Il y a 70 ans, la Résistance libérait Le Puy

mar 19/08/2014 - 11:52 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

Il y a 70 ans, jour pour jour, la ville du Puy-en-Velay était libérée des heures sombres de l’occupation par l’armée allemande. Le 19 août 1944, près de 400 résistants ont précipité la fuite des troupes allemandes hors du Puy après plusieurs heures de combat et des mois de lutte. Ce mardi à 18h, les représentants des anciens combattants orchestrent une cérémonie de commémoration du 70e anniversaire de l'événement, sur la place de la Libération.

22 mois sous la botte nazie
"Toutes les personnes nées après 1944 ont certainement du mal à imaginer ce que représenta, pour la cité ponote et sa population, la fin de l'occupation après 22 mois sous la botte des porteurs de croix gammées", rappelait le regretté Lucien Volle, ancien chef maquisard et président de l’Amicale du Groupe Lafayette, dans sa dernière allocution en août 2011, un an avant son décès. Le département de la Haute-Loire a en effet la particularité d’avoir été libéré par les seules forces de la Résistance, au moment où les troupes alliées, fraîchement débarquées dans le sud de la France le 15 août, avaient tout juste pris pied sur les côtes de Provence.

Au Nord de la Haute-Loire, les SS capitulent
Dès le 11 août 1944, les allemands avaient évacué Brioude, insécurisés par les attaques incessantes des maquisards FTP (Francs-tireurs et partisans) du camp Wodli dans tout le Nord de la Haute-Loire. Le 17 août, la garnison du Puy reçoit l'ordre d'évacuer et une colonne de 500 soldats allemands et mercenaires tatars, commandée par des officiers SS, prend la route de la vallée de la Loire. Harcelés par les troupes de Théo Vial-Massat - alors à la tête du camp Wodli - qui se distinguent lors d'accrochages à Bellevue la Montagne et Chomelix, l'armée ennemie finit par capituler, encerclée par les FFI [Forces françaises de l’intérieur, fusion des principaux groupements militaires de la Résistance intérieure française en date du 1er février 1944] à Estivareilles le 22 Août.

400 gendarmes et maquisards à l’assaut
Au Puy, restent pour garder la caserne Romeuf 80 Allemands et 83 Tatars enrôlés de force. Sur ordre du chef des FFI de Haute Loire, le « colonel Gévolde », plus de 400 gendarmes et maquisards, notamment deux sections du groupe Lafayette de Lucien Volle, donnent l'assaut au petit matin de ce 19 août 1944. La population du Puy sort célébrer sur les boulevards la liberté retrouvée, prélude à la libération définitive du territoire. A l'effigie de cette Résistance, la Haute-Hoire recense quelque 80 stèles ou plaques qui portent plus de 240 noms d'Altiligériens fusillés ou tombés au combat.

Le Parti de Gauche de Haute-Loire appelle tous ses sympathisants à assister à la cérémonie organisée ce mardi.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire