Haute-Loire : un budget "économe et combatif" voté par la majorité

mar 16/02/2016 - 18:05 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:39

Au terme de deux jours de session, qui ont vu défiler la bagatelle de 37 rapports, le budget 2016 a été validé par l'assemblée départementale ce mardi soir. Avec un niveau d'investissement de 41,26 millions d'euros pour 2016, en maintenant la cadence, les élus entendent respecter leur engagement de réaliser 240 millions d'euros sur l'ensemble de la mandature. 
Le recours à l'emprunt, quant à lui, reste stable : il est de 17 millions d'euros, comme l'an passé. Idem pour la part des impôts locaux, avec un taux maintenu à 21,9 pour le foncier bâti (stable depuis 2014, après deux progressions successives). 

Les routes, toujours le premier poste de dépenses
Dans les grandes lignes du budget 2016, on retiendra que 17,7 millions seront consacrés aux routes, 4,56 millions pour les collèges (cela comprend le câblage numérique des collèges et on pense également aux travaux que va nécessiter la réfection de la toiture du collège de Saugues, arrachée par le vent la semaine dernière), 2,26 millions en subventions d'équipement versées dans le cadre des politique culture, jeunesse, sport et loisirs.
On notera enfin que 2,12 millions d'euros seront consacrés à subventionner les communes pour les réseaux d'eau et d'assainissement, ainsi que les 1,46 millions d'euros débloqués pour la poursuite du déploiement du THD (Très Haut Débit) et enfin les 1,41 millions d'euros de subventions dans le cadre de l'aménagement et l'environnement.

Comment le Département peut-il faire face à la baisse des dotations de l'Etat et à la précipitation des dépenses sociales ?
Jean-Pierre Marcon est le Président de la collectivité depuis le printemps 2014. Comment qualifier ce budget, entre ambition et économie ? Comment a-t-il été préparé en amont ?

Jean-Pierre Marcon, vous aviez récemment évoqué votre inquiétude face à la précipitation des aides sociales. Cette année, le département devra verser 23,46 millions d'euros. Comment faire face à la baisse des dotations de l'Etat et à la précipitation des dépenses sociales ? Le Département pourra-t-il maintenir un tel niveau d'investissement dans son budget pour les années à venir ?  

"Que l'équation rigueur budgétaire / réduction de personnels n'altère pas la qualité du service"
Le budget a été voté avec 33 voix pour. Les cinq abstentions sont à mettre sur le compte de l'opposition, qui a cependant adopté la feuille de route consistant à "optimiser la gestion du département et à favoriser la culture de la performance publique". Les cinq élus de gauche ont même souligné "le courage budgétaire de ne pas augmenter les impôts des altiligériens, même si cela est seulement sur la Taxe Foncière". Mais l'opposition reproche à ce budget de ne pas tenir compte de l'augmentation du budget social.
"Ne nous leurrons pas", a asséné Nicole Chassin (PS), "les dépenses sociales ne vont pas diminuer compte tenu de la conjoncture et du vieillissement de la population". Rappelons en effet que cette part du budget représente 53 % du budget de fonctionnement. L'opposition pointe donc du doigt des suppressions d'emplois depuis trois ou quatre ans et conclut : "nous tirons la sonnette d'alarme pour que l'équation rigueur budgétaire / réduction de personnels n'altère pas la qualité du service au public qu'attendent nos concitoyens".

Des embauches non exclues
Avant de procéder au vote, le Président Jean-Pierre Marcon a tenu à préciser : "ce ne sont pas des suppressions d'emplois mais des non remplacements lors de départs en retraite. Si le fonctionnement n'est pas satisfaisant, alors nous n'excluons pas de recourir à de nouvelles embauches, mais il n'y aura pas d'augmentation d'impôts pour les financer".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire