Inédit : la pêche en 1ere catégorie est suspendue pour cause de sécheresse

Par Nicolas Defay jeu 25/08/2022 - 15:30 , Mise à jour le 25/08/2022 à 15:30

La Fédération de pêche en collaboration avec les 30 A.A.P.P.M.A. de Haute-Loire et les services de l'Etat ont abouti à cette décision exceptionnelle : l'arrêt de la pêche de 1ere catégorie dans certains cours d'eau. Explication.

La discussion début août entre les différents entités responsables sur le sujet avait l'objectif de prendre des mesures visant la protection des milieux aquatiques les plus fragiles, suite à l’épisode de sécheresse. Cela s’est traduit par une demande officielle de suspension de la pêche en 1ère catégorie auprès de la préfecture de Haute-Loire le 11 août 2022.

La 1ère catégorie correspond à des eaux dans lesquelles vivent principalement des poissons de type Salmonidés (Truite, Saumon, etc.).

Les eaux de 2ème catégorie abritent majoritairement des populations de poissons de type Cyprinidés (Carpe, Barbeau, Gardon, etc.).

Les règles de pêche y sont différentes ainsi que les règles relatives aux vidanges ou travaux en rivière.

"Cette mesure conservatoire doit permettre la protection des espèces piscicoles restant sur les cours d’eau de 1 ère catégorie qui ont été très impactées par la sécheresse avec des secteurs à sec ou avec des débits très faible, explique Florian Chopard-Lallier, Directeur de la fédération. Cet épisode exceptionnel a eu pour conséquence d’importantes mortalités constatées (poissons, écrevisses, macrofaunes…). Malheureusement les exemples ne manquent pas à l’échelle de notre département bassin du Puy, Yssingelais, Margeride, Senouire…"

La pêche dans les plans d’eau de 1 ère catégorie n’est pas concernée par cette suspension, la pêche est donc toujours ouverte dans les plans d’eau de 1 ère catégorie.

Quel est la situation des cours d'eau en Haute-Loire ?

Comme ailleurs en France, la situation continue de s’aggraver en l’absence de précipitations significatives et durables. Nous enregistrons un déficit de précipitation de l’ordre de 70% sur les 7 premiers mois de l’année, aggravé par des fortes températures également au-dessus de la normale. La situation peut varier d’un secteur à l’autre avec des zones moins impactées.

Cependant de nombreux cours d’eau sont en souffrances avec des débits faibles voir nuls. Les plans d’eau ne sont pas épargnés avec des mortalités observées depuis plusieurs semaines. En plan d’eau, toutes les espèces de poissons sont concernées. (Bas en Basset, Saugues, St André en Chalencon, Costaros… ).

Le département de la Haute-Loire est actuellement en alerte renforcée sécheresse. Le passage en crise sur certains secteurs a été envisagé lors du dernier comité des usagers de l’eau.

Pourquoi ne pas réaliser des pêches électriques de sauvetage ?

Nous avons fait le choix de ne pas mener ce type d’opération dans les conditions actuelles. On ne peut pas maitriser tous les éléments de notre environnement. En revanche nous avons fait en sorte que si les A.A.P.P.M.A. et les bénévoles souhaitaient intervenir que cela soit possible. Un certain nombre de recommandations ont été données. En générale, il subsiste quelques flaques et trous d'eau dans lesquelles les poissons arrivent à survivre. C'est à partir de ces individus que la recolonisation est possible. D'où la nécessité de maintenir le plus possible la continuité écologique pour la suite et faire en sorte que les têtes de bassin soient préservées (zone humide, ripisylve…). Certaines Fédérations réalisent ce type d’opération, c’est leur choix et nous le respectons. Le contexte est surement différent et les espèces de poissons concernées certainement moins sensibles.

Il faut environ 1h pour pêcher 100 à 200 m linéaire en pêche électrique ! la Haute-Loire c’est 3 500 km de cours d’eau dont la moitié potentiellement impacté. Faite le calcul. La logistique est intenable !

Et puis quelle destination pour les poissons ? Dans les derniers trous d’eau ou de nombreux poissons sont déjà réfugiés et en survie ? Non ce n’est pas une bonne idée. Dans les rivières principales situées parfois à plusieurs kilomètres et dans des eaux encore plus chaudes? Non plus…

D'autre part, les conditions climatiques ne sont pas favorables du tout avec des températures extérieures de l’ordre de 35°C lors des manipulations ou des transports. Ce n’est pas viable pour les poissons. Au-delà de 15 minutes dans un seau c’est une mortalité assurée. Plus la température de l’eau est élevée plus le taux d’oxygène est bas et le poisson fragile

Enfin, le plus déterminant, la pêche électrique dans ces conditions n‘est pas envisageable car les poissons sont en situation de stress : peu d’oxygène, température élevée, … rajouter un champ électrique et des manipulations n’est pas satisfaisant. Nous avons essayé par le passé cela n’a pas été concluant… bien au contraire.

Suspensions du 23 août au 18 septembre 

Le Préfet de Haute-Loire a partagé un arrêté préfectoral de suspension de la pêche en 1 ère catégorie à partir du 23 août sur l’ensemble du département de la Haute-Loire. Cette mesure s’applique à tous et concerne toutes les techniques de pêche qui sont donc interdites (y compris la pêche de l’écrevisse).
 

 

"Cependant en accord avec les A.A.P.P.M.A (Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique) et les services de la préfecture nous avons exclu de cette suspension de la pêche les rivières bénéficiant d’un débit soutenu ou les rivières disposant de débits satisfaisants", nuance Florian Chopard-Lallier.

Il s’agit de :

  • La Loire
  • L’Allier
  • Le Lignon
  • La Dunière
  • La Dunièrette
  • La St Bonnette
  • La Semène
  • L’Allagnon
  • La Voireuse
  • La Sianne
  • La Seuge et ses affluents
  • Le Pontajou et ses affluents
  • L’Ance du Sud et ses affluents

La pêche reste donc possible uniquement sur ces cours d’eau mais pas sur leurs affluents.

Les précédentes pluies loin d'être suffisantes

Selon la Fédération de pêche 43, les poissons ont beaucoup souffert de la sécheresse. "Il est primordial de laisser les survivants au calme afin de se donner toutes les chances d’une recolonisation des cours d’eau, insiste Florian Chopard-Lallier. De plus, ces survivants sont particulièrement vulnérables notamment lors des coups d’eau. Les conditions hydro climatiques sont toujours défavorables avec des débits faibles voir nul et des températures toujours élevées".

En parallèle, la Fédération indique avoir également sollicité la suspension des autres activités nautiques pouvant impacter les milieux aquatiques à l'instar du canoë sauvage, balade dans l’eau, construction en pierre.

"Dans les conditions actuelles nous vous invitons à pratiquer sur les cours d’eau restant encore accessibles, notamment en 2ème catégorie ou sur les plans d’eau et barrage". La Fédération de Pêche Haute-Loire

Pêcheur, vigie de l'environnement aquatique

Florian Chopard-Lallier tient à saluer l'implication des bénévoles, des pêcheurs et des AAPPMA pour garder un œil constant aux quatre coins de la Haute-Loire. "Les remontées d’informations sont très importantes, livre-t-il. Cela nous a permis d’avoir en permanence une vision de la situation et de signaler de nombreuses incivilités ou pollutions auprès des services en charges de la police de l’eau".

Il termine en ces mots : "Comptant sur la compréhension de tous les pêcheurs mais également sur tous les citoyens, il nous faut être raisonnables sur nos prélèvements et nos activités ! Soyons économes sur les ressources en eaux qui ne sont pas inépuisables. Et soyons vigilants sur les éventuels dysfonctionnements observés".

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

mi

ven 26/08/2022 - 07:53

hm - 26/08/2022 - 07h49: Très bonne décision prise par les autorités en charge de la gestion piscicole. Je suis pêcheur et je respecte cette mesure. J'avais moi-même arrêté la pratique de la pêche depuis le début de la canicule. J'espère que d'autres pêcheurs responsables auront fait le même choix que moi.