Haute-Loire : les jeunes skieurs nordiques parmi les tous meilleurs nationaux

lun 03/02/2014 - 12:34 , Mise à jour le 26/11/2020 à 17:49

Avec une belle cinquième place au classement général, Corentin Haon avait montré l'exemple aux six autres Altiligériens qualifiés pour le championnat de France minimes de ski nordique, à la fin du mois de janvier. Il n’y a pas qu’à Sotchi que ça skie, la Haute-Loire a aussi du talent à revendre.

Le ski nordique a un « potentiel élevé » en Haute-Loire
Il y a environ 250 licenciés en ski en Haute-Loire, dont deux tiers en ski nordique. Le département compte deux clubs majeurs : le Ski club du Mézenc et le Club nordique de St-Julien Chapteuil - le Ski club vellave, au Puy, étant toujours en sommeil. Environ 75 jeunes sont inscrits entre les deux associations, ce qui représente assurément un beau vivier de sportifs : « La Haute-Loire a un potentiel élevé, c’est le département le plus représenté en Auvergne en terme de jeunes », estime Frédéric Echavidre, conseiller technique sportif du ski alpin et entraineur au comité d’Auvergne. Le week-end des 25 et 26 janvier lui a donné raison : le site des Contamines (Haute-Savoie) accueillait les deux épreuves du challenge national des minimes et les jeunes Altiligériens y ont brillé parmi les quelques 400 autres concurrents.

Apprendre avec un très grand
Ce challenge national récompensait ainsi les meilleurs sur les disciplines du sprint biathlon et du ski de fond, par addition des chronos réalisés sur les deux jours de compétition. Le comité d’Auvergne de ski avait sélectionné huit jeunes (quatre filles et quatre garçons) pour ce déplacement, dont sept sont actuellement licenciés dans les deux clubs de Haute-Loire cités plus haut. Cette compétition était également l’occasion pour le groupe régional de faire cause commune avec le comité du Forez voisin, en incluant le jeune et prometteur Sabin Coupat et en profitant de toute l’expérience de son père, Olivier, champion reconnu. Présent sur place ainsi que dans l’encadrement des stages programmés en amont de ces championnats, le sportif de haut niveau a pu transmettre toute sa connaissance de la discipline aux jeunes espoirs.

Une première journée réussie
A l’issue du biathlon du premier jour, comprenant deux tirs en position couchée avec carabines à 10 mètres et trois boucles de ski, on pouvait relever les belles performances du jeune Corentin Haon, 8ème, et celle d’Enzo Charitat, 56ème, auteur d’un remarquable 10/10 au tir et présent parmi les meilleurs minimes nés en 2001. Sabin Coupat terminait 21ème malgré un tir moyen. Les filles s'avéraient, elles aussi, compétitives. Emmenées par Flavie Bonnefoy et Salomé Gayton des Estables, elles honoraient brillamment leurs premières sélections aux championnats de France malgré l’absence de stade de biathlon sur le département pour s’entraîner à cet exercice difficile. Au tir, Stérenn Tomozyk, la benjamine du groupe, réalisait un bon 7/10 mais manquait encore de puissance sur les skis pour pouvoir espérer mieux qu’une 133ème place.

Le dimanche, la confirmation
La journée du dimanche allait s’avérer encore meilleure dans l’épreuve reine en style classique : Corentin Haon et Sabin Coupat prenaient respectivement les 4ème et 5ème places, seulement devancés par trois athlètes des deux Savoies mais devant nombre représentants de massifs plus habitués aux grandes performances dans ce sport. Enzo Charitat confirmait, lui aussi, les beaux espoirs que son club lui accorde. Louis Romieu et Adrien Bonnefoy dévoilaient, quant à eux, la belle progression de leurs performances depuis un an.

« Jamais un Auvergnat n’a eu ce niveau »
Au classement général, Corentin Haon prenait une magnifique 5ème place finale qui récompense les dernières orientations mises en place sur le terrain et encouragera sans doute ses entraîneurs à poursuivre ce travail collectif. Des performances qui démontrent bien qu’il existe un beau potentiel parmi les jeunes sportifs locaux pour briller à l’échelle nationale. « C’est un avantage d’être situé à côté du Mézenc. Il y a toujours eu une tradition nordique assez marquée sur la Haute-Loire, donc ça perdure », explique Frédéric Echavidre. Pour l’entraîneur régional, le jeune Altiligérien (14 ans) est dans les cinq meilleurs français dans sa catégorie : « Jamais un Auvergnat n’a eu ce niveau. »

L’objectif pour ce jeune champion : intégrer le pôle espoir de Villard-de-Lans (Isère) pour continuer à progresser et, peut-être, pouvoir lui aussi porter un jour un dossard olympique.

A.L.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire