Haute-Loire : grève à la SNCF de jeudi à samedi sur la ligne Le Puy/Clermont

mer 26/03/2014 - 21:40 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

Le syndicat CGT des cheminots de la Haute-Loire a rencontré la direction régionale de la SNCF le 25 Février dernier suite à l'annonce de nouvelles suppressions d'emploi sur le département. Il s'agit notamment des agents travaillant sur les voies sur la zone de « Brioude-Arvant ».
Les inquiétudes portent sur le manque d'effectifs de contrôleurs et d'agents travaillant dans les gares. Ce manque de moyens généralisé étant "source de multiples disfonctionnements, dont sont victimes les usagers de la Haute-Loire au quotidien", déplore la CGT.
Rappelons que la ligne SNCF entre Le Puy et Saint-Etienne est fermé durant sept mois (lire), et que les trajets sont assurés par autocars.

Grève de jeudi à samedi pour 5 % des TER
Face au refus de répondre favorablement à ses demandes, le syndicat CGT a déposé un préavis de grève du Jeudi 27 Mars à 20h au Samedi 29 Mars à 08h sur tout le département de la Haute-Loire pour exiger une rencontre constructive et rapide avec la région, les directions concernées et la CGT.
Seule la ligne Le Puy/Clermont dedvrait être impactée par ce mouvement de grève et la direction régionale considère que 95 % des trains TER circuleront en Auvergne : seulement 10 TER sur les 250 de la région devraient donc être à l'arrêt.

Un tiers des effectifs supprimé en 10 ans
Selon le syndicat, en l'espace de 10 ans, un tiers des effectifs des cheminots a disparu sur la Haute-Loire. "Comment croire dans ces conditions que le service rendu pourrait être de bonne qualité ?", s'interroge Xavier Bousset, Secrétaire Général du syndicat CGT des Cheminots de la Haute-Loire.
Forcément, cela se traduit par une augmentation de la sous-traitance et par des embauches d'emplois précaires (intérim, CDD, …) "qui n'ont pas les compétences de cheminots bien formés", tout celà couplé aux départs non remplacés et une augmentation de charge de travail sur les agents restants.

Cinq agents pour entretenir 170 kms de voies
Pour les usagers, les impacts sont multiples : sur la régularité (plus de temps pour intervenir en cas d'incident sur un passage à niveau, de problème sur la voie, de neige, de feuilles mortes à l'automne, des pics de chaleurs l'été qui déforme le rail, etc…) et sur la sécurité (entretien non fait, visites d'installations de sécurité repoussée, …).
Pour la CGT, c'est "la restructuration de trop" avec cette suppression d'agents de maintenance de la voie entre Langeac et Clermont Fd. Il ne devrait rester que cinq agents basés à Langeac, habilités à pouvoir intervenir sur les voies avec une zone qui va d'Issoire au Puy-en-Velay (ou Chapeauroux sur la ligne des Cévennes), soit 170 kms à surveiller et entretenir...

"Des temps de trajets indignes de notre époque…"
Selon Xavier Bousset, "cette restructuration conduira à des incidents qui entraineront des retards et des ruptures de correspondances, des bus en pagaille, des temps de trajets indignes de notre époque…".
C'est pourquoi le syndicat demande "le retour d'agents de maintenance à Arvant, le maintien et le développement des emplois de contrôleur à Brioude et au Puy, le maintien des espaces de vente sur le département et l'embauche de 10 cheminots minimum avant juillet pour répondre aux besoins du service public".

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire