Hommage à Xavier Jugelé : La tristesse sans la résignation

mar 25/04/2017 - 15:32 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

----Honoré à titre posthume
Xavier Jugelé a été fait Chevalier de la Légion d'honneur par François Hollande ; membre de la 32e compagnie d'intervention de la direction de l'ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris, il a également été promu capitaine.-----
Moment sobre mais intense d'émotion canalisée, une minute de silence en hommage à Xavier Jugelé s'est tenue devant le commissariat du Puy, ce mardi 25 avril à 11 heures.
L'ensemble des représentants de la sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie nationale, pompiers et police municipale), étaient présents au Puy pour cette cérémonie empreinte de tristesse mais pas de résignation, en présence notamment du préfet Éric Maire.

Atteinte symbolique au vivre ensemble
Un instant solennel qui s'est déroulé simultanément – et dans ce même cadre – à l'hommage national rendu à cette victime de l'attentat perpétré par Karim Cheurfi, sur les Champs-Élysées, jeudi 20 avril dernier à Paris.
Le meurtre de ce policier de presque 38 ans résonne hélas comme une atteinte symbolique au vivre ensemble dans la tolérance, auquel aspire la société française et qui ne convient pas aux obscurantistes de Daech ou autre.
En effet, on le sait, ce policier était intervenu au Bataclan, en 2015, au soir des attentats.
----Militant LGBT et Flag !
Xavier Jugelé était particulièrement investi dans le Flag !, une association des policiers et gendarmes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Décrit comme « un homme sensible, agréable et passionné par son métier »,  Xavier Jugelé « venait assurer la sécurité sur des salons auxquels participait l’association », a témoigné Alain Parmentier, le vice-président de l’association interrogé par le Parisien.-----
«Volontaire, engagé, bon vivant et serviable»
 Il avait ensuite été remarqué le soir de la réouverture de la salle de concert parisienne, le 12 novembre 2016 (à l'occasion du concert de Sting) interviewé notamment par le média américain People : « Je suis heureux d’être là. Heureux que le Bataclan rouvre. C’est symbolique. Nous sommes ici ce soir en tant que témoins. Pour défendre nos valeurs civiques. Ce concert est destiné à célébrer la vie. Dire non aux terroristes. »
Ce fonctionnaire de police assumait pleinement son homosexualité et veillait à ce que ses collègues de même orientation ne subissent pas de maltraitance ; pacsé, il laisse derrière lui un compagnon endeuillé.
Ses collègues ont évoqué quelqu'un de « volontaire et engagé (…) bon vivant, serviable », gardien de la paix depuis 2011.

J.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire