Handball : l'ancien entraîneur de St-Germain au Puy Chadrac

ven 11/09/2015 - 16:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:36

Quel est votre parcours sportif aussi bien en tant que joueur qu’entraîneur ?
RD : J’ai commencé dès 12 ans à jouer au handball à l’AS Levroux-Valençay dans l’Indre près de Châteauroux et cela pendant six ans après un désamour avec le foot. Puis, j’ai commencé à entraîner à Issoudun en équipes de jeunes masculins pendant deux ans. J’en ai profité pour passer mon Brevet d’Etat. Ensuite j’ai été recruté par Saint Germain Blavozy HandBall en seniors féminines N3. Sous ma responsabilité l’équipe est montée en N2 puis N1. Suite à un désaccord avec le club, je suis parti en seniors masculins à Aix les Bains en N3, l’équipe est alors montée en N2.

Pour quelles raisons êtes-vous revenu sur le département ?
 RD : L’équipe d’Aix les Bains était en fin de cycle, le président souhaitait renouveler les cadres du club. Les raisons familiales ont joué aussi étant donné que ma compagne est originaire du Puy, nous avons une fille, nous souhaitions nous rapprocher de nos origines. Et bien entendu, le projet sportif du HOPC est très intéressant avec un énorme challenge avec les jeunes du club. Le club a des ambitions intéressantes, à savoir le maintien en Championnat de France, la formation des jeunes joueurs pour le renouvellement des générations et la structuration du club lui-même.

Avez-vous été contacté par d’autres clubs depuis la fin de votre contrat avec Aix les Bains ?
RD : Evidemment d’autres clubs m’ont contacté en particulier en Rhône Alpes et dans la région nantaise mais le projet du HOPC était le plus intéressant sportivement parlant.

Vous entraînez en priorité les -18 CF, comment se sont passés les premiers contacts ?
RD : Humainement très bien. C’est un groupe très agréable qui vit très bien ensemble, un peu joueur comme tous les adolescents. Il y a aussi un bon groupe de parents très concernés. En dehors de ça, le groupe m’a agréablement surpris sportivement. Il est bourré de qualités avec des joueurs hyper motivés et tout de même une marge de progression importante. Il y a quelque chose à jouer en CF malgré le manque de culture du sport de haut niveau dans le département et la région en général.

Après quatre matchs amicaux tous gagnés, comment évaluez-vous cette équipe d’un point de vue purement sportif ?
RD : C’est une addition d’individualités qu’il faut mettre au service d’un collectif. J’ai vu de très bonnes réponses face à l’impact physique et dans le jeu collectif proposé lors des matchs amicaux. Physiquement l’équipe est proche du 100%.

Quels sont les objectifs de la saison à venir ?
RD : C’est le maintien en CF dès la première phase de poule. La suite serait la cerise sur le gâteau. En fait pour atteindre cet objectif, il y a deux inconnues : la valeur des équipes adverses et la gestion de la défaite pour un groupe qui a tout gagné au niveau régional les années précédentes. Les premiers matchs seront les plus importants pour la dynamique du groupe. Il ne faut surtout pas oublier que lorsque l’on a un projet commun, la victoire se vit en équipe et il en est de même pour la défaite.

Le club vous a confié d’autres responsabilités, lesquelles ?
RD : La formation des jeunes joueurs et l’accompagnement des entraîneurs bénévoles dans le cadre de la structuration du club.

  • La rentrée des classes pour le HOPC

Ce samedi 12 septembre 2015, le HOPC Nationale débute sa saison sportive au gymnase Massot au Puy à 20h30 par un match de Coupe de France contre Villeurbanne, équipe de Nationale 1.
Cette rencontre sera précédée de la première journée du Championnat de France -18 Masculins qui verra se disputer le match HOPC contre Tassin Brindas à 18h00.
Ces deux équipes découvrent ce championnat après avoir gagné leur qualification en juin dernier.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire