« Je pense que si Jules Romains était là, il serait content de voir ça »

Par Nicolas Defay mer 19/01/2022 - 17:00 , Mise à jour le 19/01/2022 à 17:00

Le pôle culturel de Saint-Julien-Chapteuil continue doucement sa mue pour ouvrir normalement ses ailes en septembre 2022. À l’intérieur de son cocon de bois, de fer et de béton, le nouveau musée dédié à son enfant du pays, Jules Romains, promet un beau papillon d’histoire et de culture.

« Nous avons attaqué les travaux en 2018, explique le maire capitolien André Ferret. L’édifice du "8 à huit" a été totalement détruit et nous finalisons le chantier du pôle culturel pour une inauguration durant le mois de septembre de cette année. » Il ajoute : « Parmi les espaces prévus, il y aura un musée consacré à Jules Romains. Tout le monde pourra accéder librement au musée sans entrée payante. Les œuvres seront accessibles, protégées mais non surveillées ».

À l'intérieur du musée, vue sur la Chapuze, village où est né  J. Romains.
À l'intérieur du musée, vue sur la Chapuze, village où est né J. Romains. Photo par Nicolas Defay

« Il n’était destiné qu’aux seules personnes qui connaissaient déjà l’œuvre de Jules Romains »

À ses côtés, le passionné Alain Bosdecher, président de l’association Espace Jules Romains, partage l’importance de cette réhabilitation patrimoniale au profit du plus célèbre enfant de la commune. « En 1975, Lise, la veuve de Jules Romains, avec le regretté Henri Dubois, grande personnalité de Saint-Julien-Chapteuil, décident de créer ensemble un musée composé de mobiliers, de livres, de tableaux et d’objets, afin de recréer l’intimité de l’écrivain, confie-t-il. Ce musée a bien fonctionné pendant des années, d’abord dans les locaux de la mairie puis dans l’actuel bâtiment qui abrite l’office du tourisme. »

Mais il souligne alors : « Au bout de quelque temps, nous avons pris conscience que ce musée ne répondait plus à la vocation de recevoir tous les publics comme celui à mobilité réduite par exemple. Et d’autre part, qu’il n’était destiné qu’aux seules personnes qui connaissaient déjà l’œuvre de Jules Romains ».

« Je pense que si Jules Romains était là, il serait content de voir comment on aborde sa vie à travers ce projet. Oui, je pense qu’il serait vraiment content. » Alain Bosdecher

Le futur auditorium de 80 places.
Le futur auditorium de 80 places. Photo par Nicolas Defay

« Il a rendu compte de la nature et la beauté du Velay de la plus fervente façon qui soit »

Alain Bosdecher décrit en partie les futurs aménagements : « Pour le rendre attractif, ce futur musée de 68 m² utilisera des moyens modernes, interactifs, avec des vidéos en boucle, ou encore une chambre sonore avec des voix de Jules Romains et celles de grands acteurs comme Louis Jouvet qui ont interprété ses textes les plus connus. Il y aura également des parcours individuels, des box équipés d’ordinateurs pour se plonger dans des œuvres précises ».

Il continue encore : « Ce musée sera aussi adressé au public scolaire pour découvrir sa pièce de théâtre la plus célèbre, Knock, mais aussi son colossal travail romanesque. » L’érudit insiste particulièrement sur un point : « Jules Romains a été un écrivain qui a rendu compte de la nature et la beauté du Velay de la plus fervente façon qui soit ».

Le nouveau musée bénéficiera du procédé Micro-Folie : « C’est un dispositif piloté par les grands musées nationaux qui permet à des lieux qui n’ont pas accès aux grandes œuvres de pouvoir le faire grâce à la diffusion d’images numériques de haute qualité avec des possibilités de commentaires et d’interactivité. » Alain Bosdecher

L'un des espaces du pole culturel avenue Jules Romains.
L'un des espaces du pole culturel avenue Jules Romains. Photo par Nicolas Defay
L'un des espaces du pôle culturel avenue Jules Romains. Photo par Nicolas Defay

« Il y aura aussi un auditorium très important de 80 places avec tout l’équipement »

À propos du pôle culturel dans son ensemble, Daniel Béhar, élu à Saint-Julien-Chapteuil, en charge des projets du développement, décrit les grandes lignes de l’ambition capitolienne : « Le pôle culturel, avenue Jules Romains, va regrouper toute une série d’activités comme la médiathèque, le cinéma, le musée dédié à Jules Romains, l’école de musique et la Micro-Folie. Toutes ces activités sont destinées à l’ensemble de la population, les scolaires, les familles et les associations. »

Il mentionne également : « Il y aura aussi un auditorium très important de 80 places avec tout l’équipement audiovisuel possible. Cet auditorium a été pensé pour tout le monde et aussi aux entreprises qui pourront le louer la journée pour leurs séminaires, leurs conférences et bien d’autres choses encore ».

L’investissement total pour le pôle culturel est d’environ 1,5 millions d’euros. Le projet de scénographie Espace Jules Romains pour le musée a obtenu une aide régionale de 38 400 euros sur un budget total de 96 000 euros.

Caroline Di Vincenzo, conseillère régionale, est venue se rendre compte des travaux.
Caroline Di Vincenzo, conseillère régionale, est venue se rendre compte des travaux. Photo par Nicolas Defay

« Nous voulons réactiver l’image de l’assemblée telle qu’on l’a connue dans le Velay autrefois »

D’après Daniel Béhar, l’idée principale est de développer l’animation du village dans son ensemble. Par le biais du pôle culturel avenue Jules Romains. Et par celui du second pôle en place dans la rue Chaussade où sont en voie d’installation l’espace coworking, l’accès au numérique et la Maison France Services. « Ces deux pôles sont au sein du grand projet de l’Assemblée, nom choisi pour faire référence aux anciennes assemblées de villages du 18e et 19e siècle où tout était dispensé dans le même lieu ».

Il précise : « Ce qui s’est fait à partir des années 1960, où tout devait être cloisonné et séparé, n’était finalement pas vraiment la bonne idée. Avec ce projet de l’Assemblée et ses deux pôles culturels et économiques, nous voulons réactiver l’image de l’assemblée telle qu’on l’a connue dans le Velay autrefois ».

Se servir du passé pour construire l’avenir

L’élu de la cité de Jules Romains conclut alors : « C’est en fait un peu se servir du passé pour construire le futur avec un contexte qui n’est pas le même qu’avant, avec une société beaucoup plus mobile, beaucoup plus ouverte, composée d’habitants, d’actifs, de retraités, d’entreprises, de touristes et d’un tissu associatif très développé ». L’ouverture de l’espace culturel sur l’avenue Jules Romains est prévue au mois de septembre 2022. Pour celui de la rue Chaussade, il faudra attendre l’année 2023.

 

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire