Haute-Loire : les fins épiciers parisiens s'intéressent aux fiertés locales

mar 27/05/2014 - 18:18 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

« Etre le meilleur, voire l’unique. » La devise du fondateur de la célèbre épicerie fine française Fauchon, fondée en 1886 par Auguste Fauchon, fait honneur aux produits qu’elle sélectionne. Le Comité de promotion des produits agricoles de Haute-Loire, l’ODG lentilles vertes du Puy et Hélène Laurent de la ferme du Brancougny à Saugues, seule agricultrice à être montée au Salon de l’agriculture 2014, avaient rencontré des cadres de la maison Fauchon lors de leur passage à Paris.

Jean-Pierre Clément, responsable des achats produits frais de l’épicerie fine et Franck Saget, président du club de l’épicerie française, sont à leur tour descendus en Haute-Loire les 19 et 20 mai derniers, accompagnés par M. Jean-Luc Robert, agriculteur à Couteuges, pour découvrir quelques uns des produits locaux lors de visites sur le terrain.

L’Artisou de Haute-Loire : le fromage de vache typique
Dégustation, visite de caves d’affinage et de vaches laitières chez Hélène et Jean-Pierre Laurent à Saugues et chez Gilles et Colette Gibaud à Saint Front : deux témoignages différents et complémentaires tant sur les modes de fabrication, la gamme de produits, la commercialisation ou l’étiquetage du fromage. Un coup de cœur au « sarassou » d’Hélène Laurent que les deux émissaires parisiens avaient découvert au Salon de l’agriculture.

La lentille verte du Puy AOP : un produit « locomotive »
Antoine Wassner, Huguette Trescarte et Grégory Sauvant de l’ODG lentille verte du Puy AOP ont guidé les représentants de Fauchon lors d’une visite en entreprise et sur une parcelle de lentilles à proximité de Loudes. Contrairement à l’Artisou, la lentille verte du Puy est déjà commercialisée aux quatre coins du monde. Une bonne récolte 2014 est attendue pour (enfin) satisfaire la demande, une demande soutenue de part la « qualité reconnue » du produit, comme l’a souligné Jean-Pierre Clément en sa qualité de chef cuisinier. C’est par un plat de saucisses lentilles et côtes de porc de Haute-Loire que Mme Sigaud productrice de lentilles vertes du Puy AOP et membre du réseau « Bienvenue à la ferme » à Lissac, a régalé les Parisiens.

Les fruits rouges des Monts du Velay à l’honneur
Jacques Jouve, jeune producteur de fruits rouges à Yssingeaux, et Denis Chirouze du GIE des fruits rouges ont également présenté leurs produits. La fraise que cultive Jacques Jouve, comme les 40 autres producteurs de Haute-Loire, va arriver sur nos tables dans les prochains jours. Le travail sur les techniques de culture, la qualité gustative des fruits, la saisonnalité, l’organisation logistique permet au GIE de résister à la concurrence de plus en plus rude des autres pays européens. Le GIE des fruits rouges peut envisager une commercialisation en épicerie haut de gamme, comme le font certains producteurs de Carpentras rencontrés la semaine précédente par les émissaires de la maison Fauchon.

Des champignons aux confitures stars de Haute-Loire
Aux côtés de ces trois filières de produits agricoles altiligériens (lentilles, fromage Artisou et fruits rouges), Jean-Pierre Clément et Franck Saget ont également pu découvrir de nombreux autres produits. Alain Borde leur a notamment ouvert les portes de son entreprise de transformation de champignons sylvestres à Saugues et, avec Virgine Veyradier, leur a fait découvrir les savoirs faire de cette entreprise familiale qui, depuis 1920, travaille et commercialise le champignon. Découverte également des liqueurs, apéritifs et confitures du Domaine des Marmottes de Brigitte et Jean-François Ferriol, à Fay sur Lignon, primés au salon de l’agriculture Paris 2014. Les charcuteries de Damien Bonnefoy à Araules, les vinaigres et confitures de Nicolas Branquart à Lissac et toute une gamme de produits présentés par Jean-Paul Bertrand pour la SCIC Terroirs de Haute-Loire (huile de cameline, saucisson à la cistre, escapéros, safran bio, chocolat au saumon…) étaient aussi au programme.

Au vu de la qualité des produits et du savoir-faire des personnes rencontrées, les représentants de Fauchon et du Club de l’épicerie de France ont encouragé les producteurs à poursuivre la promotion de leur denrée au-delà du département. « On ne peut faire du bon qu’avec du très bon et vous avez en Haute-Loire du bon et du très bon », a conclu Jean-Pierre Clément avant de remonter sur la capitale.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire