éleveur ovin de l’intérieur, à travers de gestes concrets et d’échanges avec des professionnels. « Ces trois dernières années, le concours a permis à plus de 4000 élèves de manipuler des brebis et de se projeter dans cette production qu’ils ne connaissent que peu ou pas du tout, et en même temps d’en avoir une image plus positive », se réjouit Interbev Ovins qui ajoute « Outre la technicité et la modernité de cet élevage, ils découvrent aussi son potentiel : organisation du travail, équipement, aide à l’installation, conduite d’élevage… »

A Paris fin février
Aurélien Richard et Lise Noël sont donc qualifiés pour la 11ème finale nationale qui se déroulera le samedi 27 février 2016, au Salon International de l’Agriculture à Paris. Ils pourront ainsi concourir pour le titre national de Meilleur Jeune Berger 2016, et représenteront leur région, face aux 36 autres candidats venus de toute la France.

Les Ovinpiades en France
750 candidats pour l’édition 2014/2015
100 établissements participants
38 candidats sélectionnés pour la finale
19 sélections régionales (21 régions participantes)
4000 jeunes sensibilisés les 3 dernières années

Les Ovinpiades en Auvergne
32 candidats participants à la sélection régionale
9 établissements
2 candidats sélectionnés pour la finale nationale
Cheptel ovin : 338 818 têtes
1 565 exploitations avec des ovins de plus de 50 brebis

Pour en savoir plus : le blog des Ovinpiades

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire