Haute-Loire : bilan à mi-parcours de l'accidentologie et des infractions relevées

jeu 24/07/2014 - 16:59 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:23

Si le nombre de personnes tuées sur les routes du département est plutôt stable sur la même période, du 1er janvier au 23 juillet (voir en bas d'article), les infractions relevées sont quant à elles en augmentation de 55 % (22 516 cette année contre 14 531 l'an dernier).
Le bilan, à mi-parcours, est de neuf victimes en cette année 2014 sur les routes de Haute-Loire. En 2013, on avait déploré 23 victimes et 16 en 2012, sur les année civiles entières, et respectivement 10 et 8 décès à mi-parcours de l'exercice, ce qui tend à prouver que le second semestre est plus meurtrier dans le département.

L'alcool surreprésenté en Haute-Loire
Si le facteur fatalité est forcément prégnant dans ce débat, l'alcool et la vitesse demeurent les deux principales causes de ces accidents mortels. En Haute-Loire, sur les cinq dernières années, l'alcool est en cause pour un accident mortel sur six, quand la moyenne nationale est plutôt de l'ordre de un sur dix sur cette période. Viennent ensuite pour justifier cette accidentologie la vitesse, la fatigue et les défauts de vigilance.
Mais reste un facteur souvent peu évoqué : celui de la fatalité. Est-il inaltérable ? Ecouter la réponse du capitaine Christian Gaudet, commandant de l'escadron départemental de sécurité routière (EDSR) de la Haute-Loire.{{audio1}}

Le radar mobile nouvelle génération flashe-t-il plus qu'un autre équipement ?
Quant à la vitesse, pour que les citoyens s'imprègnent de nouvelles habitudes de conduite, l'Etat multiplie les innovations depuis plusieurs années déjà. La dernière en date, c'est justement le radar mobile nouvelle génération, appelé ETM (Equipement de Terrain Mobile). La Haute-Loire a été dotée d'un équipement de ce type en juin dernier (lire). Dans l'imaginaire collectif, c'est un nouvel outil de répression guidé que par une logique de rentabilité car il a la particularité d'être bien dissimulé dans une voiture banalisée. Pourtant, lorsqu'on regarde les chiffres, le constat est d'un autre acabit.
Sur la période du 1er au 17 juillet, ce nouvel équipement a relevé 107 infractions sur les routes de Haute-Loire, sachant qu'il a été particulièrement utilisé comme il s'agit d'un nouvel outil. A titre de comparaison, le radar tronçon de La Sauvetat (RN88) avait cumulé plus de 1 500 infractions au cours de son premier mois d'utilisation (lire). En proportion, sur une période équivalente de deux semaines, c'est quand même sept fois plus !

Un radar embarqué flashe en moyenne 70 fois par quinzaine, un automatique 50... et un ETM 107
Dans le même registre, au cours du mois de juin de cette année, on dénombre 556 infractions relevées par les quatre radars embarqués du département, ce qui fait une moyenne de 70 flashs par équipements et par quinzaine de jours, donc bien en-dessous du nouvel équipement.
Quant aux radars automatisés, on note 2 300 flashs déclenchés par les 23 appareils du département en juin 2014, ce qui fait une moyenne de 50 flashs par équipement et par quinzaine, soit environ deux fois moins que l'ETM (Equipement de Terrain Mobile).
Objet de bien des fantasmes, le radar mobile nouvelle génération, bien que dissimulé dans le flot de circulation et dans une voiture banalisée, ne flashe donc pas forcément plus qu'un autre équipement, car il faut relativiser les chiffres (voir encadré). Pour les services de gendarmerie, loin d'être une "pompe à fric", il se veut plutôt un outil préventif et complémentaire des autres équipements, comme le confirme le capitaine Gaudet. Ecouter. {{audio2}}

"L'effort demandé aux citoyens sur la régulation des vitesses est bien compris et accepté"
Si l'on prend en détail les chiffres de l'ETM, on constate que sur les 107 infractions relevées, seules six concernaient des excès de vitesse compris entre 20 et 40 km/h, les 101 infractions restantes ne visant que des excès inférieurs à 20 km/h. Pour Frédéric Lasserre, le directeur de cabinet du Préfet de la Haute-Loire, "c'est bien la preuve que cet outil est préventif et que l'effort demandé aux citoyens sur la régulation des vitesses est bien compris et accepté".
On note également au regard de ce premier bilan que la majorité des infractions (80 sur 107) ont été relevées sur des sections limitées à 90 km/h. Sur les zones limitées à 70 km/h(moins nombreuses), seules quatre infractions ont été signalées et en zone agglo, limitée à 50 km/h, 23 infractions sont recensées. Enfin, 66 flashs ont été déclenchés sur des routes nationales et 41 sur des routes départementales.
Le commandant de l'escadron départemental de sécurité routière (EDSR) de la Haute-Loire revient plus en détail sur les divers moyens de contrôle dont disposent les services de gendarmerie pour les contrôles routiers et explique comment et où est utilisé ce nouvel appareil. Ecouter. {{audio3}}

Forte hausse des infractions relevées et +111 % au radar de Bains !
Les infractions relevées sont en forte augmentation lors du premier semestre 2014 par rapport à 2013, avec une hausse de 55 % (22 516 cette année contre 14 531 l'an dernier). Si l'on ne tient pas compte du radar vitesse moyenne de la RN 88 à Pradelles, cette augmentation ne serait que de 30,5 %.
Si le césame de la "rentabilité" revient à cet équipement, ceux de Saint-Ferréol-d'Auroure (+ 63,50 % cette année) et de la RD 906 à Bains (+ 111 % ) n'ont rien à lui envier. Notons aussi le radar feu rouge d'Arvant, sur la RN 102, qui aura tout de même flashé 75 véhicules dans un sens et 52 dans l'autre au cours de ce premier semestre 2014.

Plus d'accidents corporels et plus de blessés
Au cours du premier semestre 2014, on relève une augmentation de 76,3 % des accidents corporels par rapport au premier semestre 2013 (67 contre 38), et une hausse de 62,7 % des blessés (83 contre 51).
Les victimes de la route sont donc au nombre de neuf au 23 juillet 2014, elles étaient 10 à cette même date en 2013. Un chiffre plutôt stable sur les cinq dernières années (voir ci-dessous).

L'accidentologie du département sur une même période du 1er janvier au 23 janvier
* En 2010, sur cette même période, la Haute-Loire a recensé 60 accidents, 9 victimes et 81 blessés
* En 2011, sur cette même période, la Haute-Loire a recensé 85 accidents, 10 victimes et 122 blessés
* En 2012, sur cette même période, la Haute-Loire a recensé 67 accidents, 8 victimes et 104 blessés
* En 2013, sur cette même période, la Haute-Loire a recensé 38 accidents, 10 victimes et 49 blessés
* En 2014, sur cette même période, la Haute-Loire a recensé 52 accidents, 9 victimes et 60 blessés.

En fin de semaine, en rase campagne et à l'aurore
Ces accidents mortels concernent principalement les arrondissements du Puy et d'Yssingeaux. 62,7 % de ces accidents ont eu lieu sur des routes départementales et 56,7 % en rase campagne.
Pour les accidents corporels, on note une progression sur les fins de semaine et la tranche horaire 9h/18h en concentre plus de deux tiers. Pour les accidents mortels, c'est surtout entre 4h et 7h du matin qu'ils sont répertoriés.

Deux tiers des victimes avaient moins de 30 ans
Les 25-44 ans représentent un tiers des victimes, une représentation qui relève une forte progression par rapport aux années précédentes.
Comme nous le révélions déjà mercredi matin (lire), six hommes et trois femmes ont perdu la vie, la moyenne d'âge de ces victimes est de 39 ans, sachant qu'un couple de retraités fausse légèrement cette moyenne car sur les neuf victimes, six avaient moins de 30 ans.


Maxime Pitavy

La liste des radars existants en Haute-Loire :

  • Cussac-sur-Loire : N88 dans le sens Aubenas vers le Puy-en-Velay (90km/h)

  • Bas-enBasset : D12 dans le sens Monistrol-sur-Loire vers Bas-en-Basset (90km/h)

  • Ceyssac : D590 dans le sens Loudes vers le Puy-en-Velay (90km/h)

  • Saint-Beauzire : D586 dans le sens Brioude vers Espalem (90km/h)

  • Bellevue-la-Montagne : D906 dans le sens Saint Paulien vers La Chaise Dieu (90km/h)

  • Vazeilles-Limandres : N102 dans le sens Clermont-Ferrand vers le Puy-en-Velay (90km/h)

  • Sainte Sigolène : D44 dans le sens Saint Paul vers Monistrol (90km/h)

  • Raucoules : D105 dans le Yssingeaux vers Montfaucon (90km/h)

  • Mazeyrat-d'Allier : D56 dans le sens de Lengeac vers la RN102 (90km/h)

  • Espaly-Saint-Marcel : N102 dans le sens de Clermont-Ferrand vers le Puy-en-Velay (50km/h)

  • Pont-Salomon : N88 dans le sens de Saint-Etienne vers le Puy-en-Velay (90km/h)

  • Saint-Georges-d'Aurac : N102 dans le sens du Puy-en-Velay vers Brioude (90km/h)

  • Yssingeaux : D103 dans le sens d'Yssingeaux vers Retournac (90km/h)

  • Salzuit : N102 dans le sens de Clermont-Ferrand vers le Puy-en-Velay (70km/h)

  • Salzuit : N102 dans le sens du Puy-en-Velay vers Clermont-Ferrand (70km/h)

  • Saint-Paul-de-Tartas : N88 dans le sens Aubenas-Pradelles vers le Puy-en-Velay (90km/h)

  • Saint-Vincent : D103 dans le sens du Puy-en-Velay vers Retournac (90km/h)

  • Le Puy-en-Velay : N88 dans le sens le Puy-en-Velay vers Chadrac (50km/h)

  • Saint-Ferréol-d'Auroure : N88 dans le sens le Puy-en-Velay vers Saint-Etienne (90km/h). Il s'agit d'un radar nouvelle génération (lire l'article).

  • Saint-Pierre-Duchamp : RD9 dans le sens Craponne vers Retournac (90km/h)

  • Saint-Christophe-sur-Dolaizon : RD589, dans le sens Bains vers Le Puy (90 km/h)
  •  Bains : RD906, entre le giratoire de Coubladour et celui des Fangeas, dans le sens de circulation menant au sud (90 km/h)
  • Malvalette : RD46, dans le sens de Bas-en-Basset vers Aurec-sur-Loire (90 km/h).

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire