Tous

Brioude

François Hollande était à Vieille-Brioude, vendredi

sam 28/10/2017 - 17:40 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

« Michèle Faucher, par ses engagements, correspond à l’exemple qu’il faut donner d’hommes et de femmes qui donnent du temps aux autres ». C’est en ces termes que l’ancien président de la République François Hollande a honoré l’une de ses plus fidèles partisanes, vendredi 28 octobre, à Vieille-Brioude, où il lui a remis les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite. « Nous avons besoin de ces militants du quotidien », a-t-il poursuivi. « Michèle fait partie de ces parcours les plus exemplaires ».
----Fidélité. François Hollande a honoré Michèle Faucher mais aussi son époux, le conseiller régional André Chapaveire. « Vous étiez à toutes les réunions lorsque j’étais premier secrétaire du PS », a-t-il rappelé. « À chaque rassemblement il y avait Michèle et André. Parfois il n’y avait qu’eux mais ils étaient là. Vous avez toujours été d’une grande fidélité, d’une grande loyauté, des valeurs très importantes car, dans la vie politique comme dans la vie de tous les jours, on a besoin de savoir sur qui on peut compter.»----- Ce « parcours exemplaire », au PS, à la CAF, à l’Office public de l’habitat, au PACT ou encore au conseil municipal de Brioude, où Michèle Faucher siège depuis 2008 dans l’opposition PS, l’ancien chef de l’Etat l’a pris en exemple pour faire un tour d’horizon de ses propres certitudes.

« Nous avons besoin de ces militants du quotidien »
L’engagement de Michèle Faucher comme déléguée des parents d’élèves et au sein de l’amicale laïque lui a ainsi permis de revenir sur la réforme des rythmes scolaires. « C’était une bonne idée permettant d’accompagner les enfants vers la culture ou le sport », a-t-il soutenu avant de réaffirmer ses convictions en matière de protection sociale, prenant pour point de départ la fonction d’administrateur qu’assume Michèle Faucher à la CAF. « Ma position est toujours d’être dans une forme de sélectivité, pour aider les familles qui en ont le plus besoin mais faire en sorte que toutes relèvent de la protection sociale, afin d’éviter que celles disposant de revenus importants décident de se mettre hors du champ de la contribution sociale », a-t-il insisté. « Aujourd’hui on s’interroge. Faut-il garder le paritarisme, la présence des organisations syndicales dans un certain nombre de gestions de régimes sociaux ? Je pense qu’il est très important que soient associés les représentants des salariés comme des familles. Et je pense que cette organisation demeurera parce qu’elle va dans le sens de la démocratie

«Les territoires ruraux ont une énergie et une vitalité qui ne demandent qu’à être encouragées»
La démocratie, justement, François Hollande l’a abordée en filigrane en évoquant le rôle joué par Michèle Faucher comme représentante du PS en Auvergne. L’occasion pour lui de revenir sur la fusion des régions. « Vous savez que j’en suis responsable et je ne le regrette pas », a-t-il affirmé. « Il est important que l’on dispose de régions fortes capables d’investir puissamment, de former les jeunes et les demandeurs d’emploi, de moderniser les lycées, d’agir pour le développement économique. Le lien entre les métropoles de Clermont-Ferrand et de Lyon, par exemple, donne un impact plus grand aux actions conduites sur le plan universitaire et sur le plan de la recherche ». Et à ceux qui pourraient objecter que le développement des métropoles signifie l’abandon des territoires ruraux, François Hollande a répondu « sûrement pas ! Je pense même que les territoires ruraux ont une énergie et une vitalité qui ne demandent qu’à être encouragées

«Nous participons à un ensemble qui nous réunit tous»
« Ce qu’il faut éviter, c’est l’isolement et ce que j’appelle l’entre-soi », a poursuivi l’ancien chef d’Etat, embrayant sur le « risque de la crispation identitaire ». « Il faut défendre la Nation française, notre histoire, la spécificité de la France, mais il faut garder une conception de la France ouverte à l’Europe et au monde. Nous devons montrer qu’il y a un sens à la vie commune. Nous participons à un ensemble qui nous réunit tous ». Et de conclure par un dernier hommage à Michèle Faucher : « nous faisons vivre la République, et toi, Michèle, tu fais vivre l’esprit de la République, car la République c’est la fraternité, et la fraternité c’est l’engagement

I.A.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire