Grippe : Auvergne Rhône-Alpes passe en tête

mar 27/12/2016 - 11:54 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Depuis le démarrage de l’épidémie au début du mois de décembre, la grippe progresse à vitesse grand V dans l'hexagone. Dans son bulletin émis ce mercredi 28 décembre 2016, le réseau Sentinelles répertorie les données relevées par les médecins participants, à travers le pays, du 19 au 25 décembre. 

L'épidémie confirmée
En France métropolitaine, la semaine dernière, le taux d'incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimé à 307 cas pour 100 000 habitants, soit 200 000 nouveaux cas, au-dessus du seuil épidémique (175 cas pour 100 000 habitants).
Il s'agit de la seconde semaine consécutive de dépassement du seuil épidémique, confirmant l'arrivée de l'épidémie de grippe en France. Durant ces deux dernières semaines d'épidémie, 327 000 personnes auraient consulté un médecin généraliste pour ce motif. L'âge médian était de 34 ans (6 mois à 89 ans); les hommes représentaient 48% des cas. Les tableaux cliniques rapportés par les médecins Sentinelles ne présentaient pas de signe particulier de gravité : le pourcentage d'hospitalisation a été estimé à 0,5%.

AuRA en tête
Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en : Auvergne-Rhône-Alpes (545 cas pour 100 000 habitants, Bourgogne- Franche-Comté (498) et Normandie (368). Le duo de tête s'est donc inversé par raport à la semaine précédente, au détriment de nos territoires.

----Depuis début novembre, date du début de la surveillance, huit personnes sont mortes de la grippe en France.-----Les virus détectés sont essentiellement de type A(H3N2), qui peuvent être particulièrement sévères chez les personnes à risque, en particulier les personnes âgées.
Cette semaine, une augmentation notable des passages aux urgences, particulièrement chez les personnes âgées de 65 ans et plus, a été constatée. Cette catégorie de personne, particulièrement vulnérable, représente 2/3 des hospitalisations pour grippe.

Le dispositif « hôpital en tension » en alerte
Le ministère des affaires sociales et de la santé a immédiatement sensibilisé les établissements de santé afin qu’ils puissent activer, si nécessaire, leur dispositif « hôpital en tension ». Dans ce contexte, la direction générale de la santé appelle à une vigilance toute particulière face à la progression de ce virus.

Les bons gestes
La Direction générale de la santé rappelle les bons gestes pour se protéger et limiter la transmission du virus de la grippe. Si la vaccination reste la meilleure protection selon le Ministère de la Santé, il existe des gestes simples qui contribuent à limiter la transmission de la maladie de personne à personne. Dès le début des symptômes grippaux, il est recommandé de :
* Limiter ses contacts avec d’autres personnes, en particulier à risque (personnes âgées de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, les nourrisson), ou porter un masque chirurgical en leur présence.
* Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon pendant 30 secondes, ou avec une solution hydroalcoolique.
* Se couvrir la bouche et le nez avec le coude ou un mouchoir en cas de toux et d’éternuement.
* Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique et les jeter.

Pour l’entourage des personnes grippées, il est recommandé :
* D’éviter les contacts rapprochés avec la personne grippée et en particulier si l’on est soi-même à risque.
* De se laver régulièrement les mains, notamment après tout contact avec le malade. Enfin, les proches de personnes âgées doivent être vigilants concernant leur état de santé. Il est recommandé de prendre des nouvelles des personnes les plus vulnérables et les plus isolées dans votre entourage.

Conseil n°1 #prévention #grippe : Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour avec du savon pendant 30 secondes pic.twitter.com/k4o6RuLBkZ

— SantépubliqueFrance (@santeprevention) 19 décembre 2016

Le réseau Sentinelles est constitué de 1390 médecins libéraux bénévoles et volontaires de France métropolitaine dont 550 participent à l’activité de surveillance continue (437 médecins généralistes et 113 pédiatres libéraux) permettant la réalisation des bulletins hebdomadaires. Il est développé dans le cadre d'une convention entre l'Inserm, l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) et l'Agence Santé publique France.

#Grippe. Il n’est pas trop tard pour se faire vacciner.@OuestFrance : https://t.co/DMIOmSoJ5t pic.twitter.com/cdqa81qDhl

— Dominique Lang (@dlang57500) 18 décembre 2016

 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire