Grève à Interep à Aurec-sur-Loire

Par NDe mar 23/03/2021 - 05:30 , Mise à jour le 23/03/2021 à 05:30

Depuis ce jeudi 18 mars, 47 employés de l'entreprise Interep ont arrêté leur production pour une durée encore indéterminée. Les raisons de la colère ? Les frictions entre la direction et le service de la production concernant l'absence de reconnaissance salariale.

47 salariés d'Interep, soit la totalité du service de production de l'entreprise aurecoise, ont cessé le travail depuis jeudi 18 mars. Ce fournisseur de produits en caoutchouc compte au total 95 employés. "Suite aux NAO (Négociations Annuelles Obligatoires), nous avons partagé à la direction nos souhaits concernant notamment une revalorisation salariale, explique Serge Henique de la CGT Interep. Au terme des discussions, il est clair que les propositions de la direction n'étaient pas à la hauteur de nos revendications".

Sécuriser l'évolution salariale des carrières

La première des revendications exigée par les salariés grévistes est la revalorisation du taux horaire de 1 euro net à partir du 1er janvier. "Nous voulons également consolider l'évolution du salaire au cours de nos carrières en appuyant sur les coefficients", confie Serge Henique. Les salariés demandent une embauche avec un coefficient à 160 pendant une durée de cinq ans. "Ensuite, de la cinquième à la dixième année, le barème doit monter à 180 et à 190 pour les 5 ans qui suivent". De la quinzième année jusqu'à la fin de carrière, les 47 éléments de la production revendiquent un coefficient final à 215.

Une solution ou une grève dure

Les fabricants de joints pour les véhicules en tout genre, pour les chaussures et bien d'autres produits divers et variés équipant d'innombrables secteurs dans le monde entier ont rencontré la direction lundi 22 mars après-midi. "Mais rien n'a abouti, se désole Serge Henique. Nous avons une seconde réunion aujourd'hui à 14 heures avec les dirigeants pour tenter de débloquer les tensions et arriver à un consensus". D'après le syndicat CGT, si les salariés ne sont pas satisfaits, ils continueront leur grève pour un temps indéterminée.

Les salariés tournent le dos aux propositions de leur direction. Photo par Pierre Marsein

 

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire