Haute-Loire : les agents des impôts passent à l'action

lun 12/01/2015 - 17:10 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:32

Ce mardi 6 janvier 2015, six suppressions d'emploi aux finances publiques seront discutés en Comité Technique Local à la trésorerie générale du Puy-en-Velay. Il s'agit de départs non remplacés qui, selon les syndicats, met les équipes sous tension – 88 % des agents de Haute-Loire s’estiment stressés selon un sondage interne commandée par la hiérarchie – et qui entraînent, selon eux, des conséquences négatives sur le service rendu à la population, avec notamment la fermeture de trésoreries décentralisées.

Georges Trescarte, le secrétaire départemental CGT, déplore les six suppressions d'emplois en 2015.

Il dénonce les conséquences sur le service rendu au public.

Annabel Walker

Le communique de la CGT Finances Publiques de la Haute-Loire :

« Alors que les conditions de travail des agents ne cessent de se détériorer et que le rapport à l’impôt de nos concitoyens est plus tendu que jamais, l’administration vient encore ébranler le peu de crédibilité qu’il lui restait. En effet encore 2000 suppressions d’emplois sont planifier pour l’année 2015.
La Direction Départementale des Finances Publiques de la Haute-Loire y participe à hauteur de 6 emplois, après les 11 de l'année dernière.
Le 13 janvier, lors d’un Comité Technique Local, la direction locale doit représenter son plan de suppressions aux représentants des personnels.
Il est évident que les représentants élus de la CGT FIP 43 dénonceront fermement cette dérive récurrente, avec les autres O.S. probablement.
Cette nouvelle saignée qui s’ajoute à celles des années précédentes est directement liée à la politique d’austérité dans laquelle persiste le Président de la République, son gouvernement et sa majorité parlementaire.
Qu’on n’en doute pas, cette politique qui nous envoie chaque jour un peu plus dans le mur de la régression économique et sociale a bien un sens. C’est la traduction des dogmes libéraux de l’abaissement du coût du travail et du recul de l’intervention publique.
Dans la vie quotidienne des agents de la DGFIP, ces suppressions d’emplois signifient plus de difficultés à accomplir leurs missions, l’aggravation de leurs conditions de travail et l’augmentation des souffrances au travail ( en Hte-Loire 88% des agents s’estiment stressés).
Outre ces suppressions d’emplois les personnels de la DGFIP, subissent dans leur très grande majorité une perte de pouvoir d’achat conséquente. En effet depuis 5 ans la valeur du point d’indice qui sert de base au calcul de leur traitement est gelée. De ce fait et avec l’augmentation de certaines retenues leur pouvoir d’achat est en chute libre.
Face à cette situation d’urgence les Organisations Syndicales appellent tous les agents de la DDFIP de la Haute-Loire a venir envahir le CTL du 13 janvier. Elles demandent aux agents des sites éloignés de débrayer à la même heure par solidarité. »

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire