Illuminations du Puy : un choix tout sauf anodin

lun 05/12/2016 - 11:51 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Un avant goût sera proposé à la cathédrale du Puy dès le 16 décembre et pour les Fêtes, avant le festin estival qui éclairera plusieurs monuments du territoire. Un éclairage unique sur le patrimoine vellave qui devrait renforcer la dynamique touristique et économique de la collectivité.
En espérant que ce grand spectacle "donne du souffle à l'économie touristique", le Président de l'agglo Michel Joubert assure : "notre agglomération avait besoin de s'inscrire dans une dimension évènementielle pour rivaliser avec les multiples destinations touristiques". Surtout, la collectivité devient propriétaire du matériel, une nuance fondamentale.

----Le financement des illuminations
Le projet est évalué à 1,2 million d'euros HT. Le Conseil Régional d'Auvergne Rhône-Alpes en assume 50 %, puis vient l'agglo via l'autofinancement CAPeV (34 %) et enfin  l'Europe, via le LEADER (16 %).-----Pour le Conseil Régional, "l'effort consenti est très très important, et même rarissime"
Laurent Wauquiez était en première ligne lorsqu'il a été question de présenter à la presse cette avant-première de "Puy de lumières". Il faut dire qu'une fois de plus, la collectivité qu'il administre, le Conseil Régional d'Auvergne Rhône-Alpes, a mis la main à la poche. Lourdement. "Nous sommes le premier financeur", aime rappeler l'ancien maire du Puy, "avec 600 000 € sur un projet d'environ 1,2 million d'euros". "L'effort consenti est très très important, et même rarissime", a tenu à insister Laurent Wauquiez, mais il se justifie car il s'agit d'un "événement touristique majeur pour le territoire".
L'objectif est, rappelons-le, de "passer d'un tourisme de passage à un tourisme de séjour". C'est le credo de la politique touristique départementale depuis déjà quelques années. Un leitmotiv martelé à chaque occasion et repris par les acteurs de la filière, comme c'était le cas par exemple dans notre enquête lors de l'annonce de la venue du Tour de France au Puy.

Une location du matériel aurait suscité une levée de subventions bien moins importante ? 
Laurent Wauquiez est le Président du Conseil Régional d'Auvergne Rhône-Alpes. L'investissement est assez conséquent. C'est un choix stratégique, qui consiste à acheter le matériel plutôt que de le louer.
Un choix qui permet de s'appuyer sur les subventions du conseil régional, au titre de l'investissement, alors qu'une location aurait permis une levée de fonds moindre, car elle aurait été tributaire d'une subvention de fonctionnement. Laurent Wauquiez, pouvez-vous expliquer ce qui a motivé ce choix stratégique pour la collectivité ? 

"L'acquisition du matériel est une force énorme"
Gilbert Coudène, directeur artistique des spectacles de mise en lumière, est le concepteur (en collaboration avec Laurent Lhuilery), entre autres, des spectacles lumière des Remparts de Marrakech, des Terreaux à Lyon et de La Villa Médicis à Rome.
Il avait déclaré lors de la conférence de presse : "l'acquisition du matériel est une force énorme, alors qu'en Asie et au Moyen-Orient, on travaille avec du matériel de location, ce qui est beaucoup plus contraignant". Il considère que ce choix stratégique est "un excellent moyen de fixer la clientèle touristique, comme l'a initié il y a quelques années la ville de Chartres". Cette dernière se targue d'avoir environ un million de visiteurs par an.

Pour les artistes, un champ de liberté incomparable ?
Une particularité dans cette opération, c'est que la collectivité a fait le choix d'être propriétaire du matériel, et non pas locataire comme c'est habituellement le cas. Pour les artistes, la différence est fondamentale et offre un champ de liberté incomparable non ?


Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire