Haute-Loire : on vote deux fois plus à la campagne qu'en ville

ven 28/03/2014 - 18:20 , Mise à jour le 28/03/2014 à 18:20

La Haute-Loire s'est distinguée lors de ce premier tour des élections municipales avec un taux d'abstention moindre à la moyenne nationale : 27,67 % pour le département alors qu'il plafonne à 36 % au niveau hexagonal.
Si les raisons peuvent être multiples, il semblerait que l'abstention soit plus courante dans les communes les plus peuplées... Un postulat qui se vérifie à l'échelle départementale et qui pourrait expliquer la bonne tenue de la Haute-Loire en la matière.

Deux fois plus d'abstention en ville !
En effet, nous avons pris la moyenne des taux d'abstention des dix communes les plus peuplées de Haute-Loire : il s'élève à 34,01 %, soit encore un peu en-dessous de la moyenne nationale. Si l'on prend en revanche la moyenne des taux d'abstention des dix communes les moins peuplées du département, il n'est qu'à 17,63 %.
Autrement dit, entre les 10 communes les plus peuplées et les 10 communes les moins peuplées du département, le rapport est du simple au double, on vote donc deux fois plus à la campagne qu'en ville !


----

Les tops...
Autrac : 1,61 % (soit une abstention parmi les 62 votants)
Vals-le-Chastel : 3,70 % (soit deux abstention parmi les 52 votants)
Séneujols : 3,90 % (soit 11 abstentions parmi les 271 votants)

... et les flops
Les Villettes : 42,42 %
Bas-en-Basset : 43 %
Vals-près-Le-Puy : 44,42 %

-----Forte abstention lorsqu'il n'y a qu'une liste
Notons enfin que les plus fort taux d'abstention touchent essentiellement les communes de plus de 1000 habitants où une seule liste était présente. Parmi les 10 communes les plus peuplées de Haute-Loire, c'est le cas pour Bas-en-Basset et Saint-Just-Malmont, qui plafonnent tous deux au-dessus de 40 % d'abstention.
Idem pour les trois communes présentant le plus fort taux d'abstention du département (voir encadré), ce sont toutes des communes de plus de 1000 habitants où une seule liste était présente. A contrario, les trois communes présentant le plus faible taux d'abstention du département étaient soumises au scrutin de liste et comptent peu d'habitants.


Au Puy, une forte abstention... de l'électorat de gauche

L'abstention joue souvent un rôle déterminant lors des élections. Et encore, rappelons que l'élection municipale est l'un des scrutins qui mobilise le plus les français... Au Puy par exemple, l'abstention est passée de 28 à 38 % entre 2008 et 2014. Si Laurent Wauquiez a donc gagné 15 points entre les deux scrutins (de 56,46 % à 69,78 %), il n'a recueilli que 150 voix de plus (5121 Ponots ont voté pour le maire sortant en 2014 contre 4965 en 2008).
C'est donc surtout l'abstention qui a allourdi son score, en particulier l'abstention de l'électorat de gauche : entre 2008 et 2014, il y a eu presque deux fois moins de voix exprimés pour la gauche au Puy-en-Velay (3 548 pour Arlette Arnaud-Landau en 2008 et 1856 pour Laurent Johanny en 2014). Résultat des courses : cette abstention devrait favoriser un affaiblissement généralisé de l'opposition, qui perd trois sièges au conseil municipal du Puy lorsque la majorité en gagne un (elle en a désormais 29 sur 33).

L'abstention, clef du second tour ?
Pour le second tour, l'abstention pourrait donc jouer un rôle clef dans les communes les plus peuplées. A Monistrol par exemple, 1906 abstentions au premier tour, c'est plus qu'aucun candidat n'ait réussi à réunir.
Même configuration à Brives-Charensac ou Langeac, où les abstentions dépassent les résultats du candidat arrivé en pôle position. Si ce taux d'abstention était réduit, ne serait-ce même que de moitié, les cartes seraient totalement rebattues pour le second tour. A bon entendeur...

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire