Future Région : 'Laurent Wauquiez se positionnera avant la fin de l'année'

ven 31/10/2014 - 14:43 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Ce n'est un secret pour personne, Laurent Wauquiez manifeste un certain intérêt pour la présidence de la future Région Rhône-Alpes Auvergne, comme nous l'avions déjà annoncé mi-septembre (lire).
Il nous avait alors été rétorqué par son entourage ponot qu'il ne s'agissait que d'une rumeur, mais la semaine suivante, nous expliquions que son mouvement, la Droite sociale, avait commandé un sondage, selon lequel il serait en bonne posture s'il se présentait en décembre 2015 (lire).

Un compte Twitter et une page Facebook
Alors que les soutiens ne cessent de se multiplier (plus d'une cinquantaine de parlementaires, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau...), sur les réseaux sociaux aussi on s'agite. Le compte Twitter soutenant sa candidature (pas encore officielle) a été créé par des fans du député-maire du Puy (UMP) le 9 octobre dernier. Ce mercredi 12 novembre 2014, il compte 359 abonnés.
Même date de création pour la page Facebook qui compte 221 likes. On y trouve les articles de presse relatant les négociations en coulisses à l'UMP pour choisir le candidat UMP pour l'élection de décembre 2015.

----Parmi les soutiens dont dispose Laurent Wauquiez, plusieurs nouveaux maires, élus en mars dernier et qui "incarnent la nouvelle génération", comme Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne, un proche du maire du Puy, qui l'avait notamment suivi dans son ascension du Mézenc en août dernier (lire) et qui lui avait lancé le défi de l'Ice Bucket Challenge (lire), pas encore relevé par l'édile ponot.
-----Une initiatives d'élus de la Région Rhône-Alpes Auvergne
Nous avons contacté Emmanuel Boyer, proche collaborateur de Laurent Wauquiez à la mairie du Puy. Il nous a certifié que ces pages de soutien n'émanaient pas d'une initiative de l'ancien ministre.
"C'est une action spontanée qui s'est créée autour de lui et qui corrobore l'enthousiasme suscité autour de sa candidature", nous a-t-il confié, "mais il n'y a aucune structure de campagne mise en place, ce ne sont que des manifestations spontanées d'élus de la région Rhône-Alpes Auvergne qui s'engagent derrière Laurent Wauquiez".

"Il serait malhonnête de dire que ce mandat ne l'intéresse pas"
Pour autant, sa candidature n'est pas encore officielle mais ces soutiens montrent bien qu'il y a tout un travail qui se met en place autour de lui. "Il y a un engouement qui se crée autour de sa potentielle candidature", ajoute-t-il, "et qui prend de l'ampleur depuis que Michel Barnier s'est déclaré".
On peut alors considérer qu'il est entré en campagne ? "Il serait malhonnête de dire que ce mandat ne l'intéresse pas mais il est pour l'instant dans une notion de travail pour réfléchir au meilleur projet possible pour la future grande région et son but est surtout de rassembler", nous répond-il.

----En attendant d'y voir plus clair, certains élus du Conseil régional d'Auvergne ont d'ores et déjà pris les devants en invitant des candidats potentiels au nouvel Hôtel de Région de Clermont-Ferrand pour les rencontrer autour d'un déjeuner, dans l'optique où il leur serait demandé de se prononcer. Laurent Wauquiez y a été invité et pourrait y répondre dans les jours à venir.-----Difficile d'être candidat pour une collectivité qui n'existe pas encore
Alors quand pourra-t-il se déclarer candidat à la présidence de la future Région Rhône-Alpes Auvergne ? "Il y a un temps pour tout", rétorque Emmanuel Boyer, "pour l'instant, c'est le temps du travail, des échanges et des rencontres et je pense que d'ici la fin de l'année, il aura l'occasion de se positionner de manière beaucoup plus claire".
Un positionnement qui serait aussi tributaire de l'officialisation de la future Région Rhône-Alpes Auvergne, qui n'existe pas concrètement aujourd'hui. La loi n'est pas totalement votée et on attend toujours sa publication au Journal Officiel. Il serait donc inélégant d'être candidat pour une collectivité qui n'existe pas encore.
Tout n'est donc qu'une affaire de temps car ce proche collaborateur de Laurent Wauquiez n'hésite pas : "il a un vrai engouement pour ce mandat et il ne s'en cache pas, si ça ne l'intéressait pas, il l'aurait déjà dit".

Michel Barnier sollicité pour soutenir Lauernt Wauquiez
Le contexte national pourrait permettre à la droite de gagner un grand nombre de ces futures grandes régions. Et présider la sixième région d'Europe en intéresse plus d'un. Michel Barnier, lui aussi ancien ministre, a également été commissaire européen. Le maire du Puy lui a proposé de soutenir sa candidature en devenant "ambassadeur de la région".
Sa réponse est toujours attendue mais Emmanuel Boyer explique : "Laurent Wauquiez, dans sa possible candidature, aura besoin de tout le monde, y compris de Michel Barnier. Son but est de rassembler le plus largement possible".

La Haute-Loire pourrait être davantage arrosée en subventions
S'il ne s'agit que de projections dont l'échéance est dans plus d'un an, nul doute que la Haute-Loire pourrait bénéficier de la nomination du maire du Puy à la tête de la future Région Rhône-Alpes Auvergne. En effet, des subventions pour soutenir des projets propres à la Haute-Loire pourraient plus facilement intervenir.
Par exemple, Valéry Giscard d'Estaing, lorsqu'il était président de la République, a fait construire une autoroute gratuite traversant l'Auvergne. Idem pour la Corrèze, grâce à Jacques Chirac cette fois. Si le mandat n'est pas de la même importance pour la future région, nul doute que le territoire pourrait en profiter.

"Ce mandat, surtout dans une région aussi riche, est encore plus important qu'un ministère"
Car la future Région Rhône-Alpes Auvergne serait la sixième plus importante en Europe. Une aubaine pour la Haute-Loire : "c'est déjà une chance pour le département d'entrer dans un ensemble de cette importance et nous serons un point central géographique. C'est une chance inouïe", analyse ce proche collaborateur du maire du Puy.
"Si le président de région est issu de la Haute-Loire, ce serait exceptionnel pour le département", estime-t-il, "ce serait des années de gagnées avec de grands projets qui pourraient voir le jour sur notre territoire car ce mandat, surtout dans une région aussi riche, est encore plus important qu'un ministère".

S'il est président de Région, il devra quitter ses mandats de maire et de député
Reste à savoir, si Laurent Wauquiez se présente, ce qui adviendrait de ses mandats de maire du Puy-en-Velay et de député de la Haute-Loire vis à vis du non cumul des mandats. L'application de la loi n'est prévue qu'à partir de mars 2017.
Mais, d'ores et déjà, la loi actuelle prévoit qu'un parlementaire ne peut exercer plus d'un mandat de membre d'un conseil ou d'un exécutif régional, général ou municipal. Projetons-nous donc en décembre 2015, si Laurent Wauquiez est élu président de la Région Rhône-Alpes Auvergne, il devrait alors choisir entre être maire du Puy-en-Velay ou président de Région. A moins qu'il ne renonce à son mandat de député... ce qui semble peu probable.
Déjà interpellé à plusieurs reprises sur la question du cumul, Laurent Wauquiez a souvent botté en touche en estimant que d'ici 2017, les socialistes ne seraient plus au pouvoir et que la loi pourrait rapidement être détricotée. Mais pour un mandat de cette importance, pour la sixième région d'Europe, il serait difficile de cumuler et Laurent Wauquiez serait probablement amener à abandonner ses mandats actuels.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire