Tous

Chadrac

''Je suis Anicien, mon père très anisette''

ven 07/11/2014 - 10:36 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Ce jeudi 6 novembre 2014, au théâtre du Puy-en-Velay, Patrick Timsit a présenté son nouveau one-man-show intitulé " On ne peut pas rire de tout ". Il est monté sur la scène ponote avant même de se produire à Paris.
Durant 1h30 environ et devant un public hilare, l'humoriste aborde différents thèmes sociaux délicats, tel le racisme, l'antisémitisme, l'adoption, la politique, les femmes... " avec ce type d'humour noir et décalé ", note Dominique, 49 ans de Brives Charensac, impressionné encore par " son timbre de voix ". Le fil conducteur de son spectacle est basé sur la question suivante : " est-ce que l'on peut rire de tout ?".

De quoi peut-on rire ?
Après avoir salué la salle par un " salam alikoum " inattendu et insolite, car " je suis juif ", dit-il, et tout en posant la question, Patrick Timsit répond que "  l'on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui ". S'adressant à l'assistance avec une ironie cinglante, " et toujours aussi impertinent" , remarque Anthony, 34 ans de Coubon, il passe en revue les travers de notre société et égratigne tout le monde.
C'est ainsi qu'il débute son spectacle par un long sketch sur les juifs, les nazis et l'antisémitisme. " Un juif est un arabe qui a réussi ", " Adolph (Hitler) c'est quoi ce look! ", ou encore " Toto est juif ", résonnent dans la salle déjà surchauffée. 

Après le récit d’Arthur, le Belge, il égrène toutes les catégories de personnes susceptibles d’être moquées, les Roms, les handicapés, les nains, les Marseillais, voire les Africains pour lesquels il s’écrie : « les Africains, ça ne mangent pas de pain !».
 
Il se glisse parfaitement dans la peau d’un Ponot
Sans transition, il parle du Puy. « Je me sens bien au Puy parce que je suis né au Puy », charrie-t-il.  « Je suis Anicien, mon père très anisette », persévère-il. « Cette ville de 18 737 habitants, plongée dans la brume, non dans la burle ! », rectifie-t-il. « La burle, ce vent glacial qui rend les mines vigoureuses, ça me manque ! », dit-il un air attristé. Ce qui lui fait dire encore qu’au Puy : « T’es sévèrement burlé ! », sous les applaudissements nourris de la salle.
C’est ainsi que Sabryna, 38 ans du Monastier-sur-Gazeille, résume que l’humoriste « a bien improvisé et s’est adapté à la région, tout en ayant échangé simplement ».

----
Patrick Timsit est né à Alger en Algérie le 15 Juillet 1959 de parents juifs
1983 : ouverture d’une agence immobilière
1991 : début  au cinéma avec « Une époque formidable » de Gérard Jugnot
1992 : « La Crise » de Coline Serreau
1994 : « Un indien dans la ville »
2000 : « Le Prince du Pacifique »
2005 : au théâtre « L’Emmerdeur » de Francis Veber  
2012 : à l’affiche de « Star 80 », 
2013 : « Une chanson pour ma mère » aux côtés du chanteur Dave
2014 : dans la comédie « Prêt à tout » avec Max Boublil.

-----L’adoption d’un enfant : un sketch poignant et exaltant

Après avoir débité d’autres boutades tout aussi bouffonnes et burlesques, Patrick Timsit expose, sous le délire de l'auditoire et dans un humour caustique et piquant, les péripéties de l’adoption d’un enfant. Comment il a adopté un petit chinois sur Internet, en ouvrant un spam. Après l’avoir lavé, il a rétréci de 10 cm. « Du maid in China ! », s’exclame-t-il. Comment par la suite, il a « acheté » un africain, remarquant que la taille du sexe de l'enfant relégait le père adoptif au statut de bébé dans la salle de bains. Comment il a encore adopté un juif qui a « mis à son nom », peu de temps après, la salle de bains puis « les chiottes ». Puis encore un arabe qui ne « change jamais, même en grandissant » et un portugais dont « la taille est définitive à la naissance : 83 kg pour 83 cm, c’est le ratio ».

Les politiques ne sont pas épargnés
Naviguant d’un sujet à un autre sur un ton toujours corrosif, et sous les acclamations du public, Patrick Timsit s’en prend aux politiques. Il écorche le président de la République François Hollande lui-même, estimant que « même un président ne peut se moquer des femmes ». Il ridiculise DSK, « un timide maladif, incapable d’offrir des fleurs à une femme » et Poutine, dont « sa timidité aussi l’empêche de savoir parler au peuple d’Ukraine et l’a conduit à envoyer les chars russes dans ce pays». Il enfonce le clou sur "Sarko" en alléguant «qu’il n’avait pas un grand bureau, non, c’est lui qui est petit !»
 
Mais peut-on rire de Patrick Timsit?
Marine, 26 ans et Stéphane, 27 ans, habitant Le Puy, s’enchantent du spectacle. « C’était bien, très bien, très drôle », affirment-ils simultanément. Et ils poursuivent en livrant des détails sur la bonhomie de Patrick Timsit : « une tête ronde, on dirait qu’il est rond et bien portant. Mais en réalité, il est mince, tout beau ». Une façon peut-être de gouailler à la manière de l’humoriste et de lui adresser un clin d’œil en disant que l’on peut, pourquoi pas, « se moquer de Patrick Timsit ».

G.D.


  • Patrick Timsit fait un passage au Puy remarqué sur les réseaux sociaux

Un peu plus tôt dans l'après-midi, Patrick Timsit avait fait une entrée remarquée au Puy, quand il a posté cette demande décalée d'auto-stop :

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire